Un pompier rénove un bungalow des années 1950 pour en faire une maison luxueuse, et partage ses conseils

Par Louise Bevan
1 avril 2021
Mis à jour: 1 avril 2021

Un novice en bricolage s’est découvert une passion pour la rénovation au cours d’un projet de 18 mois consacré à la construction de la maison de ses rêves.

D’un bungalow terne et glacial à une maison de luxe, le rêve de James Stuart s’est réalisé, ce qui l’amène maintenant à partager ce qu’il a appris.

James Stuart, pompier depuis 15 ans et bodybuilder lauréat d’un trophée, affirme que sa passion pour la rénovation lui a inspiré une nouvelle carrière.

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

James, 37 ans, a vécu dans la ville anglaise de Wakefield, dans le Yorkshire de l’Ouest, dans un bungalow des années 1950 sans aucun confort, tout en le rénovant de fond en comble. Pourtant, l’énorme valorisation du projet terminé en valait la peine.

Au départ, il a été dépassé par la tâche qui l’attendait.

« Lorsque j’ai emménagé, il n’y avait même pas de raccordement au gaz », a déclaré James au Mirror.

« Pendant tout le temps des travaux, j’ai vécu dans la maison, je n’avais pas de lumière, pas de lit, je devais utiliser un four micro-ondes pour manger et un petit chauffage pour me chauffer. »

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

James prenait des douches à la caserne de pompiers et mangeait des repas chauds chez sa mère. « Je ne savais pas vraiment où j’allais avec ce projet », a-t-il confié au média.

Après avoir voyagé en Australie et en Asie du Sud-est à l’âge de 31 ans, James est rentré en Angleterre pour reprendre sa carrière au sein du West Yorkshire Fire and Rescue Service à Wakefield. La rénovation d’une maison était un rêve de longue date.

« J’ai atteint la mi-trentaine et j’ai décidé que tout ce que je voulais faire, je devais le faire. Pas de temps à perdre », dit-il.

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

Le bungalow indépendant de trois chambres, situé sur un grand terrain, appartenait auparavant à un couple de personnes âgées, rapporte le Mirror.

Après avoir démonté la structure, James a enlevé les fenêtres, remplacé toutes les installations, transformé deux chambres en une seule, agrandi la salle de bains jusque dans le couloir et modernisé la décoration.

Il a également ajouté des éléments modernes et luxueux, tels qu’une télévision murale avec un foyer au bioéthanol en dessous, des haut-parleurs surround au plafond et une balançoire dans le jardin nouvellement aménagé.

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

« C’était un processus assez solitaire », a-t-il confié au média.

« Quand vous vivez sur les lieux même d’un chantier, vous avez froid, vous ne pouvez pas voir vos amis, vous ne pouvez pas avoir de jour de congé, vous ne pouvez pas vous préparer un bon repas, vous ne pouvez pas vous détendre dans une maison bien chaude. »

James a perdu du poids, canalisant toute son énergie dans la rénovation. Mais « si vous vous donnez du mal, dit-il, les bonnes choses viendront assurément ».

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

Au départ, James avait prévu de vivre lui-même dans la maison rénovée. Mais après avoir réalisé la valeur-ajoutée qu’il avait apporté à la propriété, il a décidé de la vendre.

Il avait acheté la maison pour 190 000 livres (environ 223 000 euros) et dépensé environ 70 000 livres (environ 82 000 euros) pour les rénovations. La maison terminée est maintenant évaluée à environ 400 000 livres (environ 470 000 euros), rapporte le Mirror.

« J’ai trouvé une nouvelle carrière », a-t-il déclaré. « Ayant terminé celle-ci, je voudrais en rénover une autre et voir ce que je peux en faire. »

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

Avec 18 mois d’expérience en rénovation à son actif, James a bien des conseils à donner aux autres rénovateurs en herbe.

Il conseille de ne pas faire appel à une équipe pour l’ensemble des travaux, de chercher les matériaux soi-même et d’obtenir des tarifs compétitifs.

« Payez les commerçants à la journée plutôt que de les laisser vous facturer des milliers de dollars… Essayez d’acquérir les compétences vous-même », a-t-il déclaré, ajoutant que l’essentiel est de prévoir un budget judicieux.

« Mon budget initial de 25 000 £ [environ 30 000 euros] a été triplé », a-t-il déclaré au média. « Tout prend plus de temps et est plus difficile que prévu. »

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)

James ajoute qu’avoir de bons contacts est essentiel.

« L’un de mes voisins est un menuisier à la retraite, et il est maintenant un peu comme mon père », a-t-il déclaré.

« Nous avons aménagé la cuisine et le jardin ensemble. Je vais probablement me retrouver chez lui pour le repas de Noël maintenant ! »

Réfléchissant au projet sur Instagram, James a posté : « Concevoir et travailler sur cet endroit a été incroyable… Je serai triste de partir, c’est vrai, mais ce n’est pas pour la maison, c’est pour les voisins que je considère maintenant comme ma famille. »

Alors que James se projette dans le prochain projet de rénovation à plus grande échelle, ses voisins admirent son travail manuel.

« Beaucoup de passants s’arrêtent, ébahis devant une telle transformation », a-t-il confié au Mirror.

(Avec l’aimable autorisation de James Stuart)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ