Du personnel médical de la Chine est envoyé à Pékin alors que les quartiers et les restaurants sont durement touchés par le virus

Par Nicole Hao
22 juin 2020
Mis à jour: 22 juin 2020

Pékin a annoncé de nouveaux patients atteints du virus du PCC* au cours du week-end, des travailleurs de la restauration ayant été infectés après avoir été exposés à un marché lié à la dernière épidémie dans la capitale.

D’autre part, les habitants ont déclaré qu’ils pensent que les autorités ne signalent pas suffisamment de cas, car du personnel médical a été envoyé d’autres régions du pays pour aider à traiter les patients atteints du Covid-19 à Pékin et la ville a lancé davantage de restrictions de voyage.

La ville a arrêté tous les services de bus interurbains le 19 juin, alors que les services de bus à l’intérieur de la ville n’ont vendu que 90 % des sièges afin de permettre une distanciation sociale. Le métro ne sera rempli qu’à 80 % de sa capacité.

Les médias publics chinois ont également rapporté qu’environ 45 % des vols dans les deux aéroports internationaux de la ville ont été annulés ces derniers jours. Toutes les gares ont également remboursé les passagers qui ont acheté des billets avant le 16 juin et ne feront pas de nouveaux voyages.

Soupçon de sous-déclaration

Le 21 juin après-midi, la Ville de Pékin a fait passer deux zones de la ville de « risque moyen » à « risque élevé » de propagation du virus. Dans le même temps, quatre quartiers de la ville sont passés de « risque faible » à « risque moyen ».

Depuis la mi-juin, de nouveaux cas de virus sont apparus dans dix des seize districts de Pékin. Au total, quatre zones ont été désignées comme « à haut risque » et 37 régions comme « à risque moyen ».

Selon les autorités, le nombre total de patients diagnostiqués à Pékin au cours des dix derniers jours a atteint 227 personnes, les plus jeunes n’ayant que 19 mois.

Des personnes font la queue pour passer un test par écouvillonnage lors d’un test de masse pour le coronavirus Covid-19 à Pékin, en Chine, le 21 juin 2020. (NOEL CELIS/AFP via Getty Images)

Mais les actions du gouvernement et les informations rapportées par les personnes sur place ont indiqué que l’épidémie était bien pire que ce que les autorités ont admis publiquement.

Mme Tang, une résidente de Pékin, a déclaré à Radio Free Asia que « l’hôpital You’an de Pékin a diagnostiqué plus de 300 patients hier [14 juin]. La plupart d’entre eux sont originaires des districts de Fengtai et de Daxing ».

L’hôpital Ditan, un établissement désigné pour traiter les patients Covid-19, a annoncé le 18 juin que l’hôpital n’accepterait plus aucun patient non Covid. L’hôpital dispose de 1 070 lits. 102 membres expérimentés du personnel médical ont été envoyés d’autres hôpitaux de Pékin à l’hôpital Ditan pour aider à traiter les patients atteints du Covid-19.

Et le 20 juin, plus de 70 membres du personnel médical expérimenté sont arrivés à Pékin en provenance de Wuhan – la ville chinoise centrale où le virus s’est déclaré pour la première fois – pour aider à traiter les patients et à effectuer des tests d’acide nucléique à l’hôpital de Pékin, à l’hôpital de l’amitié Chine-Japon, à l’hôpital du collège médical de l’Union de Pékin et dans d’autres hôpitaux de la ville.

Des équipes médicales des provinces du Jiangsu, du Zhejiang, du Shandong et du Henan ont également été envoyées à Pékin le 19 juin. Les médias d’État ont déclaré qu’ils aideraient à enquêter sur l’épidémie et à prévenir d’autres infections.

Flambées dans les restaurants

Les autorités de la ville ont attribué la dernière résurgence au marché tentaculaire de Xinfadi. De nombreuses entreprises ont rouvert en mai, le Parti communiste chinois ayant convoqué l’une de ses principales réunions politiques dans la capitale.

De nombreux restaurants achètent leurs produits sur le marché, ce qui a entraîné l’infection de nombreux employés de restaurant.

Pang Xinghuo, directeur adjoint des Centres de contrôle et de prévention des maladies de Pékin (CDC), a annoncé lors d’une conférence de presse le 18 juin que les sept employés d’un restaurant avaient été diagnostiqués comme porteurs du virus après la visite de l’un d’entre eux au marché de Xinfadi.

Deux jours plus tard, Pang a annoncé que huit employés du restaurant Mianmian Judao, qui est situé à proximité du marché, avaient été infectés.

Ces derniers jours, les autorités ont également signalé des infections dans quatre autres restaurants de la ville.

L’industrie de la restauration de la ville est en difficulté. « Nous avons fermé notre restaurant [le 16 juin] », a déclaré un propriétaire de restaurant dans le township de Huaxiang, district de Fengtai, lors d’un entretien téléphonique. « Maintenant, l’épidémie est très grave, et nous n’osons pas travailler. »

Observation d’une voie rapide presque déserte à Pékin, en Chine, après l’apparition du virus du PCC dans la ville au cours des dernières semaines, le 20 juin 2020. (NICOLAS ASFOURI/AFP via Getty Images)

Un autre restaurateur du quartier de Majiabao, dans le district de Fengtai, a déclaré au journal Epoch Times que son restaurant était toujours ouvert, mais que les autorités avaient exigé que lui et ses employés subissent des tests d’acide nucléique.

Un membre d’un service de la santé de la ville de Pékin a déclaré au journal chinois Epoch Times que les employés du restaurant devaient passer ces tests – une fois tous les sept jours – s’ils voulaient travailler.

Les autorités ont fortement empêché les gens de révéler la véritable situation au public, rendant ainsi difficile l’évaluation de la gravité de l’épidémie. La police de Pékin a annoncé le 19 juin qu’elle avait arrêté et puni au moins 60 personnes qui avaient répandu des « rumeurs liées à l’épidémie ».

Autres foyers d’épidémie

Le gouvernement de Pékin a annoncé au moins 10 foyers de contamination ces derniers jours.

Le 21 juin, Pang Xinghuo et Fan Zhimin, le directeur de la publicité de PepsiCo China, ont déclaré lors d’une conférence de presse quotidienne que huit employés de l’usine de chips de Pepsi à Pékin avaient été diagnostiqués comme étant atteints du virus du PCC.

Ils ont déclaré que l’usine a depuis fermé, avec 480 employés isolés dans des centres de quarantaine, et que toutes leurs familles et leurs partenaires de vie ont reçu l’instruction de se mettre en quarantaine chez eux.

Selon Tianyan Cha, la base de données des entreprises chinoises, l’usine compte 869 employés à long terme. Pang et Fan n’ont pas expliqué ce qui s’est passé avec les autres 380 employés environ.

Un membre du personnel pulvérise du désinfectant dans un train à une station de métro de Pékin, en Chine, le 20 juin 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Le 19 juin, Wu Bin, directeur adjoint du gouvernement du district de Changping, a déclaré lors d’une conférence de presse quotidienne qu’une infirmière qui travaille au service des urgences de l’hôpital international de l’université de Pékin a été diagnostiquée avec le virus le 18 juin.

Wu a déclaré que l’infirmière a été identifiée comme étant un contact proche d’un patient diagnostiqué le 14 juin. Auparavant, elle travaillait à l’hôpital tous les jours.

Après son diagnostic, tout l’hôpital a été fermé et tout le personnel médical a été isolé dans l’établissement pour des tests supplémentaires.

À la suite des déplacements récents de voyageurs en provenance de Pékin, le virus s’est maintenant propagé aux provinces de Liaoning, Sichuan, Hebei, Zhejiang et Henan. La ville de Baoding, dans le Hebei, a lancé des préparatifs de « temps de guerre » le 13 juin pour empêcher le virus de se propager. Depuis, elle a annoncé de nouveaux cas presque chaque jour.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ