Plusieurs pratiquants de Falun Gong sont morts pendant leur garde à vue en Chine

Par Frank Yue
10 septembre 2021
Mis à jour: 10 septembre 2021

Depuis le mois de mai, de nombreux pratiquants du Falun Gong ont perdu la vie alors qu’ils étaient en garde à vue en Chine, selon les rapports publiés par le site Minghui.org, un site Web américain de premier plan qui recueille des informations sur la persécution du Falun Gong menée par le Parti communiste chinois (PCC).

Les pratiquants étaient des prisonniers de conscience. Le Parti communiste chinois (PCC) mène une persécution systématique contre les personnes qui pratiquent le Falun Gong depuis le 20 juillet 1999.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle chinoise composée d’exercices de qi gong, d’une méditation et d’enseignements fondamentaux basés sur le principe « Authenticité, Bienveillance, Tolérance ». Sa popularité a atteint son apogée à la fin des années 1990 en Chine, avec 70 à 100 millions de pratiquants, selon les estimations officielles.

À plusieurs reprises, le gouvernement américain a adopté des résolutions condamnant les actions menées par le PCC et a appelé à la fin de la persécution.

Mort en détention

Guo Zhenfang, un habitant de la ville de Chifeng, dans la province de Mongolie-Intérieure, est mort pendant sa garde à vue avant d’arriver dans un hôpital local le 9 juin. Il était détenu au centre de détention du district de Songshan avant son transfert à l’hôpital.

La police a informé la famille de M. Guo de son transfert. À son arrivée à l’hôpital, la famille a constaté que M. Guo avait le nez en sang, des ecchymoses sur les fesses et une blessure interne au niveau de son genou.

Plusieurs policiers en civil sont arrivés à l’hôpital peu après l’arrivée de la famille. Les agents ont interdit à la famille de voir le corps de M. Guo plus longtemps et ont ordonné que sa dépouille soit transférée dans un salon funéraire local, sans le consentement de la famille.

Un autre pratiquant est mort lors de sa garde à vue dans le village de Dongrulai, dans la province de Shandong. La police a arrêté Sun Peijin alors qu’il travaillait sur ses terres agricoles le 17 juin.

Le jour suivant, la police a contacté sa famille et a signalé que M. Sun était décédé. Sa famille l’a trouvé mort, le crâne enfoncé, un de ses yeux manquant.

Les autorités ont affirmé que M. Sun s’était jeté dans la mort depuis l’hôpital populaire du comté de Mengyin, dans la province de Shandong, après avoir refusé un test d’acide nucléique.

Le 26 juin, la police a fait incinérer le corps de M. Sun après avoir contraint la famille.

Wei Mingxia, 70 ans, est décédée après deux semaines de détention par la police. La police avait arrêté Mme Wei le 19 juillet et l’avait incarcérée au centre de détention de Huludao.

Avant d’être arrêtée, Mme Wei était en bonne santé. Elle est décédée le 2 août. Sa dépouille, congelée, est conservée dans un salon funéraire local.

La police a arrêté un autre pratiquant nommé Li Xianxi dans une gare de la ville d’Anyang, située dans la province du Henan, le 11 mai. Il discutait de la persécution du Falun Gong avec des voyageurs. La police a ensuite fouillé la propriété de M. Li sans mandat.

Le lendemain, M. Li a été placé en détention criminelle au centre de détention d’Anyang. Le 13 juin, la police a informé la famille que M. Li était décédé la veille. Les membres de la famille ont affirmé que son corps était émacié, avec une tête enflée et des cicatrices sur la taille, le dos et les genoux.

Cesser immédiatement cette persécution

Le porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, Ned Price, a appelé le régime communiste chinois à « cesser immédiatement » sa longue persécution dirigée contre le Falun Gong et à libérer tous les pratiquants emprisonnés pour leurs croyances, lors d’un point de presse régulier organisé le 19 juillet, un jour avant le 22e anniversaire du début de la campagne d’éradication lancée par Pékin contre ce groupe religieux.

Le 12 mai, un jour avant la Journée mondiale du Falun Dafa, le secrétaire d’État Antony Blinken a annoncé l’adoption de sanctions à l’encontre d’un haut fonctionnaire du PCC, Yu Hui, pour avoir persécuté le Falun Gong dans la ville de Chengdu, située dans la province du Sichuan. M. Yu et sa famille immédiate ne peuvent plus entrer aux États-Unis.

Le 20 juillet 2020, Mike Pompeo, alors secrétaire d’État, a accusé le PCC de persécuter les pratiquants. « De nombreuses preuves montrent que le gouvernement de la RPC[République populaire de Chine] continue de réprimer et d’abuser de cette communauté. On rapporte notamment que des pratiquants de Falun Gong sont torturés et que des milliers d’entre eux sont détenus ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ