Plus d’un million de Chinois ont fait l’objet d’une surveillance par le régime via la base de données Covid-19 en mai

Par Frank Yue
21 septembre 2020
Mis à jour: 21 septembre 2020

Au cours du mois de mai, plus d’un million de personnes étaient étroitement surveillées par les autorités chinoises pour leur risque de contracter le virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), comme le montre un document interne du gouvernement chinois obtenu par Epoch Times.

Le bureau de la sécurité publique (police) de la ville de Wuhai, en Mongolie-Intérieure, a publié un avis sur « l’avancement complet de la construction des grandes applications de données de la police », qui soulignait que le régime chinois tenait une base de données nationale Covid-19 pour les « populations à haut risque ».

L’avis, publié en mai, indiquait que la base de données contenait plus de 1 170 000 personnes. Elle serait mise à jour quotidiennement avec des informations telles que la température corporelle des personnes entrant dans la ville, qui sont vérifiées aux points de contrôle de la ville, et le nombre de passagers entrant dans les gares et les aéroports locaux. Ces personnes seraient classées en quatre catégories, en fonction de la gravité de l’épidémie dans leur lieu de résidence.

Un document interne du bureau de la sécurité publique de la ville de Wuhai, en Mongolie-Intérieure, datant de mai 2020. (Fourni à Epoch Times)

En outre, des données ont été recueillies sur les lieux où les personnes ont mangé, séjourné, voyagé, fait des achats ou se sont diverties, selon l’avis.

Le bureau de police a déclaré qu’il collaborerait avec des sociétés Internet, des entreprises technologiques et trois géants des télécommunications – China Mobile, China Unicom et China Telecom – afin de maximiser leur surveillance.

Le document ne mentionne pas le nombre total de citoyens qui ont été surveillés dans le cadre de la base de données depuis le début de la pandémie.

L’utilisation par le régime chinois de la haute technologie pour surveiller ses citoyens a déjà soulevé des inquiétudes chez les experts en droits de l’homme et en cybernétique, qui notent que les données sont souvent collectées sans le consentement des utilisateurs.

Pendant la pandémie du Covid-19, la populaire application de messagerie chinoise WeChat a développé une fonction de « code de santé » qui permet aux autorités de scanner un code-barres sur les téléphones des personnes et de vérifier si une personne est exempte de virus, si elle a été en contact avec des patients infectés par le virus, si elle est positive au Covid-19 ou si elle présente des symptômes du virus. Certains experts, tels que Human Rights Watch, ont averti que les données personnelles collectées et analysées par les autorités policières pourraient être exploitées pour traquer et repérer les dissidents.

Les médias d’État ont récemment rapporté que la province de Guizhou est devenue un super « grand centre de données », la police utilisant la technologie à des fins de « prévention et de contrôle ».

Le quotidien Nanjing Daily a utilisé l’exemple d’un résident local surnommé Yang pour illustrer la puissance de la base de données. Yang, qui a fait un voyage d’affaires à Wuhan le 22 janvier, a été surpris lorsque des fonctionnaires se sont présentés chez lui une semaine plus tard pour des contrôles physiques. Les agents ont puisé dans une multitude de données pour découvrir non seulement tous ses contacts proches pendant le voyage, mais aussi pour savoir où ils se trouvaient.

Dans un autre cas, une personne a écrit sur les médias sociaux qu’un agent de contrôle des maladies, grâce à des caméras de surveillance, a localisé le passager assis à côté de lui alors qu’il était dans un bus pour lui signaler qu’il avait manqué un appel téléphonique de sa part. Les deux personnes n’avaient pas eu de contact préalable avant le voyage en bus.

En février, le directeur adjoint du centre de commandement du bureau de la police de Nanjing, Dai Xiulin, a déclaré dans une interview au Nanjing Daily que le bureau avait créé des fichiers pour chaque « cible clé du Covid-19 ». Selon Dai Xiulin, grâce à une analyse comparative des données, la police peut déterminer avec précision la localisation des cibles clés et envoyer des ordres aux postes de police pour des « visites à domicile ponctuelles ».

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du Premier ministre canadien surveillée par Pékin

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ