La police chinoise oblige une femme paralysée à signer une déclaration renonçant à sa foi

Par Nicole Hao
3 avril 2021
Mis à jour: 3 avril 2021

Une pratiquante de Falun Gong âgée de 68 ans, qui a subi deux décennies de tortures ayant entraîné une paralysie, a été contrainte de signer une déclaration de renonciation à sa foi lorsque la police a fait une descente à son domicile l’année dernière. La pratiquante est décédée le 29 janvier après avoir demandé à ses collègues pratiquants de faire savoir au monde entier qu’on l’avait forcée à signer la déclaration contre son gré.

Elle avait également demandé instamment qu’une enquête soit menée sur la pratique carcérale consistant à injecter un liquide rouge aux pratiquants de Falun Gong, ce qui, selon elle, était un moyen d’empoisonner les pratiquants.

Liu Xiufang avait été arrêtée 8 fois depuis 2000 et soumise à des tortures brutales pour avoir pratiqué le Falun Gong, une méthode d’amélioration de soi issue de l’école du Bouddha qui enseigne aux gens à suivre les principes de véracité, compassion et tolérance.

En janvier 2013, Liu a personnellement présenté un témoignage sur sa persécution par le PCC (Parti communiste chinois) à Minghui.org, un site Web basé aux États-Unis qui documente la persécution des pratiquants de Falun Gong par le PCC. Son témoignage correspond à ceux d’autres témoins ainsi qu’aux témoignages figurant dans d’autres rapports de Minghui au cours des dernières années.

Dans son témoignage, Liu a déclaré qu’elle avait obtenu un corps sain en pratiquant le Falun Gong en mai 1995. À l’âge de 40 ans environ, elle avait souffert d’une cardiopathie rhumatismale, d’asthme et d’incontinence urinaire. En 1995, à l’âge de 42 ans, les maladies de Liu ont été guéries après avoir pratiqué le Falun Gong.

Lorsque le PCC a lancé sa campagne politique pour éradiquer le Falun Gong en juillet 1999, Liu a commencé à adresser des pétitions au gouvernement pour réhabiliter le nom du Falun Gong, en racontant au régime et à ses concitoyens chinois ce qu’elle avait vécu grâce à sa pratique.

Cependant, les actions de Liu visant à contester la position du gouvernement sur le Falun Gong ont provoqué la colère du PCC. Elle a été arrêtée par la police à plusieurs reprises, condamnée à des amendes et torturée dans des centres de détention, des camps de travail et des prisons.

« Il n’y a pas de mots pour décrire la douleur d’être menotté dans la position [de torture] du lit de mort […] j’avais l’impression que ma poitrine allait se fendre », c’est ce que Liu a raconté à propos de la semaine de torture qu’elle a endurée en 2000 dans son récit publié par Minghui.

Menotté à un lit dans une position douloureuse. (Minghui.org)

« En bougeant un peu les mains et les pieds, les menottes s’enfonçaient plus profondément dans mes poignets ou mes chevilles », poursuit Liu. Le lit de mort est une méthode de torture utilisée par le PCC, qui consiste à attacher les quatre membres d’une personne dans une position extrêmement serrée aux quatre côtés d’un lit pendant des heures, voire des jours.

Elle a également été arrêtée deux fois en 2002, une fois en 2003 et une fois en 2005, lorsqu’elle a été envoyée pour la deuxième fois aux travaux forcés pendant 6 mois.

En février 2009, Liu a été attachée à un banc de tigre pendant 5 jours et 4 nuits. Après avoir été libérée du banc, Liu a souffert d’incontinence urinaire.

La torture appelée « banc du tigre », représentée sur ce dessin, consiste en l’élévation des jambes durant une longue période, ce qui provoque une douleur atroce. La torture est couramment utilisée sur les pratiquants de Falun Gong détenus en Chine. (Minghui.org)

De septembre 2009 à février 2012, Liu a été détenue à la prison pour femmes de Heilongjiang, où on lui a injecté plusieurs fois un médicament inconnu.

« Au moment où le médecin de la prison a injecté le liquide de couleur rouge, j’ai eu l’impression que ma tête allait exploser à tout moment. J’ai crié et pleuré à cause de la douleur », a écrit Liu. Après sa libération de prison en 2012, les jambes de Liu ont commencé à gonfler, et marcher devenait de plus en plus difficile.

Liu a appelé les pratiquants qu’elle connaissait et qui avaient été détenus à la prison pour femmes de Heilongjiang et a cherché à savoir si d’autres personnes souffraient des mêmes symptômes.

« Les jambes de Cui Shengyun sont enflées depuis plus de 6 mois… Qiu Yuxia est devenue paraplégique après avoir perdu la fonction musculaire dans la moitié inférieure de son corps », écrit Liu.

Liu soupçonne la prison d’avoir empoisonné les pratiquants de Falun Gong qui y étaient détenus juste avant de les libérer. Dans sa déposition au site web Minghui, elle a demandé instamment qu’une enquête soit menée et a demandé aux gens de se mobiliser pour demander justice.

Dans la torture appelée « battue » représentée sur ce dessin, les policiers battent violemment la victime. La torture est couramment utilisée sur les pratiquants de Falun Gong détenus en Chine. (Minghui.org)

Campagne d' »éradication » de 2020

L’année dernière, le PCC a lancé une autre campagne en direction du Falun Gong, qu’il a baptisée « clear out » – un effort concerté pour forcer tous les pratiquants de Falun Gong figurant encore sur les listes noires du gouvernement à renoncer à leur croyance.

Liu figurait sur l’une de ces listes noires et est devenue la cible de la campagne du PCC. En 2020, Liu vivait avec son mari, loin de sa famille, à une adresse qui ne figurait pas dans son dossier d’enregistrement.

Cela a conduit des policiers et un responsable communautaire du PCC à menacer la belle-fille de Liu pour obtenir son adresse. Ils ont dit à la belle-fille qu’ils empêcheraient son employeur de lui verser son salaire si elle ne leur disait pas ce qu’ils voulaient savoir.

La police a retrouvé Liu à son domicile au début du mois de juillet 2020. À ce moment-là, Liu était clouée au lit. Elle était devenue paralysée 13 mois plus tôt lorsqu’elle a subi un accident vasculaire cérébral en juin 2019. Elle et sa famille ont déclaré à Minghui qu’ils pensaient que ce sont les tortures qu’elle a subies au cours des 20 années précédentes qui ont causé l’AVC.

« Ils[la police] l’ont forcée à presser ses empreintes digitales comme l’exigeait le fonctionnaire de la communauté sur un formulaire imprimé. Ils l’ont également filmée », a rapporté Minghui le 12 septembre 2020.

Le formulaire que Liu a signé de force était une déclaration pré-écrite pour renoncer à la croyance au Falun Gong. Cependant, Liu ne voulait pas renoncer à sa croyance dans le Falun Gong. Elle a demandé à un autre pratiquant de publier son histoire sur Minghui afin d’exposer le pouvoir maléfique du PCC en Chine, ainsi que son regret d’avoir signé la déclaration.

Liu Xiufang, une pratiquante de Falun Gong de la ville de Jiamusi dans la province de Heilongjiang dans le nord-est de la Chine, est décédée le 29 janvier 2021. (Minghui.org)

À l’annonce de la mort de Liu, sa belle-fille a éprouvé un profond chagrin pour avoir donné son adresse à la police.

Le mari de Liu était devenu mentalement instable après avoir été détenu et battu pendant 5 jours en février 2009 parce que sa femme pratiquait le Falun Gong. Selon Minghui, 12 ans plus tard, il n’a pas récupéré et souffre de démence.

Le Falun Gong

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, a été présenté pour la première fois au public en Chine en 1992. La pratique s’est rapidement répandue de bouche à oreille dans toutes les régions de Chine. Des personnes ont déclaré avoir constaté une amélioration de leur santé et de leur moralité, de meilleures relations avec leur famille et leurs collègues, et moins de stress. Selon les rapports de l’État chinois en 1999, 100 millions de personnes en Chine – 1 Chinois sur 13 – pratiquaient le Falun Gong.

Le soir du 25 avril 1999, Jiang Zemin, alors chef du Parti communiste chinois, a jeté les bases de la persécution génocidaire qu’il allait lancer quelques mois plus tard dans une lettre adressée au Politburo, le plus haut comité exécutif du Parti.

Des pratiquants de Falun Gong méditent avant un rassemblement qui appelait à la fin de la persécution du Falun Gong en Chine, au Capitole à Washington, le 20 juin 2018. (Samira Bouaou/Epoch Times)

Jiang était inquiet du fait que le Falun Gong fut, selon ses remarques, « une sorte d’organisation nationale avec de nombreux pratiquants, allant des fonctionnaires du Parti communiste, des universitaires, des soldats, aux travailleurs et aux paysans ».

Il craignait que les enseignements moraux traditionnels du Falun Gong ne menacent la légitimité de l’idéologie du PCC, qui est basée sur l’athéisme, le matérialisme et l’idée de lutte.

Jiang a écrit : « Le marxisme, le matérialisme et l’athéisme que défendent nos membres du Parti communiste ne peuvent-ils pas gagner la bataille contre ce que préconise le Falun Gong ? »

La lettre poursuit : « C’est absolument ridicule ! »

Le 20 juillet 1999, Jiang a fait peser tout le poids du Parti-État chinois sur la tête des pratiquants de Falun Gong. On lui prête d’avoir donné l’ordre de « détruire leur réputation, de les mettre en faillite financière et d’éliminer leur corps ».

Jiang aurait cru pouvoir éradiquer la pratique du Falun Gong en trois mois et, si l’on en croit l’expérience du PCC dans l’éradication d’autres groupes, cette attente n’était pas irréaliste.

Des pratiquants de Falun Gong (ou Falun Dafa) pratiquent la méditation assise de la discipline spirituelle, dans Central Park à Manhattan, le 10 mai 2014. (Dai Bing/Epoch Times)

Le PCC a commis le pire. Selon Minghui, le nombre de décès confirmés dus à la torture et aux mauvais traitements s’élève à 4 363 pratiquants. En raison de la difficulté d’obtenir des informations hors de Chine, le nombre réel de ces meurtres est sans doute beaucoup plus élevé.

Il existe également un nombre très important mais inconnu de pratiquants de Falun Gong tués par la pratique du prélèvement forcé d’organes vivants, que certains chercheurs ont qualifié de « génocide froid« .

Pourtant, 22 ans après le début des persécutions, Freedom House estime que jusqu’à 20 millions de personnes pratiquent encore le Falun Gong en Chine, et le site officiel du Falun Gong, FalunDafa.org, indique que cette pratique s’est étendue à 91 pays.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ