Maintien de l’ordre en Amérique – leadership, confiance, communauté

28 septembre 2018
Mis à jour: 29 septembre 2018

Le maintien de l’ordre est essentiel à la société américaine et doit perpétuellement reposer sur les piliers du leadership éthique, de la confiance et de la communauté.

Lorsque ces principes sont respectés, les communautés sont sauvegardées et le mode de vie des États-Unis est protégé de la discorde, de l’anarchie et de l’agitation.

Aussi, il serait naïf de ne pas voir les défis auxquels l’Amérique est confrontée.

En se penchant sur le sur le maintien de l’ordre, on remarque le besoin crucial d’améliorer la cohésion au sein de la collectivité. La société s’épanouira lorsque le caractère, le courage moral et le respect souderont la collectivité et la police ensemble.

Pour qu’une société soit harmonieuse, il est essentiel que le maintien de l’ordre soit efficace, aussi c’est l’une des choses les plus importantes que l’Amérique doit développer en ce moment. Le renforcement de la noble profession policière en unifiant celle-ci avec la communauté doit être une priorité pour le pays.

Notre pays mérite que toutes ses parties s’engagent dans une collaboration entre la police et la collectivité. Cette collaboration ne peut être mise en valeur que par les principes de justice, de responsabilité et de transparence. Ces qualités sont essentielles non seulement pour les professionnels de l’application de la loi, mais aussi pour tous ceux qui ont le privilège de vivre en Amérique.

Rétablir la confiance, bâtir la communauté

Mon article intitulé « America Policing : Restoring Trust, Building Community » (Renforcir les forces de l’ordre américaines :  rétablir la confiance, bâtir la communauté), publié dans l’Epoch Times du 20 octobre 2016, traite des controverses entre la police et la collectivité.

Voir aussi :

 

Des agents de la police de New York donnent l’exemple des services de police de quartier lors d’une visite dans un magasin communautaire. (Avec l’aimable autorisation de la police de New York)

L’article souligne la nécessité pour l’Amérique d’un « appel à renouveler, rétablir et redynamiser l’union entre la police et la communauté ».

On y aborde également la réalité incontestable des répercussions négatives qu’ont eu les controverses entre la police et la communauté.

L’article souligne que « toute rupture de confiance entre la communauté et la police exige qu’on s’y consacre de toute urgence et de façon inébranlable et complète pour remédier au problème ». L’établissement de la confiance et l’amélioration du contact humain, fondé sur le respect, demeurera une intervention cruciale à acheminer jusqu’au bout.

De plus, l’article affirme que le respect, qui est au cœur du maintien de l’ordre, « doit toujours être en complément de l’amélioration des normes de recours à la force, de formation continue, de la transparence et de la responsabilisation, ainsi que par une renaissance des valeurs éthiques dans les services de police et dans toute la société ».

Chef de patrouille de la police de New York : leadership, confiance, communauté

L’importance du leadership, de la confiance et de la communauté a été soulignée par le chef Rodney Harrison de la police de New York lors d’un événement auquel j’ai assisté le mercredi 12 septembre 2018 dans le Lower Manhattan.

Voir aussi :

Le chef Harrison était le conférencier vedette du Conseil de sécurité du secteur financier de la première circonscription devant un auditoire debout seulement. Le conseil est un partenariat entre les organismes d’application de la loi, les professionnels de la sécurité privée et les dirigeants communautaires qui se consacrent à la sauvegarde de la ville de New York.

Avant sa nomination au poste de chef de patrouille, le chef Harrison a travaillé dans tous les arrondissements de New York au cours de sa carrière bien décorée de 27 ans à la police de New York.

En tant que chef de patrouille, le chef Harrison est responsable de plus de 17 000 membres du NYPD Patrol Bureau. C’est le bureau le plus grand et le plus visible de la police de New York.  Il est divisé en huit commandements d’arrondissement composés de 77 commissariats de police à travers la ville.

Ces quartiers sont composés de populations diverses et le quartier typique de la police de New York est de la taille d’une ville américaine de taille moyenne, allant de 70 000 à 150 000 personnes.

Au cours de sa présentation, le chef Harrison a souligné que la récente réduction de criminalité à New York, qui bat des records, n’a été possible que grâce à la collaboration entre la police et la collectivité.

Il a également souligné que le cœur de cette collaboration est due à une responsabilité partagée et une confiance mieux établie entre la police et la collectivité.

Le chef Harrison a également déclaré que ce partage des responsabilités et cette confiance mutuelle sont les piliers de leur nouvelle politique « Neighborhood Policing » (Service de police de quartier), qu’il qualifie d’extraordinaire.

« Neighborhood Policing » est une charte éthique globale de prévention du crime et de lutte contre la criminalité. Elle repose sur la communication et la collaboration entre tous les membres du département de police de New York et la communauté.

Les agents de coordination de quartier (sous-officiers) sont essentiels aux services de police de quartier, comme l’a dit le chef Harrison.  Il s’agit d’agents de police qui servent d’agents de liaison avec la collectivité, mais aussi de combattants de la criminalité et de solutionneurs de problèmes.

Ces sous-officiers travaillent en étroite collaboration non seulement avec les résidents et les dirigeants de la collectivité, mais aussi avec les escouades de détectives locales. Dans leur rôle de leadership pour la police de New York, les sous-officiers sont en mesure d’intervenir efficacement en cas d’incidents et de problèmes grâce à leurs partenariats communautaires à toute épreuve.

Service de police de Belleville : un moment de gloire

L’importance du leadership, de la confiance et de la communauté a également été au centre d’un autre événement d’application de la loi auquel j’ai assisté. L’événement a été résumé dans mon article du 10 septembre 2017 pour The Epoch Times intitulé « Best Time to Be a Cop in America« .

Capitaine Nick Breiner, cérémonie de promotion du Département de police de Belleville, 31 août 2017, Belleville, New Jersey. (Vincent J. Bove)

Le jeudi 31 août 2017, j’ai eu le privilège d’assister à la cérémonie de promotion du Service de police de Belleville à leur quartier général du New Jersey.

Au cours de la cérémonie, un capitaine nouvellement promu, Nicholas G. Breiner, comme le chef Rodney Harrison, représentait également un modèle des idéaux de la police. Cela s’est traduit par la description de sa carrière bien décorée et par ses remarques inspirantes.

Bref, l’illustre carrière du capitaine Breiner comprend plus de vingt-cinq ans de gestion de plus en plus responsable de la sécurité, d’application de la loi et de réalisations militaires.

Le capitaine Breiner a été commandant du Bureau des normes professionnelles et de la formation policière de Belleville. Ce rôle a mené à une certification du Service de police de Belleville par l’Association des chefs de police de l’État du New Jersey le 9 mars 2017.  Cette certification est une reconnaissance en tant qu’expert en matière de politiques et de procédures ministérielles et de sa collaboration avec les agents et les superviseurs afin d’accroître l’efficacité de leur structure.

En plus de l’application de la loi, il est également major et directeur des opérations du 204e escadron de la Garde nationale aérienne du New Jersey.

Après avoir abordé honnêtement les défis contemporains de la méfiance des communautés face à la police, le capitaine Breiner a inspiré son auditoire en déclarant que c’était « le meilleur moment pour être policier en Amérique ».

Il a d’abord gracieusement remercié sa famille, ses amis et ses invités. Puis, il a demandé aux futurs leaders du maintien de l’ordre de comprendre le privilège de leur profession. Le capitaine Breiner les a exhortés à prêcher par l’exemple, à servir avec abnégation et à établir des liens de confiance avec les gens qu’ils servent.

Comme dans le cas du chef Harrison, ses remarques devant un auditoire debout reflétaient le professionnalisme, la dignité et le respect de la police. Le capitaine Breiner a souligné que le moment est venu pour les forces de l’ordre de miser sur les piliers du courage, de l’innovation, du dévouement et de l’établissement de liens de confiance. Selon le capitaine Breiner, ces piliers sont les caractéristiques d’une force policière efficace.

Réflexions finales

Nous vivons des temps indéniablement difficiles pour les services de police en Amérique. Pourtant, comme l’ont dit le chef Harrison et le capitaine Breiner, c’est le temps pour le leadership, la confiance et la communauté.

En conclusion, je renvoie humblement les lecteurs à mon article intitulé « Principles of American Policing » nommé précédemment, publié dans l’édition du 1er mai 2015 de The Epoch Times.

Le premier principe stipule que « le fait d’être pro-police et pro-communautaire est inséparable, infatigable et prééminent. La police doit en tout temps demeurer pleinement engagée à protéger et à servir le public en faisant preuve d’un caractère, d’une éthique et d’un leadership entiers et sincères. La police doit être guidée par une boussole morale qui honore la communauté, la Constitution et la Déclaration des droits. »

L’Amérique sera sur la voie d’un réveil lorsque ce principe, si vivant grâce à l’engagement de la police de quartier de la NYPD et à la cérémonie de promotion du service de police de Belleville, sera imité à l’échelle nationale. Nous devons tous nous consacrer au leadership éthique, à l’établissement d’un climat de confiance et au partage de la responsabilité de protéger les collectivités partout aux États-Unis.

Vincent J. Bove, CPP, est un conférencier et auteur national sur des questions cruciales pour les États-Unis. M. Bove a reçu le prix du directeur du FBI pour le leadership communautaire dans la lutte contre le crime et la violence, il est l’auteur de 275 ouvrages, dont quatre livres, et l’ancien directeur de conscience des Yankees de New York. Son dernier livre est Reawakening America (Réveiller de nouveau l’Amérique). Pour plus d’informations, voir www.vincentbove.com, ou twitter.com/vincentjbove.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

La police de Norfolk défie la police du Texas sur
« Uptown Funk! » de Bruno Mars – c’est génialissime

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ