Des millions de porcs risquent l’euthanasie, alors que les usines de viande américaines restent non opérationnelles

Par Louise Bevan
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Les éleveurs de porcs américains sont confrontés à une situation de crise alors que l’épidémie est survenue à proximité des usines de conditionnement de viande dans le Midwest des États-Unis. N’ayant nulle part où envoyer leurs animaux, les éleveurs ont dû prendre la déchirante décision d’exterminer et d’éliminer des millions de porcs sans les transformer en viande.

« Tuer les animaux et la nourriture qu’ils représentent va à l’encontre de tous les instincts des agriculteurs », a déclaré Jim Monroe, vice-président adjoint aux communications du Conseil national des producteurs de porc (NPPC), à CBS News.

« Leur engagement est d’élever ces animaux pour l’alimentation et d’investir dans leurs soins », a poursuivi M. Monroe, « et, pour des raisons sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle, être obligés de les euthanasier est un choix tragique pour eux. »

(I Love Coffee dot Today/Shutterstock)

Selon le NPPC, les éleveurs de porcs devront euthanasier jusqu’à 10 millions de porcs d’ici la mi-septembre 2020 s’ils veulent éviter la surpopulation dans leurs porcheries. Les exploitations auront du mal à conserver les porcs prêts pour le marché au fur et à mesure de leur croissance, tandis que la surpopulation risque d’entraîner des conflits agressifs, voire la mort, parmi les porcs captifs.

« Parce que les usines de conditionnement de la viande ont été fermées ou considérablement ralenties, les agriculteurs n’ont pas pu vendre ou envoyer des milliers de porcs sur le marché », a écrit le NPCC.

« Avec les niveaux de capacité actuels des usines, près de 170 000 porcs par jour ne peuvent être commercialisés », poursuit la déclaration. « L’hébergement de ces porcs n’est pas une option, car les jeunes porcs qui arrivent par la chaîne d’approvisionnement ont besoin d’un endroit pour être soignés et nourris. »

(Pattakorn Uttarasak/Shutterstock)

M. Monroe a expliqué que l’aide fédérale devient de plus en plus critique, car personne ne sait quand les usines de conditionnement de viande vont rouvrir. « C’est une crise jamais vue dans l’industrie porcine américaine », a-t-il déclaré à CNN.

(grafvision/Shutterstock)

Depuis le début mai, l’USDA a mis en place un centre national de coordination pour aider les éleveurs de porcs dans le cadre de l’extermination massive – actuellement entreprise, pour la plupart, par gazage et abattage – et de l’élimination de leurs porcs.

Dans une triste tournure des événements, une usine de production de porc du Minnesota, JBS, a été reconvertie en installation d’euthanasie fin avril ; dans une déclaration, l’usine a estimé qu’elle pouvait gérer l’extermination de 13 000 porcs par jour.

La perte de bétail n’est pas seulement préjudiciable aux éleveurs de porcs sur le plan économique. Beaucoup souffrent émotionnellement d’angoisse face à la perspective d’une euthanasie de masse et d’un gaspillage alimentaire massif.

« Il y a des agriculteurs qui ne peuvent pas finir leurs phrases quand ils parlent de ce qu’ils doivent faire », a déclaré Greg Boerboom, un agriculteur du Minnesota, au New York Times. « Cela va pousser les gens à quitter l’agriculture. Il y aura des suicides dans l’Amérique rurale. »

Le père de M. Boerboom a fondé la ferme porcine familiale en 1936.

Les porcs ne sont pas la seule source de nourriture issue de l’élevage intensif. Ailleurs aux États-Unis, des millions de volailles ont été gazées, du lait frais qui ne peut être collecté par les grossistes a été jeté et des légumes frais ont été détruits dans les champs où ils poussaient.

Un autre éleveur de porcs du Minnesota, Mike Patterson, représente une faction importante d’agriculteurs qui souhaitent éviter à tout prix le gaspillage de nourriture. Selon CBS News, M. Patterson modifie le régime alimentaire de ses porcs afin de ralentir leur croissance, en vendant à sa communauté locale, en faisant des dons aux banques alimentaires et même en louant un espace supplémentaire dans une grange commune avec d’autres agriculteurs.

(StockSnap/Pixabay)

« Nous prenons toutes les options possibles pour ne pas dépeupler les porcs », a expliqué M. Patterson. « Nous faisons tout ce que nous pouvons pour que nos animaux restent en bonne santé et prospèrent afin qu’ils puissent être utilisés à bon escient sur les tables de tous les États-Unis. »

Un coup de main du ministère de l’Agriculture pourra être utile, dans une certaine mesure. Dans une déclaration, le Ministère s’est engagé à acheter pour 100 millions de dollars des surplus des produits de viande par mois tant que la crise persistera, pour les distribuer aux banques alimentaires et aux organisations à but non lucratif, qui servent les personnes dans le besoin à travers les États-Unis.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ