Perspectives sur la pandémie : La gravité de l’épidémie de virus du PCC aux Pays-Bas met en lumière les liens avec Pékin

Par Li Yan
22 juin 2020
Mis à jour: 22 juin 2020

Les Pays-Bas, un petit pays qui se classe au 133e rang mondial en termes de superficie et au 69e rang en termes de population, est l’un des pays les plus gravement touchés par le virus du PCC*.

Au 17 juin, les Pays-Bas ont signalé plus de 49 000 cas confirmés et plus de 6 000 décès. La ville de Tilburg et la province du Brabant du Nord sont devenues le point de départ de la propagation du virus, puisque le premier patient des Pays-Bas a été identifié à Tilburg et que cette ville compte également le plus grand nombre de patients dans le pays.

La tragique propagation du virus aux Pays-Bas survient alors que le pays a tissé des liens plus étroits avec Pékin ces dernières années. Tilburg est particulièrement important pour la coopération entre la Chine et les Pays-Bas dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » (BRI, également connue sous le nom de « One Belt, One Road » ou encore la nouvelle route de la soie) du PCC (Parti communiste chinois). Elle a de nombreuses interactions commerciales avec la Chine.

Le chemin de fer express Chengdu-Europe : un point de repère pour le projet de la Ceinture et la Route

Le Brabant du Nord est une composante importante de l’initiative de la Ceinture et la Route du PCC aux Pays-Bas. En 2016, le train express Chengdu-Europe, qui relie Chengdu et Tilburg, a été officiellement inauguré. C’était le seul chemin de fer de fret direct de la Chine vers les Pays-Bas. Comparé à 45 jours pour le transport maritime, il ne faut que 15 jours pour voyager par voie terrestre via ce train express, moyennant un coût vraiment faible, à savoir 1/4 de celui du fret aérien.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Tilburg est la sixième plus grande ville des Pays-Bas, avec une population de 217 000 habitants. La ville est traversée par le canal Wilhelmina. En raison de sa situation avantageuse, Tilburg est une plaque tournante du commerce et des transports. Les principales industries de la ville sont la laine, les machines, les appareils électriques et le cuir.

Alors que les Pays-Bas sont une porte d’entrée importante vers l’Europe, Tilburg est connue comme la « porte logistique » du pays, reliant directement Rotterdam, ainsi que Moerdijk dans le Brabant du Nord, et également le Royaume-Uni et la France. En outre, de nombreuses grandes entreprises internationales y ont des sites de distribution. C’est pourquoi la société néerlandaise GVT a été choisie par le PCC pour exploiter le Chengdu-Europe Express Rail.

Le chemin de fer express est une étape importante de l’initiative de la Ceinture et la Route du PCC, et a établi un nouvel itinéraire logistique pour la pénétration de la BRI en Asie et en Europe. Il passe par la Chine, le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l’Allemagne et les Pays-Bas, pour un total de 10 947 kilomètres. Grâce au train express, un grand nombre d’appareils électriques, de vêtements, de chaussures et de chapeaux chinois sont rapidement expédiés aux Pays-Bas et au-delà, tandis que les vins, le lait en poudre, les véhicules finis et d’autres marchandises en provenance des Pays-Bas, de France et d’Espagne peuvent facilement entrer sur le marché chinois, ce qui permet au projet de la BRI de franchir une nouvelle étape. Les deux villes terminales, Tilburg et Chengdu, sont également devenues des villes sœurs, posant ainsi les bases pour que le port de Rotterdam devienne un élément essentiel de la BRI aux Pays-Bas.

En fait, les relations économiques et commerciales entre le Brabant du Nord et la Chine ont une longue histoire. Le 22 septembre 2017, le vice-gouverneur de la province du Brabant du Nord, Bert Pauli, a déclaré à la presse d’État chinoise, le Quotidien du peuple, que, il y a plus de 30 ans, Philips, une société néerlandaise bien connue dont le siège est dans la province, avait créé une usine à Nanjing, en Chine, pour fabriquer des composants de téléviseurs. Aujourd’hui, plus de 130 entreprises de la province ont établi des succursales dans les zones côtières de l’est de la Chine. Avec cette fondation en place, il était naturel que Tilburg soit choisi comme site important pour le projet BRI.

Le port de Rotterdam rejoint l’initiative de la Ceinture et la Route

Les Pays-Bas, connus comme la porte de l’Europe, ont une industrie logistique bien développée. Grâce à leur situation géographique avantageuse, ils ont mis en place un réseau de transport maritime, terrestre et aérien très avancé et sont devenus l’un des plus importants centres de tri de marchandises en Europe. En conséquence, le projet chinois BRI a choisi les Pays-Bas comme centre de raccordement pour ses réseaux de transport terrestre et maritime.

Grâce au port de Rotterdam et à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, les deux principales plaques tournantes du fret en Europe, les marchandises en provenance des Pays-Bas peuvent arriver sur n’importe quel grand marché de l’UE dans un délai de deux jours.

Lorsque le PCC a fait la promotion de la BRI aux Pays-Bas, son objectif premier était de faire coopérer le port de Rotterdam et l’industrie logistique locale avec lui, afin d’ouvrir une importante plaque tournante de la « route de la soie par terre et par mer ».

Le port de Rotterdam transporte des marchandises à destination et en provenance de plus de 1 000 ports du monde entier. Plusieurs terminaux disposent également d’installations de transbordement ferroviaire, ce qui signifie que les marchandises peuvent être chargées directement sur un train au terminal, ce qui en fait un choix parfait pour accéder aux destinations européennes de l’arrière-pays.

Le terminal à conteneurs Euromax du port est le terminal de chargement et de déchargement sans personnel le plus avancé du moment, avec une capacité de manutention annuelle d’environ 7 millions d’unités équivalent vingt pieds (EVP : unité approximative de mesure d’un conteneur de 6,1 m), dont 25 % du débit de conteneurs provient de Chine.

Les Néerlandais pensaient que le fait de rejoindre la « nouvelle route de la soie » permettrait d’étendre leur réseau d’installations et d’en tirer de plus grands avantages. En particulier, les autorités du port de Rotterdam ont été tentées par le fait qu’en plus des activités maritimes traditionnelles en provenance d’Asie, le transport terrestre et maritime conjoint leur permettrait de se connecter au Chengdu-Europe Express via Tilburg et Duisburg, en Allemagne. La logistique Asie-Europe aurait plus d’options. Grâce à une meilleure connectivité, le port aurait également plus de bénéfices.

Le projet chinois BRI est entré dans les ports européens par l’intermédiaire de la société publique China Ocean Shipping Company (COSCO Shipping). En mai 2016, la société COSCO Pacific Co, Ltd, une filiale du groupe COSCO Shipping, a signé un accord de transfert d’actions avec ECT Participations B.V., une filiale du groupe portuaire Hutchison, contrôlé par Li Ka-shing. COSCO Pacific a acheté une participation de 35 % dans le terminal à conteneurs Euromax appartenant à ECT pour 125 millions d’euros. Après l’achèvement de l’acquisition, avec les actions existantes, COSCO Pacific a eu une participation de 47,5 % dans le terminal à conteneurs Euromax, devenant ainsi son plus grand actionnaire.

COSCO Shipping détient des parts de contrôle ou des participations dans de nombreux terminaux dans des pays de l’UE tels que l’Espagne. Comme ses participations ne cessent d’augmenter, elle a plus de pouvoir et d’influence et est capable de choisir les ports qu’elle préfère et ceux qu’elle évite. Après l’arrivée de l’entreprise chinoise BRI dans le port de Rotterdam, qui en est le principal actionnaire, le port dispose d’une plus grande connectivité et d’une plus grande expansion commerciale, mais les Pays-Bas eux-mêmes ne voient aucune amélioration dans leur capacité à répartir les itinéraires logistiques entre les différents ports.

Davantage de lignes ferroviaires express vers la Chine

En plus de pousser le port de Rotterdam, le plus grand port d’Europe, à rejoindre la BRI, la ville de Tilburg a également conduit de nombreuses entreprises néerlandaises à construire des chemins de fer express vers la Chine.

Après l’inauguration du Chengdu-Europe Express Rail en 2016, la société de logistique néerlandaise Nunner a ouvert une nouvelle route de fret vers la Chine deux ans plus tard. Le premier train est parti d’Amsterdam le 7 mars 2018 et a parcouru 11 000 kilomètres avant d’arriver à Yiwu, dans la province du Zhejiang.

Il s’agit de la première ligne de train directe entre un port néerlandais et la Chine. Erwin Cootjans, président de Nunner, a déclaré qu’Amsterdam avait été choisie comme point de départ d’un train direct parce que le port offre des liaisons fluviales avec un certain nombre de villes néerlandaises telles que Kampen, Groningen, Meppel, Leeuwarden et Harlingen. Il existe également des liaisons rapides d’Amsterdam et d’Anvers vers la Grande-Bretagne et la Scandinavie via le transport maritime à courte distance.

En mai 2018, CH Robinson, un groupe international de logistique du fret, a annoncé l’ouverture d’un nouveau service de fret ferroviaire, dont une extrémité relie 8 villes chinoises, dont Zhengzhou, Suzhou, Wuhan, Xiamen, Yiwu, Shenzhen, Guangzhou et Chongqing, et l’autre extrémité 8 villes européennes, dont Malaszewicze, Hambourg, Duisburg, Milan, Tilburg, Lyon, Paris et Barking, situées en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Plus le commerce avec la Chine est important, plus le déficit est important

Les Pays-Bas sont un important pays commerçant et ont maintenu un excédent commercial pendant des années. Cependant, les autorités ont constaté que dans le cadre de la BRI, bien que les services logistiques aient apporté plus d’opportunités commerciales, le pays n’a pas obtenu beaucoup de bénéfices réels. Au contraire, le déficit commercial est de plus en plus important.

Les statistiques d’Eurostat montrent qu’en 2016, les importations et les exportations entre les Pays-Bas et la Chine ont atteint 82,49 milliards $, soit une baisse de 1,9 % par rapport à l’année précédente. Plus précisément, les exportations des Pays-Bas vers la Chine se sont élevées à 11,51 milliards $, soit une augmentation de 11,9 % ; les importations des Pays-Bas en provenance de la Chine ont atteint 70,98 milliards $, soit une diminution de 3,8 % ; et le déficit commercial des Pays-Bas s’est élevé à 59,47 milliards $.

En 2017, le volume total des importations et des exportations entre les deux pays s’élevait à 107,4 milliards $, soit une augmentation de 30,9 %. Les exportations néerlandaises vers la Chine s’élevaient à 13,54 milliards $, soit une augmentation de 19,1 % ; les importations néerlandaises en provenance de Chine s’élevaient à 93,86 milliards $, soit une augmentation de 32,8 %. Cette année-là, le déficit commercial s’élevait à 80,32 milliards $.

En 2018, l’importation et l’exportation bilatérales de marchandises ont totalisé 112,64 milliards $, soit une augmentation de 4,7 %. Les exportations des Pays-Bas vers la Chine se sont élevées à 12,56 milliards $, soit une baisse de 6,4 % ; les importations en provenance de Chine ont atteint 100,80 milliards $, soit une augmentation de 6,2 %. Bien que les Pays-Bas soient passés du troisième rang des partenaires commerciaux de la Chine dans l’UE, au deuxième rang l’année précédente, le déficit commercial entre les Pays-Bas et la Chine s’est encore creusé, atteignant 87,52 milliards $ en 2018.

De plus en plus de personnes ont réalisé que le projet « Belt and Road » (BRI) est en fait devenu « la Ceinture et la Route de la pandémie ». Les Pays-Bas en sont un autre exemple. Tous les partenaires importants de la BRI, tels que les Pays-Bas, l’Iran, l’Italie et l’Espagne, sont devenus les zones les plus gravement touchées par le virus du PCC dans le monde. Même la Suisse, un pays neutre, a fait partie des 10 pays les plus touchés pendant un certain temps. Elle a également signé une lettre d’intention avec le PCC sur l’initiative « Belt and Road ».

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ