Le poisson-lièvre, un pois(s)on mortel, continue son expansion en Méditerranée

Par Nathalie Dieul
17 juillet 2020
Mis à jour: 17 juillet 2020

Sa consommation est toxique pour les humains et il étend de plus en plus son territoire en Méditerranée. Pire que ça, l’ingestion de poisson-lièvre peut être mortelle pour l’homme.

Son nom scientifique est Lagocephalus sceleratus. Il « appartient à une cohorte d’espèces originaires de la mer Rouge qui a profité du passage créé par le canal de Suez pour entrer en Méditerranée. C’est donc une espèce introduite par l’homme », explique à L’Express Pierre Gilles, chargé de projet à la direction de la politique des océans à l’Institut océanographique de Monaco.

C’est dans les années 2000 que le poisson-lièvre a fait son apparition en Méditerranée orientale. Après avoir colonisé les eaux de la Turquie et de la Crète, il s’est répandu dans la partie sud et centrale de la Méditerranée occidentale, de la Tunisie à la Sardaigne et à l’Espagne. Il se rapproche maintenant des côtes de la Corse.

Les viscères (foie, ovaires, reins, intestins) de ce poisson, mais aussi sa peau, contiennent une neurotoxine mortelle, la tétrodotoxine (TTX). Celle-ci est également présente chez son proche cousin du Japon, le fugu, responsable d’une cinquantaine de cas d’empoisonnement chaque année au pays du soleil levant, rapporte Corse-Matin.

Sur tous ces cas d’empoisonnement, le taux de mortalité dépasse les 60 %. Il n’existe aucun remède connu contre le TTX, qui provoque d’abord une paralysie des muscles avant de bloquer la fonction respiratoire, ce qui entraîne la mort.

Le poisson-lièvre est herbivore et peut mesurer jusqu’à 1m10. Son ventre se gonfle comme un ballon.

Si l’avancée de son territoire de plus en plus proche des côtes de la Corse peut être inquiétante, le spécialiste de l’Institut océanographique de Monaco ne se dit « pas du tout alarmiste ».

« Il ne faut pas imaginer qu’il y a des bancs entiers de poissons-lièvres en train de progresser pour nous attaquer », assure Pierre Gilles. Le poisson-lièvre commence en effet à être observé, cependant sa « présence n’est pas en train d’exploser », assure-t-il.

Quoi qu’il en soit, apprenez à le reconnaître si vous allez pêcher en Méditerranée, et si vous en attrapez un, surtout ne le mangez pas !

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ