Effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn : le camion pesait plus de 40 tonnes

Par Epoch Times avec AFP
18 novembre 2019
Mis à jour: 19 novembre 2019

D’après les informations de France Bleu Occitanie, le poids du camion qui circulait sur le pont de Mirepoix-sur-Tarn où celui-ci s’est effondré lundi dernier, transportait un engin de chantier et pesait plus de 40 tonnes, bien plus que les 19 tonnes autorisées.

Le camion, qui a été localisé dans la rivière, est « apparemment un porte-char, ce type de véhicule transporte des grues. Les plongeurs de la gendarmerie ont reconnu l’engin et en faisant l’addition du poids du camion, de ce qu’il transportait, de la toupie, on estime à plus de 40 tonnes, largement. C’était un camion de gabarit hors norme, le pont a craqué », a précisé le maire Eric Oget.

« Ces ponts sont interdits aux véhicules de plus de 19 tonnes mais il est fréquent que des camions de plus gros tonnage les empruntent », a pour sa part relevé le président de la Communauté de communes, Jean-Marc Dumoulin.

Selon France Bleu Occitanie, il s’agit d’un camion d’une entreprise installée à Bessière (Haute-Garonne), juste en face du pont de Mirepoix-sur-Tarn : l’entreprise Puits Julien Fondation. Cette société est spécialisée dans le forage de puits, le terrassement et la construction de fondations spéciales.

Le procureur a donc fait état de « perquisitions chez le transporteur ». Une enquête administrative, une enquête judiciaire et une enquête du Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) sont lancées.

Effondrement du pont reliant les villes de Mirepoix-sur-Tarn et Bessières, à 30 kilomètres au nord de Toulouse. (Photo : ERIC CABANIS/AFP via Getty Images)

Une adolescente décédée

Lundi matin à 8h10, l’effondrement du pont a précipité dans le fleuve le camion et une Renault Clio qui arrivait en face. Une adolescente de 15 ans qui se trouvait dans la voiture est décédée, sa mère a été sauvée par des témoins. Quatre autres personnes, dont deux pompiers, ont été légèrement blessés.

Le corps du chauffeur du camion tombé dans le Tarn et qui se trouvait dans la cabine, en « a été sorti » vers 22H00, a déclaré le maire peu avant 22H30. Il « a été ramené à la surface et a été pris en charge par les pompes funèbres », a précisé l’élu. « C’est le bilan définitif, il n’y a pas d’autre personne portée disparue », a-t-il rajouté.

Les sauveteurs naviguent près du pont suspendu qui s’est effondré le 18 novembre 2019 à Mirepoix-sur-Tarn, près de Toulouse. (Photo : ERIC CABANIS/AFP via Getty Images)

« Une vraie dangerosité de l’état de nos ponts »

Ce drame « illustre malheureusement » les conclusions de la mission d’information sénatoriale sur la sécurité des ponts, à savoir qu’il y a « une vraie dangerosité de l’état de nos ponts », a déclaré son président Hervé Maurey.

Pour M. Maurey, « un des problèmes est qu’aujourd’hui on ne connaît pas l’état des ponts en France ». La mission d’information a appelé fin juin à « un « plan Marshall » pour éviter un drame », réclamant un audit des ponts.

Le Sénat avait mis en place cette mission sur la sécurité des ponts après l’effondrement d’un viaduc à Gênes (Italie) le 14 août 2018, qui avait fait 43 morts.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ