Pour les survivants d’une persécution, le temps des retrouvailles évoque la tristesse

Par Eva Fu
5 octobre 2020
Mis à jour: 5 octobre 2020

NEW YORK – C’est le 4 octobre dernier qu’a pris place le festival de la mi-automne, la deuxième plus importante fête chinoise de l’année, où les familles se réunissent pour partager des gâteaux de lune et s’émerveiller de la pleine lune de la moisson. Mais Xiao Ping n’était pas d’humeur festive.

Devant un petit stand garni de bannières, de prospectus et de brochures, à Flushing, dans l’État de New York, elle s’est présentée comme d’habitude, souriant aux passants avec un prospectus à la main. Il est arrivé à plusieurs reprises de recevoir des insultes lancées par des Chinois du continent, ou d’être traitée de traîtresse par plusieurs d’entre eux.

Sur son petit kiosque, les inscriptions « Le Falun Dafa est bon » et « Vérité-Compassion-Tolérance » étaient inscrites.

C’était le deuxième festival de la mi-automne de Xiao à New York. Pratiquante du Falun Dafa, cette femme de 47 ans, originaire de la ville de Nanchang, au sud-est de la Chine, a quitté le pays en août 2019 avec son fils adolescent pour échapper aux persécutions incessantes visant leur croyance spirituelle.

Sa voix tremblait en parlant des êtres chers qu’elle avait laissés derrière elle : son mari, sa sœur, sa mère (qui a plus de 80 ans) et des amis qui ont également été persécutés en raison de leur foi.

« Tu as fait le bon choix d’aller en Amérique, mais nous ne pouvons pas supporter de te quitter », a dit un jour la sœur de Xiao au téléphone.

Xiao Ping, pratiquante de Falun Gong, devant un stand où elle sensibilise le public à la persécution de la pratique spirituelle par la Chine, à Flushing, New York, le 1er octobre 2020. (Tous droits réservés)

Arrestations

Enraciné dans les anciennes traditions chinoises, le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, consiste en des enseignements moraux et un ensemble d’exercices en douceur. Il a fait l’objet d’une grande popularité en Chine dans les années 1990, jusqu’à ce que le Parti communiste chinois (PCC) lance une vaste campagne en 1999 pour faire disparaître cette pratique.

Les 70 à 100 millions de Chinois qui avaient adopté cette pratique sont depuis devenus des cibles de torture, d’emprisonnement, de travail forcé et de prélèvement forcé d’organes à vif. Dans le même temps, le régime a déployé une propagande généralisée visant à stigmatiser les pratiquants et à inciter à la haine contre le groupe.

À lire aussi :

« [Infographie] Comment le Falun Gong est persécuté en Chine »

Entre 1999 et 2001, Xiao a été détenue à trois reprises dans le même centre de détention local, chaque fois en hiver, lorsque la température était descendue en dessous de zéro. Elle se souvenait des serviettes en acrylique qui durcissaient et devenaient des blocs de glace et de la maigre quantité de légumes verts bouillis qu’elle mangeait chaque jour, avec des asticots flottant au-dessus et une couche de sable en dessous.

« Il y a du sable dans chaque bouchée », a-t-elle dit. « Il est impossible de manger le repas si vous voulez cracher le sable. »

Dans la minuscule cellule de la prison, elle a dû dormir serrée avec une dizaine de détenues sur une planche de bois dur censée pouvoir n’en accueillir que la moitié. La planche était inclinée, ce qui obligeait tout le monde à dormir face à face, sans possibilité de bouger ou de changer de position.

« Quand cela devenait fatigant, nous tournions toutes notre corps dans l’autre sens de façon synchronisée », a déclaré Xiao. Pendant la journée, elles s’asseyaient sur un banc en béton à côté du lit.

En raison du manque de nourriture, les prisonniers souffraient de constipation pendant des semaines, ce qui se terminait souvent par des jours de diarrhée après leur consommation mensuelle de viande de porc – provenant de porcs élevés par la prison.

Prendre des douches était un luxe et une épreuve en raison de la rareté de l’eau, qui était froide et qui était généralement coupée avant qu’ils puissent finir. Pour éviter de toucher directement l’eau froide, elle utilisait parfois une serviette humide pour se nettoyer. « La saleté coulait après que vous ayez frotté votre peau », disait-elle.

En 2001, elle a été transférée du centre de détention vers un camp de travail. Elle y a passé cinq mois à fabriquer des pulls pour chiens qu’elle soupçonnait d’être destinés à l’exportation. Lorsqu’ils ne travaillaient pas, les pratiquants détenus étaient obligés de s’asseoir sur des tabourets bas pour regarder des vidéos de propagande qui diffamaient le Falun Gong. Les gardes ne permettaient pas à leurs proches de leur rendre visite, à moins qu’ils ne crient des insultes sur cette pratique, a déclaré Xiao.

En 2015, Xiao et des dizaines d’autres pratiquants locaux ont intenté des poursuites contre Jiang Zemin, l’ancien dirigeant chinois qui a déclenché la campagne de persécution, suscitant des représailles de la part des autorités.

Le directeur adjoint du Bureau 610 local, le service extrajudiciaire chargé d’exécuter la persécution du Falun Gong, s’est rendu sur le lieu de travail de chaque pratiquant pour faire pression en vue de leur licenciement. Xiao était l’une des dix pratiquantes qui ont perdu leur emploi au cours des deux années suivantes.

À lire aussi :

« Le pouvoir incontestable dont la ‘Gestapo’ chinoise jouit pour persécuter un groupe spirituel »

« Tout le monde dit que vous êtes des gens bien, mais alors ? Vous n’avez pas le droit de pratiquer », lui a dit l’homme peu avant son licenciement. « Si vous pratiquez le Falun Gong, vous êtes l’ennemi, l’ennemi, l’ennemi », a-t-il dit en pointant un doigt sur son nez.

Les autorités ont même tenté d’interroger le fils de Xiao, alors en sixième année, et ont finalement envoyé une note par l’intermédiaire de son professeur lui demandant ce qu’il savait de la pratique.

Guérison

Les années traumatisantes ont laissé une marque sur son fils. Lorsque leur propriétaire new-yorkais est venu les aider à installer internet peu de temps après leur emménagement, la première réaction de son fils a été de cacher leurs livres de Falun Gong dans un tiroir pour que le propriétaire ne les voie pas.

Ce petit geste m’a « pincé le cœur », dit-elle. Elle a expliqué à son fils qu’ils sont « maintenant en Amérique » et qu’ils n’ont plus besoin de cacher les livres.

Comme beaucoup de nouveaux immigrants, Xiao jongle avec les petits boulots ; elle doit aussi prendre soin de son fils, mais elle trouve le temps de méditer et de faire prendre conscience de la persécution qui a lieu en ce moment, qui en est maintenant à sa 21e année. Le travail quotidien n’est rien comparé aux « extrêmes » qu’elle a vécus en Chine, dit-elle.

Une pratiquante de la ville natale de Xiao, qui a le même âge qu’elle, a récemment été condamnée à une nouvelle peine de 9 ans et demi de prison après avoir passé neuf ans en prison. « Combien de ‘neuf ans’ y a-t-il dans la vie d’une personne ? » a déclaré Xiao.

Xiao Ping, pratiquante de Falun Gong, au Kissena Corridor Park à Flushing, New York, le 26 septembre 2020. (Linda Lin/The Epoch Times)

Avant le festival de la mi-automne, Xiao s’est jointe à des centaines de pratiquants de Falun Gong à New York pour envoyer des vœux de fête au fondateur du Falun Gong, M. Li Hongzhi.

Le changement d’environnement a permis à Xiao de se sentir plus légère, et « même respirer semble plus facile », a-t-elle déclaré. Elle a évoqué un événement à Times Square en septembre 2019, lorsqu’une centaine de pratiquants se sont réunis pour une séance de méditation assise.

C’était la première fois depuis des années qu’elle était capable de se détendre complètement et d’oublier complètement où elle était, a-t-elle dit.

« Savez-vous à quel point les environs étaient bruyants ? » dit Xiao, notant le « bruit » des haut-parleurs pendant que les gens chantaient et dansaient. Mais après 30 minutes, tout ce qu’elle a entendu était la musique de méditation sereine, comme si elle avait été transportée dans un monde différent.

FOCUS SUR LA CHINE – Deux explosions en une semaine dans une usine chimique

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ