Un photographe voyage à travers le Viêtnam, afin d’assurer la préservation du riche patrimoine de 54 tribus ethniques sur des clichés

Par Louise Bevan
12 avril 2021
Mis à jour: 12 avril 2021

Le photographe itinérant Réhahn, originaire de Normandie, s’est installé au Viêtnam après s’être épris de la gentillesse des habitants et de la sérénité des paysages.

Les Vietnamiens sont alors devenus ses muses, une passion qui a fini par prendre la forme d’un projet spécial de dix ans illustrant 54 des groupes ethniques du pays.

Au fil de ses voyages, appareil photo en main, Réhahn a pris le temps de nouer des relations avec les membres des 54 tribus ethniques minoritaires du Viêtnam.

Séduit par leurs histoires, leurs costumes et le savoir-faire artisanal de la récolte du chanvre et de la teinture manuelle des tissus tombant dans l’oubli au sein des jeunes générations toujours plus pressées, Réhahn, lui-même père de famille, a décidé d’aider à les préserver, donnant ainsi naissance au célèbre The Precious Heritage Project.

An Phuoc, sujet d’une des photos emblématiques de Réhahn (Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
Réhahn avec An Phuoc (Avec l’aimable autorisation de Réhahn)

« Je suis devenu obsédé par le fait d’apprendre tout ce que je pouvais sur les groupes ethniques du Viêtnam », a déclaré Réhahn à Epoch Times par courriel, faisant allusion à l’inspiration derrière son projet. « J’ai réalisé très tôt que seule une petite partie des informations était disponible sur de nombreux groupes. »

Détaillant le projet qui a débuté en 2011, Réhahn a déclaré qu’il y avait quelques détails disponibles dans des rapports sur la population ; cependant, face à toutes les cultures vivantes et en évolution, il a réalisé à quel point les héritages de ces groupes étaient riches et combien ils sont inconnus du monde en général.

« J’ai voulu créer un lieu pour célébrer la diversité de ces cultures et leur artisanat, ainsi que pour préserver de précieux artefacts, costumes et histoires », a-t-il ajouté.

(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn )

Il va sans dire qu’il était impossible de joindre autant de tribus ethniques par téléphone ou par courrier électronique, aussi Réhahn s’est-il rendu en personne sur chaque site. Il a rencontré les membres de la tribu et a noué des relations avec eux, expliquant toujours son projet aux anciens du village et ravissant les enfants en leur parlant en vietnamien.

« Loin d’être une corvée, c’est en fait la partie de la recherche que j’ai préférée ! » explique-t-il. « J’ai ressenti l’impact émotionnel de leur désir de préserver et de protéger leur patrimoine. »

C’est ainsi qu’au cours des neuf années suivantes, une étonnante série de photos a vu le jour, représentant les 54 minorités tribales du Viêtnam.

(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn )

Malgré la myriade de difficultés rencontrées en cours de route, Réhahn n’a jamais envisagé d’abandonner. Arrêter le projet à mi-chemin aurait été, selon lui, comme écrire un livre en omettant les derniers chapitres. Il est convaincu que « chaque groupe méritait d’être vu, honoré et respecté ».

Inévitablement, en cours de route, certaines histoires ont retenu l’attention du photographe curieux. Un portrait qui suscite toujours un sourire a été pris d’une petite fille nommée Huong.

« Elle est membre de l’ethnie Pa Then », explique Réhahn. « Les Pa Then font des efforts particuliers pour préserver leur culture, par exemple en demandant à leurs enfants de porter leurs vêtements traditionnels à l’école tous les lundis. Leur costume est particulièrement compliqué et c’était un plaisir de voir Huong et son père rire ensemble alors qu’ils essayaient de l’enfiler correctement pour mon portrait. »

Huong, membre de l’ethnie Pa Then (Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)

Réhahn a créé le Precious Heritage Museum à Hoi An, au Viêt Nam, dans une maison française pour présenter 200 photographies et 62 ensembles vestimentaires traditionnels à travers cinq pièces, entièrement gratuits pour le public. Selon son site web, la plupart des costumes lui ont été donnés par le chef de chaque village.

Le photographe présente également son travail sur Instagram, Facebook, et sur son site personnel.

S’étant vu confier les histoires et les précieux costumes des groupes ethniques qu’il documente, il affirme que les réactions du peuple à son travail ont été « extrêmement positives ».

Michael Croft, de l’UNESCO, a salué le projet pour sa « compréhension et son respect » des cultures traditionnelles. Réhahn a également reçu des témoignages positifs de la Fondation Christina Nobel, de l’UNICEF et de nombreuses ambassades et consulats au Viêtnam.

Il a reçu le Trophée des Français de l’étranger à l’Élysée pour son travail en 2018.

(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)

Réhahn croit fermement qu’il est « indispensable » que les générations futures apprennent à connaître leur patrimoine et leur culture.

« Comment pouvons-nous célébrer la diversité, le patrimoine et notre histoire si nous faisons tous partie d’un continent internet sans visage ? » s’est interrogé M. Réhahn, s’adressant à Epoch Times. « Ralentir et prendre le temps d’apprendre les compétences traditionnelles qui ont été transmises de génération en génération crée une culture du respect. »

Quant à son précieux projet qui s’est achevé en 2019, Réhahn se sent « honoré […] d’avoir eu la chance d’entrer dans la vie de tant de personnes extraordinaires ».

« Mon appareil photo a ralenti le monde. J’ai pris le temps d’écouter des histoires et de voir des choses devant lesquelles je serais peut-être simplement passé auparavant », a-t-il ajouté.

(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)

Vous trouverez ci-dessous d’autres photos de cette série passionnante :

(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
(Avec l’aimable autorisation de Réhahn)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ