Un mariage n’est possible qu’entre « un homme et une femme », déclare Vladimir Poutine

Par Epoch Times avec AFP
13 février 2020 Mis à jour: 14 février 2020

Le président russe Vladimir Poutine a souhaité placer au cœur de la Constitution « les valeurs familiales traditionnelles ».

Lors d’une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d’État russe, Vladimir Poutine a souhaité que soit exclue toute union entre deux personnes de même sexe. « Un mariage, c’est une union entre un homme et une femme », a-t-il déclaré.

« C’est une bonne idée et elle doit être soutenue. Il nous faut juste réfléchir de quelle manière la formuler et où », a-t-il estimé, après une proposition faite par la députée conservatrice Olga Batalina de fixer dans la Constitution que le gouvernement doit soutenir « les valeurs familiales traditionnelles ».

Nous aurons « papa » et « maman »

Selon Mme Batalina, la notion de famille est actuellement en danger en raison des tentatives d’introduire de nouveaux termes comme « parent numéro un » et « parent numéro deux ».

« Ce n’est pas une fantaisie, c’est une réalité dans plusieurs pays », s’est alarmée Mme Batalina, qui représente le parti au pouvoir Russie unie à la Douma d’État (chambre basse du parlement) et qui a activement soutenu dans le passé la loi interdisant la « propagande homosexuelle » dans le pays.

« En ce qui concerne « parent numéro un », « parent numéro deux » (…), tant que je serai président, nous ne l’aurons pas. Nous aurons « papa et maman », a assuré Vladimir Poutine.

Préparer l’après 2024

Le maître du Kremlin a créé la surprise en annonçant en janvier que la Russie avait besoin d’amender sa Constitution écrite en 1993 et a formé un groupe de travail composé de dizaines de députés et de célébrités russes pour préparer les amendements.

Pour beaucoup d’analystes, Vladimir Poutine organise avec cette réforme l’après 2024, en se laissant le maximum de portes ouvertes pour préserver son influence tout en quittant le poste de président puisqu’il ne peut se représenter. De son côté, M. Poutine affirme que ses récentes propositions de révisions constitutionnelles ne visent pas à « prolonger son pouvoir » dans le pays qu’il pilote depuis 20 ans.

RECOMMANDÉ