Plus de 450 détenus de l’Oklahoma libérés de prison

Par Justin Morgan
6 novembre 2019
Mis à jour: 6 novembre 2019

Selon ce que disent les responsables du gouvernement américain, c’est la plus grande commutation de masse en un jour de l’histoire des États-Unis, plus de 450 détenus sont libérés de prison dans l’ Oklahoma.

La libération des détenus, qui ont tous été condamnés pour crimes liés à la drogue et à la propriété, est le résultat d’un projet de loi signé par le nouveau gouverneur républicain, Kevin Stitt.

Le projet de loi appliquait rétroactivement des peines pour possession simple de drogue et crimes contre la propriété, que les électeurs de l’État ont approuvés en 2016.

Selon Oklahoman, Steven Bickley, directeur exécutif de la Commission du pardon et des libérations conditionnelles, a déclaré à peu près au moment de l’adoption du projet de loi, que le personnel du Département des services correctionnels était allé « au-delà » de ce qui était nécessaire.

« La collaboration entre agences a vraiment été incroyable », a-t-il mentionné lors d’une réunion de travail de la commission du pardon et des libérations conditionnelles à Oklahoma City. « … Tout le monde s’est mobilisé pour que cela se produise. »

Faisant du taux de réduction d’incarcération le plus élevé du pays dans l’Oklahoma l’une de ses principales priorités, M. Stitt a nommé des membres motivés par la réforme à la Commission du pardon et de la libération conditionnelle de l’État.

La semaine dernière, la commission a examiné 814 cas et recommandé la commutation de 527 détenus. Toutefois, 65 détenus sont maintenus en détention, laissant environ 462 détenus libérés lundi.

Des centaines de détenus de l’Oklahoma quitteront la prison avant la fin de leur peine. (autorisation de CNN)

Dans une interview avec KOCO News 5, Lana Lemus, l’une des 13 détenues libérées du centre correctionnel Kate Barnard à Oklahoma City, s’est dite heureuse de pouvoir enfin rentrer chez elle et voir sa fille.

« En extase ! C’est une très bonne chose qu’a fait le gouverneur pour que nous puissions être à la maison avec nos enfants. J’ai été hors de sa vie depuis trois ans. Mais elle est mon espoir. Elle ne m’a jamais abandonnée », a déclaré Mme Lemus.

La commutation est l’un des nombreux efforts de réforme du système pénitentiaire d’Oklahoma visant à réduire le surpeuplement des prisons tout en aidant les délinquants de faible niveau à devenir autonomes plutôt qu’à être réincarcérés.

« J’applaudis la Commission du pardon et des libérations conditionnelles pour répondre à la volonté de la population par le biais du dossier HB 1269, en donnant à des centaines de délinquants non violents une seconde chance », a déclaré le gouverneur Kevin Stitt dans une déclaration écrite.

« Je remercie également le département des services correctionnels et les nombreuses organisations à but non lucratif qui s’emploient avec acharnement à fournir à nos détenus les ressources dont ils ont besoin pour réussir la transition. Cet événement est une autre marque de notre calendrier historique alors que nous progressons dans la réforme de la justice pénale. »

En 2016, l’Oklahoma a adopté des réformes qui ont transformé certains crimes graves, tels que la possession d’une petite quantité de drogue, en délits. Le seuil pour qu’une infraction contre les biens devienne un crime a également augmenté, passant de 500 $ à 1 000 $.

« Si ces détenus avaient purgé leur peine complète, cela aurait coûté environ 11,9 millions de dollars à l’État d’Oklahoma pour une incarcération continue basée sur les coûts moyens », a déclaré la Commission du pardon et des libérations conditionnelles.

La commutation ne constitue pas le seul effort de réforme de la justice pénale dans l’État. Le département pénitentiaire de l’Oklahoma a organisé ses premiers « forums de transition » pour les détenus dans 28 établissements à travers l’État, a annoncé la commission du pardon et des libérations conditionnelles.

« Plus de 200 personnes de 45 partenaires communautaires, d’organismes à but non lucratif et d’organismes publics ont assisté à la conférence », a déclaré le conseil. « Ces forum ont mis 781 détenus en contact avec les services dont ils pourraient avoir besoin une fois libérés. »

RECOMMANDÉ