Plusieurs plaintes déposées contre Édouard Philippe, Olivier Véran ou Agnès Buzyn pour la gestion du virus du PCC

Par Emmanuelle Bourdy
26 mars 2020
Mis à jour: 27 mars 2020

La Cour de justice de la République a reçu cinq plaintes depuis lundi 23 mars. D’après une source judiciaire, ces plaintes visent soit le Premier ministre Édouard Philippe, soit le ministre de la Santé Olivier Véran ou encore l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, ainsi que le rapporte Franceinfo. Elles dénoncent leur gestion de l’épidémie du « virus du PCC » (Parti communiste chinois).

Ce virus s’est effectivement propagé depuis la ville de Wuhan (Chine) où des patients souffrant d’une « mystérieuse pneumonie », détectée dès décembre 2019, avaient été découverts. La volonté du PCC de dissimuler ces informations et de ne pas agir de manière responsable et appropriée a conduit à une pandémie mondiale, ainsi que l’explique un article d’Epoch Times.

Les plaintes ont été déposées par trois particuliers et deux associations. Les accusations portent sur la mise en danger de la vie d’autrui, la non-assistance à personne en danger, l’homicide involontaire, ou sur le fait de s’être abstenu de prendre à temps des mesures pour résorber l’épidémie.

Une sixième plainte, mais qui n’est pas encore parvenue à la Cour de justice de la République, va également être déposée pour « entrave aux mesures d’assistance » à l’encontre d’Agnès Buzyn et d’Edouard Philippe. Elle a été déposée par un homme de 46 ans, positif au coronavirus. Son avocat, Me Nabil Boudi, précise à Franceinfo que « l’objet de la plainte, avant tout, c’est l’ouverture d’une enquête pour déterminer qui a failli dans sa mission ».

Le client de Me Nabil Boudi déplore le fait qu’il « aura ainsi fallu attendre plus d’un mois et demi, depuis l’annonce, le 24 janvier 2020, par Madame Buzyn, alors ministre de la Santé, des deux premiers cas confirmés sur le sol français et européen pour agir ». Agnès Buzyn reconnaît le « manque de réactivité du gouvernement », ainsi que le relatait Le Monde dans un entretien avec l’ancienne ministre de la Santé, publié le 17 mars.

Me Nabil Boudi précise : « On ne cherche pas à ce qu’il y ait des sanctions, on ne cherche pas à ce qu’il y ait des condamnations, ce n’est pas l’objet de la plainte » et souhaite que « s’il y a eu des manquements de la part d’un certain nombre de personnes qui sont au gouvernement, ces manquements doivent être sanctionnés. Face à une crise d’une telle ampleur, on ne peut pas avoir des ministres qui tergiversent. »

D’autres plaintes ont également été déposées la semaine dernière par un collectif de soignants contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn, les accusant de s’être « abstenus » de prendre les mesures qui s’imposaient, alors que l’épidémie commençait à se propager.

RECOMMANDÉ