Plan de relance : les maires en « désaccord total » avec le gouvernement

Par Epoch Times avec AFP
4 septembre 2020
Mis à jour: 5 septembre 2020

L’Association des maires de France (AMF) a déclaré que « le désaccord est total sur le fait que l’on fasse payer, par prélèvement aux collectivités, les actions de l’État ».

Vendredi 4 septembre, les maires ont déterré la hache de guerre contre le plan de relance présenté la veille par le gouvernement, lui reprochant de puiser dans leurs ressources pour faire des « cadeaux » aux entreprises, appelant même le Parlement à la rescousse.

Tout au long de la journée, le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt a tenté de rassurer les différentes associations d’élus lors de rencontres ou visioconférences afin de leur expliquer le financement des 100 milliards d’euros du plan de relance.

Sans convaincre l’Association des maires de France (AMF), qui déjà avait exprimé ses craintes pour les finances des communes avant la présentation du plan. « Une fois de plus, le gouvernement, lorsqu’il veut faire des cadeaux, puise dans la caisse du voisin », s’agace son premier vice-président, André Laignel, maire (PS) d’Issoudun (Indre), « j’ai indiqué le total désaccord » avec « les propositions du gouvernement en ce qui concerne ce plan dit de relance », a-t-il expliqué. « Le désaccord est total sur le fait que l’on fasse payer, par prélèvement aux collectivités, les actions de l’État », a-t-il rajouté.

Plus de « 30 milliards » de recettes perdues

Selon les chiffres de l’AMF, la baisse annoncée, dans le cadre du plan relance, des impôts de production pour les entreprises entraînera une perte de 3,3 milliards d’euros pour les communes, soit 1,75 sur la taxe foncière sur les propriétés bâties et 1,54 milliard sur la cotisation foncière des entreprises (CFE).

Pour M. Laignel, ce sont au total plus « plus de 30 milliards » de recettes au cours des dernières années perdues par les maires. « On nous a supprimé la taxe d’habitation, soit 23 milliards. Il y a eu aussi  toutes les dépenses nouvelles que nous sommes amenées à faire et les pertes de recettes que nous subissons depuis la crise », détaille-t-il.

Dans un communiqué diffusé par la suite, l’AMF lance un appel au Parlement qui doit examiner le plan de relance cet automne pour que « cesse l’affaiblissement, déjà considérable, des marges de manœuvre fiscales des collectivités ».

« Mise sous tutelle financière »

« Nous assistons à une recentralisation par la pénurie financière », s’emporte M. Laignel. Un sentiment partagé par les maires ruraux : « On prive les collectivités de leurs liens directs avec les entreprises et on continue de mettre sous tutelle financière les collectivités locales », regrette un membre de l’association, sous anonymat.

 

FOCUS SUR LA CHINE : Le porte-parole chinois sous le feu des critiques

 

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

 

RECOMMANDÉ