Chine: plus de 3.000 personnes contaminées après la fuite d’une bactérie d’une usine biopharmaceutique

Par Frank Yue
16 septembre 2020
Mis à jour: 17 septembre 2020

Près d’un an après l’apparition d’une épidémie de brucellose, une maladie bactérienne hautement infectieuse, dans la ville de Lanzhou, dans la province du Gansu dans le nord-ouest de la Chine, la commission sanitaire de la ville a déclaré que 3 245 personnes avaient été testées positives pour la maladie.

L’annonce faite par la Ville le 15 septembre est une mise à jour après un examen par le Centre de contrôle et de prévention des maladies de la province du Gansu.

Selon l’annonce, une enquête menée par les autorités provinciales et locales a révélé que l’usine biopharmaceutique de Lanzhou a utilisé des désinfectants périmés lors de la production de vaccins contre la brucellose du 24 juillet au 20 août 2019, ce qui a entraîné une évacuation de gaz et une stérilisation inadéquates.

Les gaz transportaient un bouillon fermenté qui s’est ensuite aéroporté. Porté par le vent, l’air chargé de bactéries s’est propagé jusqu’à l’endroit où se trouvait l’Institut de recherche vétérinaire de Lanzhou. Le personnel a développé des anticorps en respirant l’air vicié en juillet et août de l’année dernière.

La brucellose est une maladie zoonotique qui touche principalement les animaux, y compris le bétail et les chiens, qui peuvent transmettre la bactérie à l’homme par contact direct. Les symptômes comprennent une transpiration abondante et des douleurs articulaires et musculaires. La maladie peut durer quelques semaines, voire des mois ou même des années.

Le groupe de média Caixin a rapporté que 10 communautés résidentielles voisines ont été touchées dans un rayon de 1 km.

Gao Hong (alias), un habitant de Yanchangpu, a déclaré à Caixin qu’elle et sa famille – son mari et leur fils de 10 ans – étaient touchés. Elle a été diagnostiquée à tort comme ayant un rhume, une spondyloarthrite, une arthrite rhumatoïde et une fièvre humide en septembre dernier jusqu’à ce que les résultats définitifs il y a 6 mois la déclarent atteinte de la brucellose.

Elle a été informée qu’elle avait manqué le moment optimal pour traiter la maladie, et a déclaré qu’elle était extrêmement inquiète pour son jeune fils.

Des patients attendent dans un hôpital chinois. (Fred Dufour/AFP/Getty Images)

Le niveau de stress des patients a augmenté lors de l’apparition du virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), un certain nombre d’entre eux ayant dû lutter contre les deux maladies en même temps. Certains parents n’ont pas voulu dire la vérité à leurs enfants.

Les autorités locales ont déclaré qu’elles pénaliseraient toutes les organisations impliquées, en révoquant entre autres les permis de production de vaccins.

Aucun fonctionnaire n’a été légalement tenu responsable de l’incident de masse.

Les autorités locales ont utilisé des termes vagues pour décrire la situation. Ainsi, on ignore quelle proportion de patients continue à souffrir de la maladie depuis le début de l’épidémie l’année dernière.

FOCUS SUR LA CHINE – Les intentions cachées de Xi Jinping

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ