Une personne influente essaie d’obtenir d’un juge qu’il bloque la divulgation des noms dans une affaire liée à Jeffrey Epstein

Par Zachary Stieber
5 septembre 2019 Mis à jour: 5 septembre 2019

Une personne non identifiée tente de faire en sorte qu’un juge ne nomme pas de noms dans une affaire liée à un délinquant sexuel condamné et au trafiquant sexuel Jeffrey Epstein, arguant que cela aurait une incidence sur la réputation des personnes nommées.

Selon une lettre envoyée à la juge américaine Loretta Preska, les avocats de cette personne ont déclaré que le fait de dévoiler des documents relatifs à Epstein porterait atteinte à la vie privée et à la réputation de personnes qui n’ont pas été accusées d’un crime.

La lettre fait référence aux efforts de Virginia Roberts Giuffre, qui a déclaré avoir été l’esclave sexuelle d’Epstein et ayant des photos la montrant avec Ghislaine Maxwell, l’amie intime d’Epstein, pendant une fête de yacht en plus de photos au ranch Zorro d’Epstein. S’ajoute à cela des documents non scellés, après que presque 2 000 pages de documents ont été rendues publiques le 9 août, un jour avant qu’Epstein se suicide dans une prison New York.

« La personne non identifiée n’est et n’a jamais fait partie d’aucune procédure judiciaire impliquant Ghislaine Maxwell ou Virginia Giuffre, ni d’aucune procédure relative à l’allégation de V. Giuffre selon laquelle Jeffrey Epstein a abusé d’elle sexuellement. En tant que tierce partie à ces procédures, la personne non identifiée n’a pas de connaissances spécifiques sur le contenu des matériaux scellés. Mais il est clair que ces documents mettent en cause la vie privée et la réputation de nombreuses personnes autres que les deux principales parties à cette action, V. Giuffre et G. Maxwell », ont écrit les avocats de la personne non identifiée dans leur lettre (pdf).

Les avocats sont Nicholas Lewin et Paul Kreiger, de la firme Kreiger, Kim & Lewin.

Virginia Roberts au ranch Zorro au Nouveau-Mexique. (U.S. District Court of the Southern District of Florida)

Les documents sont liés à une poursuite en diffamation intentée par V. Giuffre contre G. Maxwell. Elle a été déposée en 2015 et réglée à l’amiable en 2017. Virginia Giuffre a soutenu que Ghislaine Maxwell n’a pas fourni de « raisons impérieuses » de garder les documents non scellés.

Notant le grand nombre d’articles publiés sur Epstein, les avocats de la personne non identifiée ont fait valoir que « le fait de lever les scellés sur les non-parties jetterait ces personnes au milieu de cette frénésie et causerait injustement un préjudice irréparable à leur vie privée et à leur réputation ».

Certains des documents scellés, y compris les documents de divulgation, les réponses écrites et les transcriptions des dépositions, devraient être scellés de façon permanente, selon les avocats.

Si le tribunal dévoile d’autres dossiers, les noms des personnes qui ne sont pas nommées dans les poursuites devraient être expurgés, ainsi que d’autres renseignements permettant d’identifier l’accusé, ont indiqué les avocats.

« Pour ce cas, l’intérêt public n’est pas affecté par la suppression d’informations d’identification personnelles contenues dans des éléments non liés à la requête en jugement sommaire.

« Le public a toujours accès aux allégations spécifiques contenues dans le matériel scellé : les actes présumés d’inconduite. Ces renseignements sont suffisants pour que le public puisse évaluer et examiner la façon dont le tribunal de district s’acquitte fidèlement de sa fonction judiciaire dans cette affaire, conformément aux faits, au droit et aux préceptes fondamentaux d’équité », ont-ils écrit.

Un « examen page par page » devrait également être effectué, en s’assurant que chaque page doive être publiée, et si ce n’est pas le cas, certaines pages ne devraient pas être descellées, selon l’équipe juridique.

Ghislaine Maxwell assiste à un gala à New York. (Rob Kim/Getty Images)

Dans le passé, deux autres personnes ont déposé des mémoires juridiques pour tenter de limiter la divulgation d’informations qui les relieraient à l’opération présumée de trafic sexuel d’Epstein.

Des documents judiciaires obtenus par le Miami Herald en mars ont montré qu’une inconnue et un inconnu ne voulaient pas être nommés dans les documents rendus publics, et ont demandé à un juge de ne pas divulguer des renseignements qui les identifieraient comme étant liés à Epstein.

La « personne non identifiée » a déclaré qu’elle n’a pas été publiquement identifiée ou accusée par V. Giuffre d’être l’un des hommes avec qui l’esclave sexuelle présumée a eu des rapports sexuels.

L’avocat de v. Giuffre, David Boies, a quant à lui a déclaré au New York Post qu’une audience du 4 septembre sur sa cliente impliquerait de déterminer comment traiter les documents qui n’ont pas été descellés.

« Nous avons un tout nouvel ensemble de documents, 5 à 10 fois plus volumineux que ce qui a été publié jusqu’à présent », a-t-il dit.

Le grand nombre de dossiers comprend des dépositions de témoins qui n’ont pas été entendus auparavant, a dit M. Boies. Il a ajouté qu’il ne voulait pas encore dévoiler qui ils étaient.

RECOMMANDÉ