Photos : un artiste transforme de fragiles mines de crayon en d’incroyables œuvres d’art miniatures

Par Louise Bevan
29 juillet 2021
Mis à jour: 29 juillet 2021

Un sculpteur bosniaque transforme l’un des outils les plus rudimentaires de l’artiste – le crayon – en d’étonnantes œuvres d’art.

Les sculptures miniatures de Jasenko Đorđević, taillées dans la mine de crayon, sont à la fois un regard sur le support et une invitation à reconceptualiser le grand art à une échelle microscopique.

Inspiré par l’artiste plombier Dalton Ghetti, M. Đorđević a été la première personne en Europe, et le deuxième artiste connu au monde, à créer des sculptures miniatures de cette manière, selon son site Web, TOLDart.

Jasenko Đorđević sculptant une mine de crayon en une œuvre d’art miniature (Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

« Le crayon a toujours été un outil pour faire de l’art, mais, dans ce cas, il est l’art », a déclaré M. Đorđević à My Modern Met, une communauté en ligne faisant l’éloge de la créativité et de l’esprit positif.

« C’est la première chose qui m’a inspiré. Il a toujours été très symbolique pour moi, non seulement le crayon lui-même, mais chaque sculpture qui en découle a un sens et une histoire derrière elle. »

M. Đorđević, né à Tuzla en 1983, a été initié au travail de Ghetti par son frère – et une passion pour un nouveau support miniature a été déclenchée. Avant de travailler avec le graphite, il avait également expérimenté l’origami, réussissant à plier un bateau en papier de seulement 1 millimètre de diamètre en l’an 2000, rapporte le magazine en ligne.

(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)
(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

L’artiste talentueux réalise des sculptures sur des crayons de graphite depuis 2010. Se souvenant de ses années d’école maternelle et primaire, il a déclaré que ses « dessins étaient toujours très petits par rapport au papier ».

« Je faisais aussi de petites sculptures en argile », a-t-il confié au média, « mais au fur et à mesure que je grandissais et changeais, le matériau changeait aussi. »

M. Đorđević précise que le graphite étant un matériau fragile, les erreurs se mesurent en dixièmes de millimètre.

Et pour l’artiste passionné, tout défi supplémentaire est tout simplement irrésistible.

(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

M. Đorđević dit qu’il commence par choisir un dessin qui peut être redéfini dans des dimensions infimes avant de l’esquisser. Il estime ensuite les « points faibles de la sculpture », choisit un crayon rond ou carré, et rassemble un ensemble de scalpels chirurgicaux.

La première phase de sculpture du contour grossier dure entre 5 et 10 heures, rapporte My Modern Met. Ensuite, il procède à la prise de photos haute résolution pour localiser les éventuels points de correction. La deuxième phase, la « phase de détail », nécessite un microscope et peut prendre jusqu’à deux jours.

« En dernière étape, je prends quelques photos pour mes archives et je lui donne un numéro de série », a-t-il déclaré.

(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

M. Đorđević réalise des commandes. Bien que certaines des idées de ses clients soient techniquement impossibles, l’artiste apprécie d’avoir un apport objectif dans son travail.

Lorsqu’il s’agit de travailler pour lui-même, ses inspirations sont nombreuses : pop art, nature, architecture, reproductions d’œuvres d’art célèbres et questions sociales.

La complexité du travail de M. Đorđević s’est développée parallèlement à sa compréhension du support qu’il a choisi. Six ans après le début de son parcours, en 2016, l’artiste a eu sa première exposition internationale en Norvège et a gagné un public mondial.

Se faisant appeler TOLDart sur les médias sociaux, il présente désormais ses incroyables chefs-d’œuvre miniatures sur Instagram.

(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

Quelques projets occupent une « place spéciale » dans son cœur, en raison de leur importance sociale.

« L’un d’eux est le Projet d’alphabétisation », a déclaré Đorđević au média, « où j’ai réalisé une série de sculptures qui réfléchissent aux droits de l’homme. »

Une autre, pour Amnesty International, visait à aider les personnes qui ont été lésées.

Quant à ce qui pousse l’artiste à continuer, il affirme qu’il ne s’est pas encore lassé de son travail.

(Avec l’aimable autorisation de TOLDart)

« Je fais cela depuis très longtemps », a-t-il déclaré. « Cela m’a donné un sens, des opportunités, bien sûr, du plaisir, et enfin – mais surtout – cela m’a donné la liberté. »

« La liberté de la monotonie de la vie quotidienne et, parfois, la liberté de mes propres pensées. »

M. Đorđević a des expositions permanentes à la TOLDart Atelier-Gallery et à la GM Gallery de Tuzla, ainsi qu’au Cumberland Pencil Museum de Cumbria, en Angleterre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ