Une photo touchante d’un garçon péruvien de 6 ans, priant à genoux pour la fin de la pandémie, devient virale

Par Louise Bevan
26 avril 2020
Mis à jour: 26 avril 2020

Le moment émouvant où ce garçon péruvien de 6 ans s’est agenouillé et a prié dans une rue vide pour que cesse la pandémie mondiale a réchauffé le cœur de milliers de personnes. Une voisine a capturé l’acte de foi émouvant du petit garçon et l’a diffusé sur les médias sociaux.

Claudia Alejandra Mora Abanto a pris cette photo, désormais virale, dans la rue Junín à Guadalupe, au Pérou, et l’a diffusée sur les médias sociaux avec l’autorisation du garçon et de ses parents. Dans cette image captivante, la sincérité de l’enfant est mise à nu alors qu’il est agenouillé, les paumes de mains pressées l’une contre l’autre, les yeux fermés pour se concentrer, et un masque chirurgical sur le visage.

Le 13 avril 2020, Claudia Alejandra a publié sur Facebook sa photo, qui a depuis été partagée plus de 1 000 fois, déclarant qu’elle venait de la prendre quelques heures auparavant.

« Je vous raconte l’histoire de cette photo que j’ai prise il y a quelques heures », a commencé Claudia Alejandra. « Aujourd’hui, dans le quartier, nous nous sommes réunis pour prier et demander à Dieu son aide dans la situation d’urgence que nous vivons, et de partager l’espoir et la foi. »

Selon le RPP News du Pérou, le petit garçon se nomme Alen Castañeda Zelada, et aurait 6 ans. En sortant de chez lui pour prier pour la fin du virus du PCC, Zelada est devenu involontairement un symbole d’espoir, tant dans sa communauté que pour les internautes des médias sociaux du monde entier.

Calle Junín dans la ville de Guadalupe, La Libertad, Pérou (Capture d’écran/Google Maps)

Claudia Alejandra a expliqué sur Facebook qu’elle avait l’intention de prendre des photos des bougies disposées par ses voisins mais qu’elle a été agréablement surprise de voir Zelada prendre un moment pour s’agenouiller en signe de révérence dans la rue. « Profitant de son moment de recueil », Claudia Alejandra a déclaré : « J’ai pris la photo. »

Quand la photographe a demandé au petit garçon l’objet de sa prière, ce dernier a répondu que « que sa demande était un voeu adressé à Dieu seul ». Il était sorti dans la rue pour échapper au bruit de sa maison, craignant que son souhait ne soit pas entendu à cause du vacarme.

« J’ai retrouvé le sourire », a déclaré Claudia Alejandra, « mais surtout, j’ai été ravie de constater l’amour et la confiance de cet enfant envers Dieu. Comme c’est beau ce qu’on leur inculque, même dans les moments difficiles. Que la foi ne meure jamais. »

Des sans-abri attendent dans un refuge installé dans les arènes bicentenaires d’Acho Bullring à Lima, pour la durée du virus du PCC, le 31 mars 2020. (CRIS BOURONCLE/AFP via Getty Images)

Le 15 mars, le Pérou s’est mis en quarantaine sur ordre du président Martín Vizcarra en raison du nombre croissant de cas du virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus. Un couvre-feu et une interdiction de voyager ont été imposés, avec effet immédiat, le soir même à minuit.

Le sénateur Gilbert Alonzo Fernandez s’est adressé à Forbes et a expliqué que le confinement se poursuivrait aussi longtemps que nécessaire. « Je suis sûr que le Pérou survivra à cette crise », a-t-il déclaré. « Nous, les Péruviens, sommes des spécialistes pour faire face à des crises comme celle-ci et en sortir victorieux. »

Comme l’a rapporté le RPP News, Zelada a ensuite réagi à sa soudaine célébrité virale. Il a expliqué qu’il avait prié Dieu de lui demander de prendre soin de toutes les personnes qui ont contracté le virus potentiellement mortel.

« J’ai demandé que personne ne parte », a déclaré le petit garçon à la chaîne de télévision péruvienne, « de nombreuses personnes importantes meurent avec cette maladie. »

(Illustration – SewCream/Shutterstock)

Le père du garçon, Abraham Castañeda Malca, a déclaré que lui et toute sa famille, qui sont de fervents catholiques, étaient néanmoins surpris par la sincère dévotion de Zelada. Il a déclaré : « J’imagine que, avec tout ce qui se passe dans ce monde, la pandémie et le fait de voir tant de gens mourir… »

« Mon fils est un petit garçon de 6 ans et je ne pensais pas qu’il allait réagir comme ça, poursuit Malca, cela nous a tous surpris. »

Zelada, son père et leurs voisins de la rue Junín organisent une chaîne de prière chaque soir à 20 heures, espérant et priant collectivement pour la fin de la pandémie mondiale.

Saviez-vous que nous sommes indépendants ?

Epoch Times est indépendant de toute influence d’entreprises, de gouvernements ou de partis politiques. Notre seul objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations précises et d’être responsables envers le public.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ