Pourquoi un petit pays africain isolé est-il si durement touché par le virus du PCC?

Six législateurs du Burkina Faso testés positifs pour le Covid-19
Par Li Mingxiang
9 mai 2020
Mis à jour: 9 mai 2020

Le Burkina Faso est un petit pays enclavé situé en Afrique de l’Ouest. Bien que le pays ne soit pas une plaque tournante des transports et qu’il soit éloigné de la Chine, il est durement touché par le virus du Parti communiste chinois (PCC), communément appelé le nouveau coronavirus. Parmi les 23 membres du cabinet, six ministres ont contracté le virus.

Le Burkina Faso s’étend sur 273 600 km², selon les données de la Banque mondiale en 2018. Les Nations unies estiment que la population actuelle du pays est d’environ 20,8 millions d’habitants. Autrefois colonie française, le pays a été rebaptisé Burkina Faso en 1984, ce qui signifie « Terre des incorruptibles » dans les principales langues maternelles de la région.

Six ministres du gouvernement infectés par le virus du PCC

Au 30 avril, le Burkina Faso comptait 645 cas confirmés et 43 décès causés par le virus du PCC.

Selon le site d’informations Africanews, le Burkina Faso connaît l’un des taux d’infection par le virus les plus élevés d’Afrique subsaharienne.

Jusqu’à présent, six ministres du gouvernement parmi les 23 membres du cabinet du pays ont été confirmés comme étant infectés, y compris le ministre des Affaires étrangères, du Commerce, des Mines et Carrières, de l’Éducation et de l’Intérieur, a rapporté Reuters le 10 avril.

Le pays a annoncé son premier décès par Covid-19 le 17 mars. La patiente était Rose Marie Compaore, 62 ans, ancienne vice-présidente du Parlement.

Le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry, a confirmé qu’il était infecté par le virus du PCC le 20 mars.

Le nombre de cas confirmés ne représente probablement que « la partie visible de l’iceberg », a déclaré Jerry-Jonas Mbasha, un fonctionnaire représentant le Burkina Faso à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le New Humanitarian, un média indépendant, a révélé que le seul laboratoire de test du pays est situé à Bobo-Dioulasso, la deuxième plus grande ville du pays, à cinq heures de route de la capitale. Cela signifie que les patients de tout le pays prendront au moins 12 heures avant d’obtenir des résultats de leurs échantillons.

Selon le reportage, il n’existe actuellement qu’un seul hôpital de 500 lits et une petite clinique, chacun doté de quelques respirateurs artificiels, désignés pour traiter les patients infectés par le virus du PCC.

Le reportage indique que le gouvernement veut établir un second laboratoire dans la capitale Ouagadougou, mais que personne dans le pays n’est qualifié pour installer l’équipement.

Au cours de l’année dernière, 135 centres de santé ont été fermés dans tout le pays en raison de l’escalade de la violence par des groupes militants extrémistes et locaux qui ont forcé près de 800 000 personnes à fuir leur domicile, indique le reportage. Le nombre croissant de patients atteints du virus pourrait submerger le système de santé affaibli, ce qui entraînerait une crise de santé publique.

Les mauvaises conditions de vie au Burkina Faso constituent également un inconvénient majeur dans la lutte contre le virus du PCC. Le pays connaît une grave pénurie d’eau, ce qui signifie que les conditions sanitaires sont mauvaises. Le lavage fréquent des mains est l’une des principales méthodes de prévention de la propagation du virus.

En outre, de nombreux réfugiés vivent dans des quartiers proches, cinq à dix personnes partageant une tente. Il est donc impossible de maintenir une distance sociale.

Mbasha, fonctionnaire de l’OMS, a déclaré au journal arabe Al Jazeera que la communauté internationale doit intervenir pour aider à prévenir une crise majeure.

« Nous avons besoin de partenaires techniques et financiers pour venir protéger le Burkina Faso », a-t-il déclaré.

Des leçons apprises à la dure

Les pays ayant des relations étroites ou lucratives avec le régime chinois sont les plus touchés par le virus du PCC. Le Burkina Faso ne fait pas exception.

Le 24 mai 2018, le Burkina Faso a annoncé qu’il romprait ses relations diplomatiques avec Taïwan, que le régime chinois considère comme faisant partie de son territoire. Deux jours plus tard, le ministre des Affaires étrangères du pays africain, Alpha Barry, a signé un accord avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi pour reprendre les relations diplomatiques entre les deux pays.

Depuis 2016, Pékin s’efforce de leurrer les alliés de Taïwan en leur offrant des investissements et des prêts chinois. Bien que Taïwan soit une île autogérée avec son propre gouvernement démocratiquement élu, Pékin considère Taïwan comme une province renégate qui devrait être unie au continent, par la force militaire si nécessaire.

Le Burkina Faso et la Chine ont créé un comité économique et commercial conjoint peu après avoir renoué des liens diplomatiques. Depuis lors, le commerce bilatéral s’est rapidement développé, et plusieurs visites de hauts fonctionnaires ont eu lieu entre les deux pays.

En septembre 2018, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a effectué une visite d’État en Chine et a participé au sommet de Pékin du Forum sur la coopération sino-africaine.

En janvier 2019, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est rendu dans quatre pays africains, dont le Burkina Faso.

En avril 2019, le président et le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso ont effectué une autre visite d’État en Chine.

En juillet 2019, lorsque le vice-ministre chinois de l’Agriculture Qu Dongyu a été élu directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Qu Dongyu a reçu un « soutien ferme » du Burkina Faso. Le China Daily, un média d’État, a rapporté que Wang Yi a déclaré plus tard : « Désormais, la Chine a un autre bon ami, qui sont nos alliés africains, au sein des organisations internationales des Nations unies. »

Lors du Conseil des droits de l’homme des Nations unies en 2019, 22 pays ont condamné la détention à grande échelle des Ouïghours en Chine. Entre-temps, plus de 50 pays ont publié collectivement une déclaration commune exprimant leur soutien au régime chinois. Le Burkina Faso a été l’un des pays qui ont choisi de soutenir le PCC. Parmi les partisans du PCC figuraient des pays violant les droits de l’homme, tels que la Russie, le Venezuela, la Corée du Nord, la Birmanie (Myanmar) et le Cambodge.

La grande majorité des pays africains sont des pays en développement, et ils ont été au centre des efforts diplomatiques du PCC. Pékin influence et manipule ces pays en leur proposant des accords lucratifs, tels qu’une aide économique, des investissements et des échanges commerciaux substantiels, ainsi qu’une aide aux projets d’infrastructure locaux.

À l’heure actuelle, les pays africains les plus touchés par le virus ont des liens politiques ou économiques étroits avec le régime chinois, comme l’Égypte, l’Afrique du Sud, le Maroc et l’Algérie.

À l’inverse, le Swaziland, aujourd’hui officiellement connu sous le nom de Eswatini, qui est le seul pays d’Afrique à ne pas avoir établi de relations diplomatiques officielles avec la Chine, compte beaucoup moins de cas de virus. Jusqu’à présent, il n’y a eu que 100 cas confirmés et un décès en date du 30 avril.

Dans le contexte actuel de mondialisation, il est assez courant d’établir des relations diplomatiques et commerciales avec la Chine. La question clé est de savoir si une nation ou un individu est capable de comprendre la véritable nature de l’idéologie communiste du PCC, et quelle est sa position par rapport aux violations des droits de l’homme commises par le PCC.

Deux exemples typiques sont Hong Kong et Taïwan. Malgré la proximité de la Chine continentale, ainsi que le commerce et le tourisme intimes à destination et en provenance de la Chine, ces deux régions comptent peu de cas confirmés et un faible nombre de décès. Dans le cas de Hong Kong en particulier, un grand nombre de Chinois du continent sont entrés à Hong Kong chaque jour, avant que la ville ne ferme partiellement ses frontières au continent le 23 mars. Le succès du confinement à Taïwan et à Hong Kong peut difficilement être expliqué par la science moderne.

Pourquoi cela se produit-il ? Les habitants de Hong Kong ont explicitement dit « non » au PCC en participant à des manifestations antigouvernementales, et les habitants de Taïwan ont soutenu publiquement le mouvement démocratique de Hong Kong. Taïwan a adopté des élections démocratiques et a suivi la volonté de sa population de se tenir à l’écart du PCC.

Le Burkina Faso, un pays africain enclavé et éloigné de la Chine, subit les fruits amers du maintien de relations diplomatiques avec le PCC. C’est vraiment une leçon apprise à la dure.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ