Plus de 80 villes chinoises en quarantaine à cause du coronavirus

Par Nicole Hao
10 février 2020 Mis à jour: 10 février 2020

Cinq résidences universitaires de Wuhan ont été converties en centres de quarantaine pour les patients atteints de coronavirus, alors que la ville lutte pour contenir la maladie.

Au cours du week-end, de grandes villes comme Guangzhou, Shenzhen et Tianjin ont rejoint une liste de plus de 80 villes chinoises qui ont mis en place des mesures d’isolement pour empêcher le virus de se propager.

Résidences universitaires

Le 7 février, Hu Yabo, vice-maire de la ville de Wuhan, où le virus a fait son apparition, a déclaré lors d’une conférence de presse quotidienne que la ville et les gouvernements provinciaux allaient convertir les logements des étudiants de quatre universités et le nouveau campus de l’école de formation du Parti communiste de la province de Hubei, tous situés à Wuhan.

Au total, ces universités fourniraient 5 400 lits pour mettre en quarantaine les patients atteints de coronavirus présentant des symptômes légers.

Hu Yabo a également déclaré que la ville avait désespérément besoin de fournitures médicales, notamment 41 400 combinaisons de protection, 56 800 masques N95 et 19 200 lunettes de protection.

Les internautes qui disent être étudiants dans ces universités ont commencé à partager des photos sur les médias sociaux, où l’on peut voir des travailleurs tirer des bâches en plastique sur les lits des étudiants et jeter leurs affaires sur le sol.

Des étudiants de l’université de Hanjiang se sont plaints sur les médias sociaux du fait que l’école ne les avait pas avertis que leurs chambres allaient être converties en centre de quarantaine.

À 8 h 41 le 8 février, l’université a annoncé la nouvelle sur son compte officiel de médias sociaux. De nombreux élèves ont commenté sous le post, se plaignant de la décision.

« Pourquoi utiliser notre résidence ? Pourquoi n’utilisez-vous pas plutôt le stade ? », a déclaré un utilisateur. « Qui peut protéger mes biens ? », a demandé un autre utilisateur. « Comment allez-vous désinfecter notre dortoir avant le début du nouveau semestre ? », s’est inquiété un autre.

Un ouvrier fabrique des masques de protection dans une usine à Qingdao, en Chine, le 6 février 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Isolement

Les internautes ont également partagé des vidéos de conflits entre les habitants et le personnel de sécurité, car de nombreux Chinois dans les villes maintenues sous contrôle commencent à se sentir frustrés de ne pas pouvoir se déplacer librement.

Plus de 80 municipalités chinoises ont mis en place des mesures de quarantaine sous une forme ou une autre.

La plus stricte est celle de la ville de Huanggang, également située dans la province de Hubei. Elle a interdit tous les transports publics et la circulation des véhicules privés sur les routes. Elle a également imposé qu’une seule personne de chaque foyer familial puisse aller à l’extérieur pour faire des courses de produits de première nécessité. En outre, cette personne désignée ne peut sortir qu’une fois tous les deux jours.

La règle la plus courante émise par les gouvernements est de fermer les zones résidentielles et les villages, mais de laisser un passage d’urgence aux résidents pour qu’ils puissent entrer et sortir des lieux. Ce passage est surveillé par le personnel de sécurité ; toute personne qui entre ou sort de la zone doit remplir un formulaire et faire mesurer sa température corporelle.

Les 5 et 6 février, la province nord-est de Liaoning et la province de Jiangxi à l’Est ont annoncé que les deux zones seront mises en quarantaine, ce qui signifie que les résidents ne seront pas autorisés à se joindre aux rassemblements sociaux. En outre, une seule personne par foyer pourra sortir à l’extérieur, une fois tous les deux jours.

Une diffusion rapide

Tianjin, l’une des quatre grandes villes directement concernées en Chine, a pris des mesures d’isolement le 6 février, après qu’une femme de 66 ans qui avait fait ses courses dans un grand magasin local est morte du coronavirus.

Mao Jinsong, directeur du gouvernement du district de Baodi à Tianjin, a déclaré lors d’une conférence de presse le 7 février que 23 résidents du district ont été diagnostiqués ou suspectés d’être atteints de coronavirus. Ils ont tous visité le même grand magasin.

Mao a ajouté qu’environ 9 200 personnes ont visité le magasin entre le 19 et le 25 janvier, date de la visite de la femme. Les 194 employés du magasin sont maintenant isolés dans un centre de quarantaine, tandis que les 9 200 clients du magasin devront s’isoler chez eux.

Dans la ville de Jinjiang, dans la province de Fujian, plus de 4 000 personnes sont en quarantaine après avoir été en contact avec une personne infectée.

Selon les médias publics chinois, un homme est rentré chez lui à Fujian le 20 janvier après avoir visité Wuhan, mais a menti en disant qu’il était revenu des Philippines. Il a ensuite participé à plusieurs fêtes.

Le 23 janvier, l’homme a commencé à se sentir malade. Il a été diagnostiqué avec le coronavirus le 27 janvier. Sept personnes qui ont été en contact avec lui ont également été diagnostiquées.

Le fils d’un ancien haut fonctionnaire chinois a déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times le 5 février que certains membres de la famille de hauts fonctionnaires du Parti avaient été infectés par le coronavirus et recevaient un traitement à l’Hôpital de l’amitié sino-japonaise à Pékin.

Le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCov) a fait son apparition à Wuhan au début du mois de décembre 2019. Des dizaines de milliers de personnes ont été infectées en Chine, tandis que des dizaines de pays signalent également des cas.

RECOMMANDÉ