Policier tué à Avignon : le syndicat Alliance estime que « l’État ne protège plus ses policiers »

Par Epoch Times avec AFP
6 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

Frédéric Lagache, délégué général d’Alliance, un des principaux syndicats de police, a estimé que « l’État ne protège plus ses policiers », en prévenant d’une action prochaine des fonctionnaires, après la mort mercredi d’un policier à Avignon.

« Les policiers doivent être protégés et aujourd’hui, force est de constater que l’État ne protège plus ses policiers », a déclaré ce jeudi Frédéric Lagache. « Nous allons agir et réagir », a-t-il dit, en ajoutant que son organisation syndicale allait décider dans la journée d’une action. « On ne va pas accepter sans réagir que des collègues soient victimes de leur mission », a-t-il dit également.

Mercredi en fin de journée à Avignon, un policier envoyé avec son équipage sur les lieux d’un attroupement autour d’un point de deal, a été tué par balle par une des personnes présentes. Les autres policiers présents ont riposté, sans pouvoir interpeller l’auteur qui a pris la fuite.

Il « est mort en héros » 

Mercredi, lors d’un point presse au commissariat d’Avignon, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré : « La lutte contre les trafics de stupéfiants s’apparente à une guerre ». « Cette guerre, nous la menons. C’est grâce à des soldats, et ces soldats, ce sont les policiers et les gendarmes de France. Aujourd’hui, un de ces soldats est mort en héros pour lutter contre les trafics de stupéfiants ».

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ