Plus de 1,3 million de personnes ont répondu présent sur Facebook pour prendre d’assaut la zone 51 afin de « voir des Aliens »

Par Web Staff
16 juillet 2019 Mis à jour: 16 juillet 2019

Plus de 1,3 million de personnes se sont inscrites à un événement sur Facebook pour s’engager à faire une descente dans la zone 51 du Nevada dans le but de « voir des Aliens ».

L’événement « Storm Area 51 ». (Facebook/Capture d’écran)

L’événement, intitulé « Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us » (Tempête Area 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter !), invite les internautes du monde entier à se joindre à un « Naruto run » – un style de course inspiré du manga Naruto où les personnages courent avec les bras en arrière et la tête en avant – en direction de la zone 51.

« Nous pouvons aller plus vite que leurs balles », promet la page de l’événement, qui est clairement écrite sur un ton humoristique, à ceux qui ont répondu par l’affirmative pour le 20 septembre.

Ce qu’ils recherchent

La mystérieuse Zone 51 a été au centre des théories de conspiration pendant des décennies, et beaucoup de gens pensent que c’est là que le gouvernement américain stocke ses secrets sur les extraterrestres et les ovnis.

Un panneau d’avertissement marquant la limite de la zone 51, à Rachel, Nev. (Dan Callister/Getty Images)

La région a été officiellement reconnue comme site militaire en 2013, mais les théories perdurent.

Bien que l’événement prévu pour septembre soit certainement une blague, il survient quelques semaines à peine après qu’un groupe de sénateurs américains a été informé des rencontres signalées entre la marine américaine et un avion non identifié – littéralement un objet volant non identifié.

Alors qu’est-ce que s’est-il passé ensuite ? Où peut-on en savoir plus ?

Réponse du gouvernement américain

Selon HuffPost, la page de l’événement a été lancée par un internaute qui s’appelle « SmyleeKun » et qui est surtout connu « pour avoir posté des mèmes et faire du streaming pour ses fans sur Twitch », qui est une plateforme vidéo utilisée par les joueurs.

Le journal a rapporté que le post avait attiré l’attention du ministère de la Défense, qui a par la suite affiché un avertissement à ce sujet.

″Area 51 est un terrain d’entraînement ouvert pour l’U.S. Air Force, et nous découragerions quiconque d’essayer de venir dans la région où nous entraînons les forces armées américaines », a déclaré Laura McAndrews, porte-parole de l’U.S. Air Force, au Washington Post le 12 juillet. « L’armée de l’air américaine est toujours prête à protéger l’Amérique et ses biens. »

Zone 51 sur Google Maps.

La CIA déclassifie les documents de la zone 51

Après des décennies de secret extrême autour du site, la CIA a levé son voile sur la zone 51 en 2013, en réponse à une demande publique d’archives émanant de chercheurs de l’Université George Washington à Washington.

Les Archives de la sécurité nationale de l’université ont publié un historique de 400 pages de la CIA contenant les premières références officielles délibérées à la zone 51, également connue sous le nom de Groom Lake, comme site développé par l’agence de renseignement dans les années 1950 pour tester le vol de reconnaissance U-2 en haute altitude.

D’autres avions top-secrets y ont été testés plus tard, y compris l’avion de reconnaissance supersonique A-12, baptisé OXCART, et le jet d’attaque au sol furtif F-117, a déclaré Jeffrey Richelson, chercheur principal aux archives, qui a demandé l’historique du U-2 de la CIA en 2005.

« C’est la première fois qu’il y a eu une décision au plus au haut niveau de reconnaître le terme ‘Zone 51’ et son emplacement spécifique », a-t-il déclaré à Reuters.

La CIA a également déclassifié un grand nombre de documents liés aux ovnis et les a publiés en ligne, invitant les enquêteurs intéressés à « jeter un coup d’œil dans nos X-Files« .

Un catalogue séparé de la CIA intitulé « UFOs Réalité ou Fiction ?«  contient des dizaines d’années de documentation concernant les rapports de l’agence sur des allégations d’engins spatiaux étrangers.

« La plupart des documents concernent des relevés de la CIA faisant état d’observations d’OVNI non corroborées dans la presse étrangère, avec des notes de service à l’intérieur de l’Agence sur la façon dont l’Agence a traité les demandes de renseignements du public concernant les observations d’OVNI », a déclaré l’Agence.

Un ancien fournisseur de la CIA, T.D. Barnes, qui aurait servi en tant qu’expert en radar dans la zone 51, a été cité par le Las Vegas Review-Journal comme ayant déclaré qu’outre la zone 51, d’autres noms non officiels utilisés pour l’installation incluent Dreamland, Home Base, Watertown Strip, Groom Lake et Homey Airport.

 CNN Wire, et les journalistes du journal Epoch Times, Tom Ozimek et Janita Kan, ont contribué à cet article.

RECOMMANDÉ