La politique de diversité de Coca-Cola risque de violer les lois anti-discrimination, avertissent les actionnaires

Par GQ Pan
22 juin 2021
Mis à jour: 22 juin 2021

Un groupe d’actionnaires de Coca-Cola prévient que la récente politique de diversité de l’entreprise obligerait en fait les cabinets d’avocats sous contrat à violer les lois anti-discrimination.

Dans une lettre datée du 11 juin, l’American Civil Rights Project (ACRP) note que le 28 janvier, le directeur juridique de Coca-Cola a exigé que les cabinets d’avocats souhaitant demeurer clients de la société s’engagent à ce qu’au moins 30 % du temps facturé soit effectué par des « avocats diversifiés », dont au moins la moitié par des avocats noirs.

L’ACRP, s’exprimant au nom « d’un ensemble d’actionnaires inquiets de la société Coca-Cola », a exigé que la société de boissons gazeuses « retire publiquement les politiques discriminatoires concernant ses consultants externes » ou qu’elle « donne accès aux archives de l’entreprise relatives à la décision des dirigeants et des administrateurs de Coca-Cola d’adopter et de maintenir ces politiques illégales ».

Selon l’ACRP, la politique de Coca-Cola en matière de contrats fondés sur la race a exposé la société et ses actionnaires à un « risque important de responsabilité » pour avoir potentiellement violé les lois anti-discrimination, notamment le titre VII de la loi sur les droits civils, qui interdit la discrimination à l’embauche fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe et l’origine nationale.

La lettre allègue également que tous les dirigeants de Coca-Cola savaient, ou auraient dû savoir, que la politique était potentiellement illégale. Elle indique que ceux qui n’étaient pas conscients des risques juridiques ont manqué à leur responsabilité ou « se sont appuyés sur les conseils juridiques inexcusablement erronés ».

Le plan de diversité a été mis en veilleuse à la suite de la démission de Bradley Gayton en tant que directeur juridique de Coca-Cola, après moins d’un an à ce poste. En janvier, M. Gayton a qualifié de « crise » le fait que la profession juridique ne « traite pas la question de la diversité et de l’inclusion comme un impératif commercial ».

« Les actionnaires exigent donc que vous rétractiez immédiatement et publiquement les politiques dans leur intégralité », conclut la lettre, ajoutant qu’ils seront « contraints de demander un redressement judiciaire » pour protéger leurs intérêts dans l’entreprise s’ils ne reçoivent pas de réponse à leurs demandes dans les 30 jours ouvrables.

En février, Coca-Cola, l’une des plus grandes entreprises de produits alimentaires et de boissons au monde, a été sous le feu des critiques lorsque ses employés auraient reçu l’instruction d’être « moins blancs » dans le cadre d’une formation intitulée « Confronter le racisme » comprenant des entretiens avec le sociologue Robin DiAngelo, auteur d’un livre de 2018 intitulé White Fragility (fragilité blanche).

« Aux États-Unis et dans d’autres nations occidentales, les Blancs sont socialisés à penser qu’ils sont intrinsèquement supérieurs parce qu’ils sont Blancs », peut-on lire sur l’une des diapositives, apparemment envoyée par un « dénonciateur interne » et publiée sur Twitter par la commentatrice de YouTube Karlyn Borysenko. Le post est devenu viral.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ