Pour l’acteur Rowan Atkinson, la « cancel culture » équivaut à « une horde médiévale » cherchant quelqu’un à brûler

Par Emmanuelle Bourdy
7 janvier 2021
Mis à jour: 8 janvier 2021

Rowan Atkinson, le comédien britannique connu pour être l’interprète de Mr. Bean, s’est exprimé au sujet de la « cancel culture », à laquelle il n’adhère pas. Il a également rappelé qu’il était important d’être « exposé à un large éventail d’opinions ». Ce n’est pas la première fois qu’il expose son point de vue sur une question qui touche à la liberté d’expression.

S’adressant à la chaîne britannique Radio Times ce mardi 5 janvier, ainsi que le rapporte Deadline, Rowan Atkinson a expliqué que la « cancel culture » n’appartenait pas à son monde de valeurs. En effet, l’interprète de Mr. Bean considère qu’elle est « l’équivalent numérique de la horde médiévale errant dans les rues à la recherche de quelqu’un à brûler ».

De ce fait, « c’est effrayant pour n’importe qui serait victime de cette horde, et cela m’inquiète pour le futur », a souligné le comédien britannique. La « cancel culture » ou « call-out culture », ravivée aux États-Unis et issue de l’extrême gauche, suscite de nombreuses controverses, car elle veut annihiler la culture et l’histoire. Cette pratique – qui utilise largement les réseaux sociaux mais agit aussi dans le monde physique – vise à dénoncer publiquement les individus ou les groupes responsables d’actions ou de comportements perçus comme problématiques, dans le but de les bannir.

Rowan Atkinson – également connu pour son interprétation du célèbre agent britannique Johnny English – a poursuivi : « Le problème que l’on a sur Internet, c’est qu’un algorithme décide de ce que l’on veut voir, ce qui finit par créer une vision simpliste, binaire de la société. Cela devient ‘vous êtes avec nous ou vous êtes contre nous’ », ajoutant que « si ‘vous êtes contre nous, vous méritez d’être effacés’ », relate encore Deadline.

Le comédien a aussi rappelé qu’il est « important d’être exposé à un large éventail d’opinions ». Dans l’été 2020, il avait par ailleurs formulé ses inquiétudes sur le projet de loi portant sur la condamnation du blasphème en Écosse. Le site web de nouvelles indépendantes Boulevard Voltaire avait effectivement relaté en août 2020 que Rowan Atkinson, mais également l’actrice Elaine C. Smith et les écrivains Chris Brookmyre et Val McDermid « craignent que cette mesure entraîne une augmentation des poursuites pour ceux qui expriment des opinions controversées, passibles d’une peine d’emprisonnement maximale de sept ans, et touche ainsi à la liberté d’expression ».

ÉLECTIONS AMÉRICAINES – Al-Qaïda financée par les États-Unis sous Obama

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ