Plus de 900 croix retirées des églises, la persécution des chrétiens se poursuit en Chine

Les croyants sont menacés par les autorités communistes de renoncer à leur foi avec le risque de perdre leurs prestations sociales
Par Jocelyn Neo
26 décembre 2020
Mis à jour: 26 décembre 2020

L’année 2020 s’est avérée être une période assez mouvementée, le monde luttant toujours pour survivre aux ravages du virus du PCC qui fait rage partout sur le globe, faisant plus de 2,5 millions de victimes en France et plus de 79 millions dans le monde entier.

Cependant, malgré la pandémie, le Parti communiste chinois (PCC) n’a jamais cessé de cibler les croyants religieux en Chine, qu’il s’agisse de chrétiens, de pratiquants de Falun Gong, de musulmans ouïgours ou de bouddhistes tibétains.

Alors que les populations du monde entier célèbrent Noël et se réjouissent pendant cette saison, n’oublions pas certains des graves incidents de persécution que les chrétiens de Chine ont subis cette année.

Plus de 900 croix enlevées

Le PCC a fait retirer plus de 900 croix des églises d’État au cours du premier semestre de l’année dans la seule province du Anhui, déclare Bitter Winter, un magazine sur la liberté religieuse et les droits de l’homme en Chine.

« Tous les symboles chrétiens doivent être retirés dans le cadre de la campagne de répression du gouvernement », a déclaré un employé de l’État à Bitter Winter.

L’église de Hancheng, dans le comté de Hanshan, s’est vu enlever sa croix le 28 avril 2020. (Avec l’aimable autorisation de Bitter Winter)

À la suite de l’enlèvement de la croix de l’église de Hancheng, dans le comté de Hanshan, en avril dernier, un membre de l’église a révélé à Bitter Winter que les responsables du United Front Work Department ont déclaré que « toutes les croix plus hautes que les bâtiments du gouvernement doivent être démolies, car elles éclipsent les institutions de l’État ».

« Seules les églises qui ressemblent à des entreprises sont considérées comme légales. Pour ‘siniser’ le christianisme, Xi Jinping n’autorise pas les églises à avoir des croix occidentales. »

Le membre anonyme a ajouté qu’un ancien de l’église a été averti que protester contre la démolition de la croix équivaudrait à « protester contre le gouvernement ».

D’autres membres anonymes de l’église ont déclaré au magazine que si la congrégation désobéissait aux ordres du Parti communiste, leur église serait fermée, et ils « pourraient perdre leurs avantages sociaux, comme les pensions et les subventions de lutte contre la pauvreté ». L’emploi futur de leurs enfants pourrait également être affecté.

« La croix est un symbole de l’église, et si elle est enlevée, qui pourrait la distinguer des autres bâtiments ? » a déclaré un membre de l’église.

Les églises de la province de Jiangxi n’ont pas non plus été épargnées par la répression. Le magazine a rapporté que plus de 100 personnes appartenant à des responsables gouvernementaux et à la police ont démoli de force la croix de l’église Grace dans le comté de Zixi, le 11 septembre 2019. Les membres de l’église qui ont tenté de prendre des photos de la démolition se sont vu confisquer leur téléphone.

Au cours du premier semestre 2020, des croix ont été retirées de nombreuses églises des Trois-Autonomies dans la province de l’Anhui. (Avec l’aimable autorisation de Bitter Winter)

Raid sur les églises, avec fermeture de celles-ci

Outre la démolition des croix, le régime chinois a lancé des raids et fermé de nombreuses églises de quartier et églises d’État dans tout le pays. Les autorités ont également confisqué des bibles, a rapporté Bitter Winter.

Lors d’une descente de police dans la province du Shaanxi en juillet de cette année, une douzaine de fidèles des églises de quartier, dont des mineurs âgés de 8 à 11 ans, ont été placés en garde à vue pour être interrogés, tandis qu’en septembre, huit officiers de police et fonctionnaires du gouvernement se sont précipités dans l’église de quartier du comté de Liangshan, dans la ville de Jining. Déclarant qu’il s’agissait d’un « rassemblement illégal », les fonctionnaires les ont avertis « de croire au Parti communiste s’ils avaient besoin d’une croyance ».

Selon Radio Free Asia (RFA), en mai dernier, la police locale de la ville de Xiamen a fait une descente dans un rassemblement d’église de maison, qui se tenait dans une résidence privée, et a arrêté neuf personnes. Le pasteur, Yang Xibo, a déclaré à RFA que la police avait fait irruption sans présenter de pièce d’identité ou sans mandat.

« La police de la sécurité de l’État est venue frapper à la porte, puis elle l’a enfoncée et a traîné les personnes qui se trouvaient sur le chemin à l’extérieur de l’entrée, les traînant au sol », a dit Yang à RFA, ajoutant que certains des membres avaient été blessés pendant la bagarre.

Yang a déclaré que le raid pourrait être dû au refus de l’église de rejoindre l’Association patriotique des Trois-Autonomies (Three-Self Patriotic Association), approuvée par l’État.

Les églises qui ont été fermées ont ensuite été louées, vendues ou réaménagées par les autorités locales. En juin, une église des Trois-Autonomies approuvée par l’État dans la province du Jiangsu a été transformée en une salle commémorative en l’honneur de l’Armée rouge, tandis que l’église de Chenzhuang a été vendue pour seulement 20 000 yuans (3 000 dollars américains) en juillet, rapporte Bitter Winter.

Signaler les croyants en échange de récompenses monétaires

Depuis 1999, le régime chinois poursuit une autre répression violente de la foi : la campagne de persécution contre les pratiquants du Falun Gong.

Le Falun Gong, ou Falun Dafa, est une ancienne discipline de cultivation de l’école de Bouddha basée sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. Après son introduction en Chine en 1992, la pratique est devenue immensément populaire en raison de ses bienfaits curatifs, tant physiques que spirituels. Cependant, le PCC a lancé une répression brutale contre le groupe en juillet 1999, craignant que la pratique ne constitue une menace pour son idéologie communiste de lutte des classes et de haine. De nombreux pratiquants ont été arrêtés, détenus et torturés.

Pour renforcer la répression du groupe spirituel, les autorités chinoises ont commencé à mettre en place des programmes visant à récompenser les citoyens en leur versant jusqu’à 100 000 yuans (12 619 euros) lorsqu’ils signalent à la police les activités des pratiquants de Falun Gong, rapporte Epoch Times.

Photo d’archives des pratiquants de Falun Gong faisant les exercices à Guangzhou, en Chine, avant le début des persécutions en juillet 1999. (Minghui)

Selon Bitter Winter, les citoyens chinois peuvent dénoncer à la police les membres de tout groupe religieux et spirituel « interdit » s’ils sont vus en train de produire et de distribuer des brochures d’information religieuse, des photos, des publications, des slogans, etc.

« La campagne nationale de répression de la religion est plus sévère que pendant la Révolution culturelle », a déclaré un fonctionnaire de Mongolie-intérieure au magazine en octobre dernier.

Menacé de renoncer à Dieu en échange du bien-être social

Le PCC, avec ses idéologies officielles ancrées dans le totalitarisme et l’athéisme, exige de ses membres actuels et retraités du parti de ne pas croire aux religions.

Les jeunes étudiants sont également avertis de se tenir loin des dieux ou de risquer d’être expulsés de l’école. Le Parti communiste s’en prend également aux personnes âgées croyantes en les menaçant de leur retirer leurs prestations sociales si elles choisissent de croire au divin, a déclaré Bitter Winter.

Des fidèles assistent à une messe de la veille de Noël à la cathédrale Xishiku de Pékin le 24 décembre 2019. (NOEL CELIS/AFP via Getty Images)

En janvier, une femme qui était paralysée par la maladie a été privée de ses prestations sociales gouvernementales lorsque les autorités ont découvert qu’elle organisait des réunions religieuses chez elle à Yingtan City, dans la province de Jiangxi.

Dans le même temps, des fonctionnaires de la province du Shandong ont menacé une femme catholique âgée de retirer les symboles religieux chez elle.

La femme, qui a plus de 70 ans, a déclaré que les fonctionnaires l’avaient avertie de remplacer les symboles par des portraits de Xi Jinping ou de Mao Zedong parce qu’elle « vit grâce aux prestations sociales du Parti communiste ».

« En me forçant à enlever le portrait du Seigneur Jésus, le gouvernement a essayé de mettre fin à ma croyance en Dieu, mais ils ne peuvent pas m’enlever la foi du cœur », a-t-elle déclaré à Bitter Winter.

En avril, des fonctionnaires de la ville de Fuzhou, dans la province du Jiangxi, se sont rendus dans une maison de retraite où séjournait un croyant âgé paralysé et ont arraché les portraits de Jésus dans sa chambre. On lui a dit que s’il continuait à pratiquer sa foi, il serait chassé de la maison de retraite et que les prestations sociales du gouvernement lui seraient retirées.

« Les fonctionnaires ont dit que je suis censé croire au Parti communiste puisqu’il me nourrit, sinon toutes mes prestations sociales seraient annulées », a-t-il déclaré au magazine.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ