Pour les personnes d’âge moyen, la vie est bien plus stressante aujourd’hui que dans les années 1990

Par Mat Lecompte
26 mai 2020
Mis à jour: 26 mai 2020

Tout le monde est un peu plus stressé qu’au cours des décennies précédentes, mais les gens de 45 à 64 ans seraient les plus touchés.

Les gens d’âge moyen seraient plus stressés que ceux d’il y a quelques décennies – avant même que le Covid-19 ne commence à se propager dans le monde.

Selon une étude menée par une équipe de chercheurs de Penn State, il y a une légère augmentation du stress quotidien pour tout le monde par rapport aux années 2010. Toutefois, lors de leur étude, les chercheurs ont constaté une plus forte augmentation du stress quotidien dans la tranche d’âge des 45-64 ans.

« Par rapport aux décennies précédentes, le taux de stress supplémentaire constaté dans les années 2010 parmi la population actuelle est supérieur de 2 % » , a déclaré David M. Almeida, professeur de développement humain et d’études familiales à Penn State. « Cela équivaut à environ une semaine de stress supplémentaire par an. Mais ce qui nous a surpris, c’est que les personnes dans la quarantaine ont présenté beaucoup plus de sources de stress, soit environ 19 % de plus en 2012 qu’en 1995. Et cela se traduit par 64 jours de stress supplémentaires par an. »

L’évolution de la santé des adultes

Ces résultats font partie d’un projet plus vaste visant à déterminer si la santé des adultes d’âge moyen a évolué au fil du temps.

« Il est certain que lorsque vous parlez aux gens, ils semblent penser que la vie quotidienne est plus mouvementée et plus incertaine de nos jours », a déclaré Mme Almeida. « Et donc, nous voulions en fait recueillir ces données et effectuer les analyses nécessaires pour évaluer certaines de ces idées. »

L’étude a utilisé les données recueillies auprès de 1 499 participants en 1995 et de 782 personnes différentes en 2012. Tous les participants ont été interrogés quotidiennement pendant huit jours consécutifs et ont été interrogés sur leurs expériences stressantes au cours des 24 heures précédentes. Il s’agissait notamment du stress au travail, du stress familial ou du sentiment d’être dépassé par les événements. On leur a également demandé dévaluer la gravité de leur stress et si ces facteurs de stress étaient susceptibles d’avoir un impact sur d’autres domaines de leur vie.

« Nous avons pu estimer non seulement la fréquence du stress, mais aussi ce que ces facteurs de stress signifiaient pour les personnes concernées », a déclaré Mme Almeida. « Par exemple, ce stress a-t-il affecté leurs finances ou leurs projets d’avenir. En possession de ces deux éventails de personnes bien distincts sur ces deux décennies, nous avons pu comparer les processus de stress quotidien dans les années 90 avec les processus de stress quotidien des années 2010. »

L’étude a permis de conclure que les participants avaient un stress quotidien nettement plus important et un bien-être plus faible dans les années 2000 par rapport aux années 90. L’étude a révélé chez les participants, une augmentation de 27 % en la croyance que le stress aurait une incidence sur leurs moyens financiers, et de 17 % sur le fait que le stress influerait sur leurs projets d’avenir.

« Nous avions pensé qu’avec l’incertitude économique actuelle, la vie pourrait être plus stressante au même degré pour l’ensemble des populations adultes », a déclaré M. Almeida. « Mais ce n’est pas le cas. Non, nous n’avons remarqué cela. Au contraire, nous avons pu constater une part de stress plus importante chez les personnes à partir de la quarantaine. Peut-être est-ce parce qu’ils ont encore des enfants à la maison, toujours sous leur responsabilité, qui sont confrontés à un marché du travail incertain, alors qu’ils ont aussi la responsabilité de prendre soin de leurs parents âgés. Donc, cette pression intergénérationnelle pourrait être un des facteurs de l’augmentation du stress chez les gens dans la quarantaine. »

Donc, si la vie vous semble plus stressante aujourd’hui qu’il y a quelques décennies, vous n’êtes pas le seul. Bien que de nombreuses personnes croient à un stéréotype sur la crise de la quarantaine qui serait due à la peur de la mort et au vieillissement, les résultats de l’étude démontrent que cette déprime de la quarantaine peut être due à différentes autres raisons.

Mat Lecompte est un journaliste indépendant spécialisé dans la santé et le bien-être. Cet article a été publié pour la première fois sur Bel Marra Health.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ