Pontoise : des excréments humains retrouvés dans la cathédrale Saint-Maclou trois fois en une semaine

Par Séraphin Parmentier
10 août 2020
Mis à jour: 10 août 2020

Voilà plusieurs mois que l’édifice religieux est régulièrement la proie d’actes antichrétiens.

Depuis la fin du mois de juillet, la cathédrale Saint-Maclou a été la cible d’actes particulièrement odieux à trois reprises. Des excréments humains ont en effet été découverts sur le parvis et à l’intérieur de l’édifice religieux dont le début de la construction date du milieu du XIIe siècle.

Le dimanche 2 août, le sacristain découvre des excréments humains près du grand portail de la cathédrale. Quelques jours auparavant, des fèces avaient déjà été retrouvées devant la porte d’entrée et à l’intérieur du monument.

« C’est la troisième fois que ça arrive en une semaine. Lundi, c’était devant la porte d’entrée. Mercredi, quelqu’un avait fait une grosse commission à l’intérieur, près de la statue du Saint Sépulcre. La personne a même déplacé la crédence pour la mettre au-dessus de ses excréments et s’est essuyé les mains sur la nappe blanche de l’autel », a expliqué Kévin Dupuy, sacristain de la cathédrale Saint-Maclou, aux journalistes du Parisien.

En charge de l’entretien de l’édifice depuis un an et demi, M. Dupuy note que les actes antichrétiens et les dégradations se multiplient. Pendant le confinement, il a découvert des traces d’urine au pied d’un bénitier de la cathédrale. Des boissons gazeuses ont aussi été déversées dans des bénitiers laissés vides en raison des mesures sanitaires, dans le tronc et au niveau du linceul de la statue du Christ.

Le sacristain avait également déjà retrouvé des excréments humains en face de l’autel consacré à la Vierge Marie.

« À l’extérieur, c’est de l’incivilité, mais à l’intérieur, ce n’est pas anodin, c’est un manque de respect envers un lieu de culte et c’est puni par la loi », souligne Kévin Dupuy.

La vente tardive d’alcool en cause ?

Pour le sacristain, les dégradations recensées ces derniers temps seraient l’œuvre de marginaux sous l’emprise de l’alcool qui s’installent régulièrement sur le parvis de la cathédrale Saint-Maclou.

« C’est le problème de ces épiceries qui vendent de l’alcool en dehors des heures autorisées et qui font des points de fixation pour les marginaux. La situation a évolué de manière négative car les villes à proximité comme Saint-Ouen-l’Aumône ont pris des mesures drastiques et ont fait fermer certains commerces. Les gens se replient donc sur Pontoise. Cette situation n’est pas admissible et nous allons réfléchir à des solutions », abonde Stéphanie Von Euw, le maire de Pontoise.

Plusieurs épiceries sont installées à proximité de la cathédrale Saint-Maclou. Trois d’entre elles ont fait l’objet d’une fermeture administrative début juillet.

« Il y a des contrôles qui sont faits régulièrement actuellement, on est dans un processus crescendo. Courant septembre on prendra des mesures assez fortes pour lutter contre ce phénomène », assure Mme Von Euw.

La vente de boissons alcoolisées dans les épiceries devrait notamment être prohibée après 21 h.

Pour sa part, Kévin Dupuy envisage de mettre en place une grille sur le parvis de la cathédrale afin d’empêcher les importuns d’accéder aux abords du monument pendant la nuit. Il réfléchit également à l’émission d’une dérogation autorisant les policiers municipaux à pénétrer dans l’enceinte de la cathédrale avec leur arme pendant leurs patrouilles.

« Je ne veux pas faire de chasse à l’homme, mais cela pourrait avoir un effet de dissuasion. J’en appelle aussi à la vigilance des riverains pour prévenir en cas de comportement suspect », conclut le sacristain.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ