Pompeo affirme que l’interdiction de Twitter sur Donald Trump est « anti-américaine », et la compare à la censure du PCC

Par Eva Fu
11 janvier 2021
Mis à jour: 11 janvier 2021

La décision de Twitter de bannir définitivement le président américain Donald Trump est « anti-américaine » et parallèle à la censure sous la Chine communiste, a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo le 9 janvier.

« Il est dangereux de faire taire les discours. Ce n’est pas américain. Malheureusement, ce n’est pas une nouvelle tactique de la gauche. Ils ont travaillé pour faire taire les voix opposées pendant des années », a-t-il écrit dans un tweet.

« Nous ne pouvons pas les laisser taire 75 millions d’Américains. Ce n’est pas le PCC », a-t-il ajouté, faisant référence à l’utilisation par le Parti communiste chinois de la technologie et des médias sociaux pour surveiller et réprimer la dissidence.

Plus tôt, Twitter a annoncé qu’il avait définitivement retiré le compte de Donald Trump de sa plateforme, affirmant que la société avait identifié « un risque de nouvelle incitation à la violence » après avoir examiné la façon dont ses récents tweets « sont reçus et interprétés sur et hors de Twitter ».

Facebook a également bloqué Trump jusqu’au 20 janvier au moins.

En réaction à Twitter, Donald Trump a condamné le géant technologique, déclarant que la société « est allée encore et toujours plus loin dans l’atteinte à la liberté d’expression ».

Donald Trump a juré qu’il « ne sera pas réduit au silence ». Il a affirmé que son équipe avait négocié avec les concurrents de Twitter et qu’elle examinait également les options pour construire une plateforme séparée.

Les législateurs républicains et les alliés de Donald Trump ont critiqué les actions de Twitter comme étant de la censure et un abus de pouvoir.

« La purge, la censure et l’abus de pouvoir de Big Tech sont absurdes et profondément dangereux », a écrit le député Ted Cruz (Parti républicain, Texas) sur Twitter.

« Si vous êtes d’accord avec les préjugés actuels de Tech (Iran, bon ; Trump, mauvais), demandez-vous ce qui se passe quand vous n’êtes pas d’accord », a-t-il expliqué. « Pourquoi une poignée de milliardaires de la Silicon Valley devrait-elle avoir le monopole du discours politique ? »

Le sénateur Marco Rubio (Parti républicain, Floride) a exprimé des préoccupations similaires.

« Même ceux qui s’opposent à Trump devraient voir le danger d’avoir un petit groupe non élu avec le pouvoir de faire taire [et] d’effacer quelqu’un », a-t-il dit dans un tweet. « Et leurs actions ne feront que susciter de nouveaux griefs qui finiront par alimenter ce qu’ils prétendent vouloir empêcher. »

Kate Ruane, membre du conseil législatif du groupe progressiste American Civil Liberties Union, a également publié une déclaration, affirmant que la décision de Twitter « devrait concerner tout le monde ».

« Nous comprenons le désir de le suspendre définitivement maintenant, mais cela devrait concerner tout le monde lorsque des entreprises comme Facebook et Twitter exercent le pouvoir incontrôlé de retirer des personnes des plateformes qui sont devenues indispensables pour le discours de milliards de personnes – en particulier lorsque les réalités politiques rendent ces décisions plus faciles », peut-on lire dans la déclaration.

Twitter a également bloqué les comptes de l’avocate Sidney Me Powell et de l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn. Les vagues suppressions de Twitter ont incité certains utilisateurs, dont les animateurs radio Mark Levin et Rush Limbaugh, à se retirer volontairement.

Le message de Pompeo prend un ton similaire à celui de l’ancienne ambassadrice des Nations unies Nikki Haley, qui a également invoqué la censure du régime chinois à l’égard de ceux qu’il considère comme des ennemis.

« Faire taire les gens, sans parler du président des États-Unis, c’est ce qui se passe en Chine, pas dans notre pays », a-t-elle écrit dans un tweet.

Élections américaines – Conservateurs : tous censurés ?

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ