Plus de 1 000 scientifiques émettent de sérieux doutes sur la théorie de l’évolution de Darwin

Par Ivan Pentchoukov
15 février 2019
Mis à jour: 28 février 2021

La liste des scientifiques qui doutent publiquement de la théorie de l’évolution de Darwin a atteint plus de 1 000 membres en février, selon le Discovery Institute, organisme à but non lucratif basé à Seattle, qui tient cette liste depuis plus de 10 ans.

Les scientifiques qui ont signé la déclaration de contestation en deux phrases viennent du monde entier et sont diplômés d’universités prestigieuses telles que Yale, Princeton et Stanford. Les signataires doivent être titulaires d’un doctorat dans un domaine scientifique ou être titulaires d’un doctorat en médecine et être professeurs de médecine.

« Nous sommes sceptiques quant à la capacité de la mutation aléatoire et de la sélection naturelle à pouvoir produire une telle complexité chez les êtres vivants », indique le communiqué (pdf). « L’examen minutieux des preuves de la théorie de Darwin devrait être encouragé. »

Le nombre important de signatures est significatif car le domaine scientifique est dominé par l’orthodoxie darwinienne et les dissidents sont rapidement ostracisés. Alors que de nombreux scientifiques doutent de la science qui soutient la théorie de Darwin, peu le font ouvertement, craignant pour leur carrière.

La liste a dépassé la barre des 1 000 signatures à un moment donné en 2018, mais a été officiellement mise à jour en février 2019. Ce retard est dû au processus de vérification des références scientifiques de ceux qui ont signé la déclaration. Le Discovery Institute vérifie également que chaque signataire potentiel est protégé par un mandat et informé sur les dangers liés à la signature.

« D’un côté, de plus en plus de scientifiques soulèvent des questions sur la suffisance des mutations aléatoires et de la sélection naturelle pour expliquer la complexité de la vie. De l’autre, ceux qui défendent la théorie darwinienne moderne sont devenus encore plus intolérants envers quiconque remet en question cette théorie », a déclaré le Docteur John West, vice-président de Discovery Institute à Epoch Times.

« En ce qui me concerne, je pense que cela est probablement dû à un manque de sécurité et au fait que les problèmes scientifiques liés à la théorie de l’évolution atteignent un point critique. Lorsque les preuves sont contre vous, vous essayez de les supprimer en punissant les dissidents », a-t-il déclaré.

La liste, intitulée « Les scientifiques contestant le darwinisme », a été conçue en 2001 pour répondre aux affirmations des médias selon lesquelles il n’y avait pas de scientifiques sceptiques à propos du darwinisme. L’idée était de montrer qu’il y avait d’éminents scientifiques « qui ont des objections scientifiques » à la théorie de Darwin.

Le Dr Jonathan Wells a été l’un des premiers scientifiques à se joindre à la liste des dissidents. M. Wells, un biologiste, a commencé par croire au darwinisme, mais il est devenu de plus en plus sceptique alors qu’il étudiait la biologie moléculaire et cellulaire. Lorsque le Dr Wells a signé la liste en 2001, ses collègues sur le terrain l’ont attaqué.

Jonathan Wells, un membre senior du Discovery Institute. (Avec l’aimable autorisation du Discovery Institute)

« Être sceptique vis-à-vis de Darwin, en particulier en biologie, c’est mettre sa carrière en péril, et il y a donc une forte pression pour ne pas parler », a déclaré le Dr Wells. « Beaucoup de mes anciens amis et collègues se sont retournés contre moi et ont écrit des choses désagréables sur moi dans leurs blogs ou dans des articles de journaux. »

Le Dr Wells est devenu membre du Discovery Institute après avoir signé la liste, de sorte que sa carrière ne soit pas touchée par le contrecoup. Certains scientifiques, craignant des répercussions à cause de leur signature, ont demandé à ce que que leurs noms soient supprimés.

M. Wells a comparé les darwinistes américains aux prétendus lyssenkistes de l’Union soviétique, qui persécutaient les dissidents du darwinisme avec le soutien du régime communiste.

« Lyssenko a réprimé beaucoup de scientifiques et les a renvoyés, emprisonnés et même parfois tués s’ils n’étaient pas d’accord avec sa politique. […] Avec le soutien de Staline, Lyssenko a pu réprimer ses dissidents », a déclaré Dr Wells.

« Certes, l’Amérique est loin d’être aussi mauvaise, mais ce qui se rapproche le plus des lyssenkistes, ce sont les darwinistes américains qui tentent de supprimer toute opposition ou dissidence à leurs idées », a-t-il ajouté.

Selon le Dr Michael Behe, professeur de sciences biologiques à l’Université Lehigh, la répression de la dissidence contre le darwinisme est véhémente, car il s’agit d’un front majeur dans les guerres de cultures en Amérique. Ceux qui sont en désaccord avec la théorie de l’évolution sont lynchés parce qu’ils sont perçus comme apportant « aide et soutien» à l’autre côté.

Le Dr Behe était publiquement en désaccord avec le darwinisme des années avant que le Discovery Institute n’introduise la liste des dissidents. En 1996, il a publié La Boîte noire de Darwin (Darwin’s Black Box), un livre décrivant les problèmes biochimiques de la théorie de l’évolution de Darwin. M. Behe affirme dans son livre que l’immense complexité des systèmes biochimiques est irréductible.

L’étonnante complexité des cellules au niveau moléculaire est la principale voie d’examen scientifique du darwinisme. Lorsque Darwin a écrit L’Origine des espèces, les scientifiques ont présenté une vision simpliste des cellules en tant qu’entités monotones. Mais les progrès scientifiques réalisés dans les décennies qui ont suivi Darwin ont révélé un monde au sein des cellules dont la complexité dépasse la science moderne.

« Au cours des 70 années qui ont suivi, la science a découvert, de manière inattendue, une énorme complexité à la base même de la vie », a déclaré le Dr Behe.

Michael Behe, professeur de sciences biologiques à la Lehigh University en Pennsylvanie et chercheur principal au centre des sciences et de la culture du Discovery Institute. (Avec l’aimable autorisation du Discovery Institute)

« Personne ne s’y attendait à l’époque. À l’époque de Darwin, on pensait que la cellule n’était qu’un simple globule de substance ressemblant à une gelée », a-t-il poursuivi. « Mais maintenant, nous trouvons des choses qui sont plus sophistiquées que ce que nous pouvons faire nous-mêmes. »

Lorsqu’on lui a demandé comment l’atmosphère actuelle dans la communauté scientifique était en ce qui concerne le scepticisme du darwinisme par rapport au moment où il avait signé la liste en 2001, le Dr Behe ​​a déclaré que peu de choses ont changé.

« Elle est mauvaise. Elle n’est pas bonne », a déclaré le Dr Behe. « À l’époque et même encore maintenant, le fait de dire publiquement que vous êtes sceptique vis-à-vis de la théorie de Darwin représente un gros risque pour votre carrière, si vous êtes un scientifique professionnel. »

Version originale

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Prier active les mêmes zones du cerveau que celles activées par les centres du plaisir

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ