Pierres d’Ica gravées : une bibliothèque préhistorique ?

2 septembre 2010
Mis à jour: 2 juillet 2017

La collection de pierres d’un musée péruvien révèle une civilisation ancienne

ICA, Pérou – À première vue, la petite ville péruvienne d’Ica située dans le désert de Nazca, à environ 5 heures de bus de Lima, n’a rien d’extraordinaire à offrir. Mais, après un arrêt au musée Cabrera, le musée qui abrite des pierres gravées d’Ica, un monde nouveau émerge.

Plus de 10 000 pierres de différentes tailles remplissent le musée. Elles ont toutes une surface lisse et noire sur laquelle des images sont gravées. Elles sont plus lourdes que des pierres communes, de taille similaire.

Dr Javier Cabrera Darquea, qui a recueilli et étudié ces pierres pendant 37 ans, a débuté en recevant une petite pierre en cadeau d’anniversaire. Surpris par son poids et son design, il a commencé à les collectionner et à les étudier.

Pierre représentant des dinosaures.
Eugenia Cabrera C., directrice du musée et fille du Dre Cabrera, a déclaré que son père a effectué une analyse sur les pierres et il a constaté qu’elles font partie d’un type de roche commune appelée «andésite». Elles sont enrobées d’une couche spéciale en surface qui les rend noires et lisses, et leur donne probablement ce poids supplémentaire.

Il suppose que la couche a pu être molle au début, ce qui aurait permis aux gens d’y dessiner des images, plus tard elle aurait durci. Aujourd’hui, le revêtement est encore sur les pierres, nous permettant de voir les images.

Pierre représentant une greffe de coeur

Messages sur les pierres

Sur les pierres il y a des dessins de personnages humains, de plantes, d’animaux, et de symboles abstraits. Les humains portent des chapeaux, des vêtements et des chaussures. Certaines pierres représentent des scènes semblables à des transfusions de sang d’aujourd’hui, des transplantations d’organes et des naissances par césarienne. Plusieurs pierres montrent des gens qui regardent avec un télescope des constellations d’étoiles, des planètes et des comètes.

Les animaux ressemblent, entre autres, à des vaches, des cerfs, des girafes. Certains ressemblent également à des trilobites, des poissons disparus, et d’autres animaux avec lesquels nous ne sommes pas familiers. Le plus étonnant, c’est que plusieurs pierres représentent des êtres humains tentant de tuer ou en train d’être mangés par des dinosaures.

Dr Dennis Swift, qui a étudié l’archéologie à l’Université du Nouveau-Mexique, a apporté dans son livre Secrets des pierres d’Ica et les lignes de Nazca les preuves que les pierres datent de l’époque précolombienne.

En se basant sur le contenu des dessins, certains croient que les pierres datent de 65 millions d’années, avant que les dinosaures ne s’éteignent, et qu’il y avait des gens qui existaient à cette époque – ceux ayant produit les pierres.

Un homme observant le ciel avec un télescope.
Cette idée n’est pas facilement acceptée, beaucoup de gens croient que les pierres sont fausses et ont été faites par l’homme moderne. Dans un article, Swift a mentionné que l’une des raisons pour lesquelles les pierres ont été considérées fausses, c’est parce que dans les années 1960, les paléontologues pensaient que les dinosaures marchaient en traînant leur queue, et les pierres représentent les dinosaures à la queue relevée.

Parce que les dessins des dinosaures ont été considérées inexacts, les scientifiques pensaient qu’il était impossible que les pierres soient produites par des gens d’il y a 65 millions d’années. Toutefois, il a été découvert par la suite que les dinosaures marchaient effectivement sans poser la queue au sol. «Maintenant, nous savons que les paléontologues ont eu tort. Les pierres d’Ica avaient raison», a écrit Swift.

Pas aussi simple qu’un dessin

Dre Cabrera a compris que les pierres d’Ica sont comme une bibliothèque, chaque pierre est un livre ou une page d’un livre documentant le passé. Des choses importantes ont été dessinées sur de grosses pierres, et les questions moins importantes sur de petites pierres.

Mme Cabrera précise encore la compréhension de son père : «Ils [les gens qui ont fait les pierres] n’ont pas simplement transmis de simples dessins représentant certains moments, mais ils transmettaient un type de langage basé sur les dessins.»

Grâce à ses recherches, Dre Cabrera en est venu à croire que les dessins de feuilles signifient les individus, et que des feuilles ensemble représentent les civilisations. En ce qui concerne les coiffes que le peuple porte sur les dessins, Dre Cabrera pense qu’elles symbolisent l’intelligence, car beaucoup d’hommes sages ont été dessinés avec des coiffes.

Version originale : Ica’s Engraved Stones: A Prehistoric Library?

 

RECOMMANDÉ