Un photographe se rend en Mongolie pour saisir les chasseurs à l’aigle d’une ancienne tribu, les derniers de la sorte

Par SWNS
10 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

Ces images douces-amères racontent l’incroyable histoire d’un photographe qui a vécu avec une tribu isolée en Mongolie – qui chasse à l’aigle.

Depuis des siècles, la tribu utilise des aigles royaux pour chasser des proies pendant les mois d’hiver rigoureux, un exemple extraordinaire de relation entre les humains et les animaux semi-sauvages.

Cependant, cette ancienne tradition se raréfie et ces chasseurs à l’aigle pourraient bien être les derniers de leur espèce.

Ces images racontent l’incroyable histoire d’une tribu éloignée de Mongolie, qui chasse avec des aigles. (SWNS)

On estime à 250 le nombre de chasseurs à l’aigle dans la province de Bayan-Ölgii, qui est située dans les montagnes de l’Altaï, dans l’ouest de la Mongolie.

Il faut cinq ans pour terminer l’entraînement avec les aigles et devenir un chasseur d’aigle ou berkutchi.

Pendant cette période, le chasseur doit gagner la confiance de l’aigle en faisant preuve de respect et de douceur, sinon il risque de s’envoler et de ne jamais revenir.

Une fois que l’aigle est assez âgé et que ses compétences ont été affinées, le berkutchi et son cheval travaillent ensemble avec l’aigle royal pour attraper les proies dont il se nourrit.

Cette image incroyable représente un chasseur mongol, ou « berkutchi », qui utilise des aigles royaux dressés pour chasser. (SWNS)
La tribu a utilisé des aigles royaux pour chasser ses proies pendant les mois d’hiver rigoureux pendant des siècles. (SWNS)

L’objectif principal de l’aigle est d’attraper la proie et de la serrer suffisamment longtemps pour que le chasseur puisse la saisir. Les aigles reçoivent un morceau de viande en guise de récompense après la chasse.

Malheureusement, les chasseurs d’aigle kazakhs modernes sont de moins en moins nombreux, la jeune génération s’installant dans les villes et préférant le confort de la vie moderne.

Malgré cela, de nombreux chasseurs à l’aigle transmettent leur savoir-faire à leurs fils et à leurs filles.

Zay Yar, un photographe de 36 ans, a passé quelque temps dans l’ouest de la Mongolie pour instruire la vie de ce peuple incroyable.

Il y a environ 250 chasseurs à l’aigle à Bayan-Ölgii, qui est situé dans les montagnes de l’Altaï, dans l’ouest de la Mongolie. (SWNS)
Cette ancienne tradition se fait de plus en plus rare et ces chasseurs à l’aigle pourraient très bien être les derniers de leur espèce. (SWNS)
Le photographe Zay Yar, 36 ans, a passé du temps à vivre et à photographier la tribu éloignée de Mongolie. (SWNS)

Il a immortalisé leur incroyable tradition pendant que la tribu chassait à cheval et entraînait ses aigles.

« Je m’intéresse à la culture des chasseurs d’aigles. Comment ils vivent, comment ils s’entraînent et chassent avec leurs aigles royaux et comment cette tradition se perpétue », a déclaré Zay, originaire du Myanmar.

« Au cours de notre visite, nous avons demandé aux chasseurs d’aigles kazakhs de faire une démonstration de la pratique de la chasse à l’aigle et de la façon dont leur tradition est transmise aux générations futures. »

(SWNS)
(SWNS)
(SWNS)

« Les Kazakhs sont très amicaux et leur pratique de la chasse à l’aigle royal à cheval n’est pas une tâche facile. »

« J’ai été heureux et étonné de rencontrer ces gens merveilleux et leur ancienne tradition. »

« Les images représentent la culture de la chasse à l’aigle et la façon dont la tradition est transmise aux jeunes chasseurs d’aigles. »

« Cette incroyable tradition de chasse à l’aigle est en train de disparaître aujourd’hui. À travers mes images, les gens peuvent sentir comment ils maintiennent cette pratique ancienne de la chasse à l’aigle et comment il est difficile de devenir un berkutchi. »

(SWNS)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ