Pour le déconfinement, un restaurant américain étoilé vous accueille avec des mannequins

Par Epoch Times avec AFP
16 mai 2020
Mis à jour: 16 mai 2020

Si vous aviez toujours souhaité dîner avec un mannequin, un restaurant trois étoiles – le seul – de la région de Washington vous permettra bientôt de réaliser votre rêve: pour sa réouverture fin mai, il placera des pantins à taille humaine à certaines de ses tables, pour éloigner les clients, distanciation sociale oblige. 

Colliers de perles, robes à carreaux, costumes rayés et canotiers habilleront donc les mannequins disposés dans les salles du restaurant The Inn at Little Washington, afin de plonger les clients dans l’atmosphère des années 1940.

-Le chef du restaurant, Patrick O’Connell, prévoit de garder les mannequins en place lorsque l’entreprise rouvrira le 29 mai plutôt que de laisser les tables vacantes autour des convives. Photo de Win McNamee / Getty Images.

« Quand nous avons dû résoudre le problème de la distanciation sociale et réduire de moitié notre capacité d’accueil, la solution nous a semblé évidente, remplir (la salle) avec des mannequins bien habillés », explique par e-mail à l’AFP Patrick O’Connell, chef et propriétaire de cet établissement situé en Virginie, à deux heures de la capitale américaine.

 Des espaces entre les clients

« Cela permettra qu’il y ait assez d’espace entre les vrais clients, provoquera quelques sourires et permettra de prendre des photos drôles », ajoute-t-il.

A partir du 29 mai, les (fortunés) fins gourmets pourront retrouver les menus à 248 dollars (sans les vins) de ce restaurant, l’un des 14 à compter trois étoiles au guide Michelin aux Etats-Unis.

-En raison de la pandémie de COVID-19, le Commonwealth de Virginie permettra aux restaurants de rouvrir à seulement 50% de leur capacité et à maintenir une distance sociale. Photo de Win McNamee / Getty Images.

The Inn at Little Washington collabore notamment avec des entreprises locales pour la mise en scène, les costumes et le maquillage des mannequins, installés aux tables devant rester vides.

« Nous avons tous envie de nous réunir et de voir d’autres personnes en ce moment. Cela ne doit pas forcément être de vraies personnes », souligne avec espièglerie M. O’Connell, qui pourra jouer au marionnettiste à son gré.

« Les mannequins m’ont toujours plu », explique-t-il. « Ils ne se plaignent jamais ». 

A l’inverse des clients trop difficiles.

 

RECOMMANDÉ