Plus de 10 000 personnes sont venues écouter les témoignages d’amélioration personnelle de leurs confrères lors d’une conférence sur le Falun Dafa. Le fondateur de la discipline spirituelle s’adresse au public

Par Epoch Times
19 mai 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

NEW YORK – Alors que les conférenciers montaient sur le podium et partageaient leur cheminement vers l’amélioration personnelle, plusieurs membres de l’auditoire essuyaient discrètement leurs larmes.

Beaucoup se sont sentis inspirés à s’améliorer davantage. « C’est si émouvant de voir des personnes venir ici, prêtes à s’ouvrir et à s’exposer de la sorte », a déclaré Mark Hutchison, un entrepreneur de Perth, en Australie.

M. Hutchison et plus de 10 000 autres pratiquants de la discipline spirituelle Falun Dafa se sont retrouvés au Barclays Center de Brooklyn, le 17 mai, pour une conférence d’une journée.

Les participants venaient du monde entier, comme en témoignent les nombreuses langues utilisées pour faire les traductions simultanées des discours, notamment en chinois, en espagnol, en français, en allemand, en coréen, en japonais et en italien.

Le Falun Dafa, aussi connu sous le nom de Falun Gong, est une discipline traditionnelle chinoise d’amélioration personnelle. Les pratiquants de la méthode vivent selon les principes moraux d’Authenticité, de Bienveillance et de Tolérance. Ils font également cinq séries d’exercices de méditation.

En Chine, les pratiques spirituelles se transmettaient souvent de maître à élève, à travers les générations. Le Falun Dafa, une pratique ancestrale, a été présenté au public par M. Li Hongzhi en mai 1992 dans la ville de Changchun, au nord-est de la Chine.

Depuis, elle s’est répandue dans toute la Chine et dans plus de 114 pays.

La conférence a également été l’occasion de célébrer les 27 ans qui se sont écoulés depuis l’introduction du Falun Dafa au public.

Plus de 10 000 personnes assistent à la conférence de Falun Dafa au Barclays Center, à New York, le 17 mai 2019. (Edward Dye/The Epoch Times)

M. Hutchison a déclaré qu’après avoir appris le Falun Dafa, il est devenu une personne plus calme et a acquis une meilleure compréhension du but de sa vie. « Nous les humains, avons des horaires (…) si chargés. Mais quel est en fin de compte la raison d’être des humains ? »

La persécution

Le Falun Dafa a connu une popularité phénoménale en Chine, avec 70 à 100 millions de pratiquants en 1999, selon les médias occidentaux, citant des estimations officielles.

Jiang Zemin, le chef du Parti communiste chinois (PCC) de l’époque, craignait que les enseignements moraux traditionnels de cette pratique ne soient plus attrayants pour le peuple chinois que l’idéologie athée du Parti.

Le 20 juillet 1999, Jiang Zemin a lancé une campagne nationale pour éradiquer la pratique. Les pratiquants ont été arrêtés et jetés en prison, dans des camps de travaux forcés, des centres de lavage de cerveau et d’autres installations, dans lesquelles ils ont souvent été torturés dans le but de les forcer à renoncer à leur foi.

Le site Web Minghui.org, centre d’échange d’informations sur la persécution, a confirmé le nombre de décès dus à la torture et aux mauvais traitements, soit 4 304. Le nombre réel serait beaucoup plus élevé, mais inconnu en raison de la difficulté d’obtenir des informations précises venant de l’intérieur de la Chine.

En outre, un grand nombre de pratiquants auraient été assassinés pour le pillage de leurs organes. Depuis qu’Epoch Times a rendu publique une première histoire sur le prélèvement forcé d’organes en Chine en 2006, des chercheurs et des journalistes indépendants ont enquêté et confirmé les allégations selon lesquelles le régime chinois prélevait des organes des prisonniers d’opinion encore vivants, principalement des pratiquants de Falun Dafa, pour les utiliser dans le système de transplantation d’organes du pays. Dans le cadre de cette campagne de persécution, l’appareil de propagande du PCC a lancé une campagne de dénigrement de cette discipline et de ses pratiquants.

Beaucoup de conférenciers ont parlé des efforts qu’ils ont déployés pour sensibiliser la population à la persécution qui a lieu en Chine et des difficultés qu’ils ont éprouvées dans leurs démarches.

Une jeune femme qui vit aujourd’hui à Tokyo, au Japon, a partagé les expériences qu’elle a vécues depuis qu’elle informe les touristes chinois continentaux en visite dans son pays, au sujet de la persécution que subit le Falun Dafa.

Beaucoup de gens qui avaient cru à la propagande du régime chinois, et nourrissaient des sentiments négatifs à l’égard du Falun Dafa, parfois hurlaient ou maudissaient les personnes bénévoles du Falun Dafa qui essayaient de parler avec les touristes.

Mais la jeune femme savait qu’elle devait faire preuve de bienveillance et de patience envers eux malgré leur haine. Après leur avoir raconté comment le régime chinois avait diffusé une propagande haineuse sur le Falun Dafa, de nombreux touristes ont changé d’attitude.

Rob Gray, pratiquant de Falun Dafa au Royaume-Uni, prend la parole à la conférence Falun Dafa à Barclays Center, Brooklyn, New York, le 17 mai 2019. (Larry Dye/The Epoch Times)

Rob Gray, qui vient du Royaume-Uni, a parlé des efforts qu’il a déployés pour en appeler aux représentants du gouvernement sur la question du prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Dafa en Chine.

M. Gray a parlé de ses efforts pour sensibiliser le Parlement britannique et l’Union européenne à cette question, et de sa persévérance dans la tâche difficile et fatigante de coordonner les efforts de sensibilisation, convaincu que davantage de gens avaient besoin d’être informés de ces atrocités, qui continuent d’être commises en Chine aujourd’hui.

Le fondateur du Falun Dafa fait son apparition

M. Li Hongzhi est venu prendre la parole à la conférence.

En chinois, M. Li est souvent appelé « shifu », un terme de respect pour un grand professeur. Lors de sa présence sur scène, M. Li a été accueilli par une ovation debout.

M. Li a parlé pendant environ deux heures, discutant des défis auxquels font face les pratiquants de Falun Gong dans leurs efforts de sensibilisation à la persécution. Après son allocution, qui a été prononcée sans l’aide de notes, il a répondu aux questions de l’auditoire.

Pour William Wang, 42 ans, c’était la première fois qu’il assistait à une importante conférence de Falun Dafa depuis qu’il avait immigré aux États-Unis en 2018, en provenance de Pékin.

William Wang, originaire de Pékin, à la conférence du Barclays Center Falun Dafa le 17 mai 2019. (Nicole Hao/The Epoch Times)

Entendre M. Li parler en personne a suscité de profonds sentiments de gratitude et d’émerveillement à Wang. « Au cours des 15 premières minutes, je n’arrivais pas à réaliser que tout ceci était réel, que j’étais en train d’écouter Shifu en personne », a confié Wang.

Wang a expliqué qu’il était également très heureux de rencontrer autant de pratiquants du Falun Dafa et d’écouter leurs discours.

RECOMMANDÉ