La population canadienne d’ours blancs prospère, contrairement à ce que disent les discours sur le changement climatique

Par Isabel van Brugen
7 novembre 2019 Mis à jour: 7 novembre 2019

Contrairement au discours populaire selon lequel la population d’ours polaires diminue en raison de la diminution de la glace en Arctique, les groupes inuits affirment que l’espèce est florissante, selon les affidavits fédéraux déposés devant les tribunaux.

« Les Inuits n’ont pas remarqué un déclin important de la santé des ours polaires », a écrit le directeur du Conseil de gestion des ressources fauniques de la région marine du Nunavik dans des documents judiciaires, rapporte le journaliste de la publication internet Blacklock’s.

« En fait, les Inuits du Nunavik signalent qu’il est rare de voir un ours maigre et que la plupart des ours sont en bonne santé », peut-on lire dans l’affidavit.

Les groupes inuits ont soumis les documents après qu’Environnement Canada eut demandé que les quotas de chasse à l’ours polaire soient réduits, invoquant des « préoccupations en matière de conservation ».

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, il y a actuellement entre 22 000 et 31 000 ours blancs dans le monde, et ces derniers sont inscrits sur la liste des espèces vulnérables.

Pendant des années, des organisations comme le Fonds mondial pour la nature (WWF) ont cité le déclin prévu de la population d’ours blancs comme une conséquence inévitable du réchauffement climatique. On estime que le nombre d’ours polaires dans le monde diminuera de 30 % d’ici 2050.

De même, une étude réalisée en 2016 sur le nombre d’ours blancs dans le monde a estimé que la population mondiale d’ours blancs pourrait diminuer de plus de 30 % d’ici 35 ans. Les chercheurs se sont penchés sur l’effet du changement climatique sur l’océan Arctique et ont calculé que la probabilité d’une baisse de la population prévue était de 71 %. C’est parce que les ours polaires se tiennent sur les glaces en mer arctique lorsqu’ils chassent le phoque.

Cependant, les affidavits fédéraux affirment que les résidents du Nunavik, dans le nord du Canada, ont connu une augmentation de la population d’ours polaires, et « une augmentation particulièrement notable depuis les années 1980 ». Douze des sous-populations d’ours polaires du monde se trouvent principalement dans la région.

Le rapport du Conseil de gestion des ressources fauniques de la région marine du Nunavik contient des citations d’un chasseur qui affirme que les ours blancs « ne disparaissent pas » et qu’il n’y a pas de pénurie.

Le rapport se lisait comme suit : « De nombreux participants étaient très préoccupés par les perspectives extérieures de Nunavik selon lesquelles les ours polaires sont en voie de disparition. »

« Toutes les entrevues menées dans les collectivités du sud de la baie d’Hudson partageaient l’opinion selon laquelle la population a quelque peu augmenté entre les années 1960 et les années 1980, et qu’une augmentation continue a été très notable depuis cette époque. »

Vidéo controversée sur un ours polaire devenue virale

Un observateur d’ours polaire, Leo Ikakhik, a expliqué qu’une vidéo d’un ours polaire affamé, devenue virale, n’est peut-être pas ce qu’elle semble être.

« Je n’ai pas été totalement surpris. Ce sont des choses qui arrivent », a-t-il dit à la CBC. « Mère Nature va s’occuper en partie de ça. Vous savez, c’est juste une partie du cycle. »

L’ours émacié a capté l’attention de millions de personnes alors qu’il fouillait dans les ordures à la recherche de nourriture.

« Voilà à quoi ressemble le changement climatique », a déclaré National Geographic.

Leo Ikakhik surveille l’activité des ours autour d’Arviat, une ville située sur la rive ouest de la baie d’Hudson, depuis 2010, et il travaille avec des organismes comme le Fonds mondial pour la nature du Canada pour empêcher les ours de s’approcher des populations humaines.

« Tout le monde a probablement été secoué de voir un ours vraiment maigre, mais ce n’est pas la première fois que je vois quelque chose comme ça », dit-il.

Il a ajouté à la CBC que ce n’est probablement pas le changement climatique qui a fait apparaître l’ours comme tel.

« Je ne blâmerais pas vraiment le changement climatique. Ce n’est qu’une partie de la vie d’un seul animal, de ce qu’il vit », dit-il.

« Comme je viens du nord, je ne me laisserais pas vraiment avoir par la vidéo », a-t-il ajouté.

L’ours avait été filmé par le photojournaliste du National Geographic Paul Nicklen, pour l’organisation de conservation SeaLegacy.

« Nous ne sommes pas sûrs que ce soit à cause du changement climatique. Il est impossible de dire pourquoi il était dans cet état. Peut-être qu’il aurait pu s’agir d’une blessure ou d’une maladie, mais le fait est qu’il était affamé et que nous voulons que les gens sachent à quoi ressemble un ours polaire affamé, car lorsque nous perdrons la glace dans l’Arctique, les ours polaires mourront », avait écrit Cristina Mittermeier, co-fondatrice de SeaLegacy.

RECOMMANDÉ