Plus de mal que de bien : nos gadgets technos et leurs conséquences sur nos familles

Par Epoch Times
5 décembre 2016
Mis à jour: 4 avril 2021

Alors que l’année 2016 tire à sa fin, nous sommes peu nombreux à pouvoir affirmer ne pas avoir passé une grande partie de l’année à regarder un écran. C’est encore plus le cas pour les adolescents.

Comparativement aux générations précédentes, c’est une manière bien différente de vivre l’enfance.

En fait, selon l’organisme sans but lucratif Common Sense Media, en 2015, les adolescents ont passé environ le tiers de chaque journée (près de 9 heures) à consommer des médias électroniques, et les enfants âgés de 8 à 12 ans ont passé 6 heures par jour en moyenne.

Comparativement aux générations précédentes, c’est une manière bien différente de vivre l’enfance.

Quelles conséquences ces changements importants dans le comportement humain ont-ils sur les familles ? En tant que parent, on peut se poser la question : est-ce qu’il faut s’inquiéter ?

Nous pouvons certainement constater les avancées technologiques importantes des deux dernières décennies et y voir des aspects positifs.

Pour ceux parmi nous qui sont assez âgés pour avoir suivi le développement de l’ère du web, ça peut sembler étourdissant. Nous avons tendance à nous réjouir de cette nouvelle ère, aussi importante que la révolution industrielle, avec ses conséquences majeures pour l’économie et la société.

Nous profitons de la facilité à avoir tout à la portée de la main et de la capacité de demeurer en contact avec tous ceux que nous connaissons. Nous pouvons nous procurer n’importe quel produit partout dans le monde, le faire livrer à notre porte et consommer un flot incessant de nouvelles et de divertissements 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. De quoi pourrait-on se plaindre ?

Nous devons certainement être en train de nous diriger vers un mode de vie plus transparent, prospère, éduqué, connecté et enrichissant, n’est-ce pas ?

Eh bien, peut-être.

Les aspects négatifs de cette technologie maintenant omniprésente deviennent aussi de plus en plus évidents, particulièrement lorsqu’il s’agit des enfants.

Alors que l’internet peut offrir une quantité de ressources éducatives et une occasion de créer des liens sociaux, c’est également une source de contenus inappropriés, d’intimidation et d’autres désagréments dont la plupart d’entre nous voudraient éloigner leurs enfants.

Plusieurs études ont fait le lien entre un temps excessif passé devant l’écran et le trouble du déficit d’attention et l’hyperactivité ainsi que l’obésité, la dépression, la mauvaise vision, le manque de sommeil, l’anxiété sociale, etc.

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que de récentes études démontrent que passer trop de temps devant l’écran, avec l’enchaînement constant de tentations et de gratifications instantanées, affecte le cortex frontal de la même manière que la cocaïne.

En août dernier, le psychiatre Nicholas Karderas a indiqué dans le New York Post que, selon son expérience, il a trouvé « qu’il est plus facile de traiter les dépendances à l’héroïne et la méthamphétamine que les amateurs obsessifs de jeux vidéo ou les accrocs des médias sociaux comme Facebook ».

Tandis que les perspectives de troubles ou de dépendances majeurs sont angoissantes, ce qui me préoccupe le plus est l’utilisation courante des écrans chez les enfants qui les prive de temps passé à l’extérieur, en interaction avec la famille ou à jouer à des jeux non virtuels.

Il est intéressant de noter que plusieurs membres de l’élite de Silicon Valley limitent l’accès à la technologie à leurs enfants.

En fait, cela les prive de leur enfance.

Alors que faire ?

Devant cette situation, les parents peuvent se sentir désemparés. Après tout, c’est le monde dans lequel nous vivons. Devrions-nous nous renfermer et prétendre que nous sommes encore en 1985 ?

Eh bien, pourquoi pas ? Il est intéressant de noter que plusieurs membres de l’élite de Silicon Valley limitent l’accès à la technologie à leurs enfants. C’est ce qu’a rapporté Nick Bilton du New York Times lorsqu’il a interviewé Steve Jobs. « À la maison, nous limitons l’usage de la technologie à nos enfants », avait indiqué M. Jobs, révélant que ses enfants n’avaient pas encore utilisé le nouveau iPad.

M. Bilton a remarqué cette tendance chez beaucoup d’autres personnes du domaine techno. Chris Anderson, ex-pdg de Wired et père de cinq enfants, lui a dit : « Mes enfants nous accusent, ma femme et moi, d’être fascistes et trop préoccupés par la techno, ils disent aussi qu’aucun de leurs amis n’est contraint aux mêmes règles qu’eux. C’est parce que j’ai constaté personnellement les dangers de la technologie. Je l’ai vu de mes propres yeux et je ne veux pas que ça arrive à mes enfants. »

Les deux jeunes garçons d’Evan Williams – un fondateur de Blogger, Twitter et Medium – ont des centaines de vrais livres qu’ils peuvent prendre, toucher et lire à tout moment, rapporte M. Bilton.

Il peut parfois être très tentant d’occuper ses enfants avec un écran, les parents peuvent craindre que leurs enfants ne soient pas aussi habiles avec la technologie que les autres enfants s’ils ne l’utilisent pas, mais il est probablement sage d’établir des limites quant à l’usage des écrans.

Si vous désirez limiter l’influence des écrans dans la vie de vos enfants, voici quelques suggestions :

Établissez des règles générales

Soyez clairs au sujet des règles générales que vos enfants doivent suivre. Assurez-vous qu’ils comprennent les balises que vous imposez et pourquoi vous le faites.

Zones sans écran

Établissez des zones sans écran. À table, la maison des grands-parents, la chambre à coucher, etc. peuvent devenir des lieux où les écrans sont interdits. Vos enfants vont peut-être éventuellement apprécier davantage ces endroits pour cette raison.

Journées sans écran

Est-ce que votre famille peut se passer d’écran pendant une journée complète ? Si non, c’est probablement un défi à relever ! Déterminez une journée par semaine durant laquelle la technologie est prohibée. Lisez un vrai livre, allez faire une promenade, faites la fête avec du monde réel.

Encouragez un usage productif

Apprenez à vos enfants comment mieux utiliser la technologie afin que ces écrans deviennent des outils pour créer et non seulement des objets à consommer. Plutôt que de regarder des vidéos, l’un après l’autre, encouragez-les à produire les leurs et à les partager. Peut-être peuvent-ils créer un blogue à propos de leur sujet favori, dessiner, prendre des photos, etc. Bien entendu, il faudrait les sensibiliser aux pratiques pour protéger sa vie privée.

Montrez l’exemple

Ce qui est peut-être le plus difficile pour les parents est de montrer l’exemple. Surveiller votre propre usage. Est-il excessif ? Percevez-vous les facteurs de dépendance et voyez-vous comment vous pouvez vous améliorer ? Choisissez-vous vos écrans au détriment du temps passé en famille ?

Alors que 2017 approche, les effets de la technologie sur la vie de nos familles sont indéniables.

Cependant, grâce à la prudence et à la surveillance parentale, les bienfaits de la technologie peuvent être appréciés à leur juste valeur, et l’enfance n’a pas à se passer collée à un écran par simple négligence.

Version originale : More Harm Than Good—Our High Tech Tools and Their Impact on Our Families

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ