Plus de 6 millions d’étudiants américains n’ont pas accès à la liberté d’expression

Par GQ Pan
7 décembre 2019 Mis à jour: 7 décembre 2019

Selon une évaluation récente, au moins 6,4 millions d’étudiants qui fréquentent les collèges et universités des États-Unis voient leurs droits limités en ce qui concerne la liberté d’expression du Premier Amendement de la constitution américaine.

La Foundation for Individual Rights in Education (FIRE) (Fondation pour les droits individuels dans l’éducation), un groupe de surveillance, a publié son rapport annuel mercredi, évaluant plus de 470 universités aux États-Unis. Chaque établissement reçoit un « feu rouge », un « feu jaune » ou un « feu vert » en fonction du degré de limitation que ses politiques écrites peuvent avoir sur l’expression des étudiants.

Environ un quart des institutions mentionnées dans le rapport ont reçu la note « feu rouge », la plus faible de FIRE pour avoir maintenu des politiques qui restreignent à la fois « clairement et substantiellement » la liberté d’expression.

Laura Beltz, responsable des programmes de FIRE et auteur principale du rapport, a constaté que 63,9 % des institutions énumérées ont obtenu la cote « feu jaune », ce qui signifie que leurs politiques sont rédigées d’une manière vague qui pourrait être interprétée comme restreignant la liberté de parole. Par exemple, l’Université Harvard a obtenu la note « feu jaune » pour sa politique qui oblige les étudiants à présenter une demande avant de distribuer des documents écrits n’importe où sur le terrain de l’université. Le Boston College a également été classé « feu jaune » pour sa politique qui encourage les étudiants à signaler aux administrateurs les incidents indéterminés liés aux préjugés pour enquête.

« Les politiques ayant obtenu la cote de feu jaune ne sont pas assez bonnes », dit M. Beltz. « Elles sont quand même restrictives pour la liberté d’expression. Les collèges doivent se mettre au vert ou revoir leur copie. »

Seulement 11 % des 471 établissements évalués ont reçu la meilleure note de FIRE, « feu vert », pour ne pas avoir de politiques écrites visant à censurer l’expression des étudiants, selon le rapport. Pour la première fois, depuis que FIRE a commencé à évaluer les collèges et les universités, le nombre d’évaluations « feu vert » a dépassé 50 écoles.

Puisque les établissements privés ne sont généralement pas liés par le Premier Amendement, FIRE conçoit une cote d' »avertissement » pour les établissements d’enseignement qui ne promettent pas la liberté d’expression aux étudiants et aux membres du corps enseignant. Sur les 105 facultés et universités privées étudiées, six d’entre elles ont reçu la note « avertissement » pour avoir déclaré clairement et systématiquement qu’elles ont certaines valeurs plus importantes que l’engagement envers la liberté d’expression, comme les valeurs religieuses, ce qui est leur droit en tant qu’institution privée.

Le rapport de FIRE a conclu que plus d’un million d’étudiants américains sont inscrits dans des établissements de feu vert, tandis que plus de 6,4 millions d’élèves fréquentent des écoles cotées jaune, rouge ou ont reçu un avertissement.

En outre, le Mississippi et l’Arizona sont les deux seuls États dans lesquels toutes les institutions notées reçoivent une note « feu vert ». Cela ne signifie pas que les écoles du Mississippi et de l’Arizona sont toutes des bastions de la liberté d’expression, mais simplement que FIRE n’a trouvé aucune politique qui menace les droits des étudiants et des membres de la faculté en regard du Premier Amendement.

RECOMMANDÉ