Pourquoi le Covid-19 est-il grave pour certains ?

Une nouvelle étude pourrait expliquer les réactions graves au Covid-19 et aux autres vaccins.
Par Jennifer Margulis
21 septembre 2021
Mis à jour: 21 septembre 2021

Les anticorps que nous produisons pour combattre l’infection au Covid-19 sont-ils à l’origine de maladies graves ?

C’est ce que semble indiquer un nouvel article – si récent qu’il n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs – rédigé par des scientifiques de Hangzhou, en Chine.

Les données des chercheurs suggèrent qu’au moins deux anticorps qui ciblent la protéine de pointe qui permet au virus Covid-19 de pénétrer dans les cellules humaines sont « pathogènes » – ce qui signifie que ces anticorps créent la maladie par eux-mêmes.

Il est difficile d’imaginer que les anticorps – l’un des meilleurs combattants de l’organisme contre les infections – soient « pathogènes », mais c’est exactement ce qui se passe dans les maladies auto-immunes. Les anticorps que l’organisme développe pour riposter à des envahisseurs étrangers préfèrent se fixer sur les tissus de l’organisme, causant parfois des dommages catastrophiques.

Début 2020, des chercheurs japonais ont découvert que de nombreux décès liés au Covid-19 étaient dus à une partie de la réaction immunitaire de l’organisme. Dans un article examiné par des pairs publié dans la revue Inflammation and Regeneration, les scientifiques ont affirmé qu’il s’agissait d’une « tempête de cytokines » qui submergeait l’organisme et était impliquée dans les taux élevés de mortalité dus au virus.

Cette nouvelle étude chinoise montre qu’un autre composant du système immunitaire pourrait également constituer un danger.

Le fait que les anticorps qui ciblent la protéine spike du Covid-19 soient nocifs est déjà assez inquiétant, mais il l’est d’autant plus que ces mêmes anticorps sont susceptibles d’être déclenchés par les vaccins contre le Covid-19 ainsi que par le virus.

Les trois vaccins approuvés pour une utilisation d’urgence par les CDC stimulent la production d’anticorps contre la protéine spike – les vaccins à ARNm de Moderna et Pfizer, et le vaccin à vecteur recombinant de Johnson et Johnson.

Les anticorps contre la protéine spike attaquent les tissus de l’organisme

Les chercheurs chinois soupçonnaient que certains anticorps déclenchés par un virus pathogène pouvaient attaquer les tissus de l’organisme. Pour vérifier cette hypothèse, ils ont identifié sept anticorps Covid-19 différents. Ils ont ensuite analysé la capacité de chacun de ces anticorps à se lier aux cellules pulmonaires humaines, qu’elles soient saines ou endommagées. Les anticorps qui se lient aux cellules de votre propre tissu peuvent provoquer des dommages auto-immuns.

Comme les chercheurs s’y attendaient, deux des anticorps se sont fortement liés aux cellules pulmonaires endommagées – et l’un d’eux s’est également fortement lié aux cellules saines.

Les chercheurs ont ensuite injecté les anticorps, ainsi que certaines combinaisons, dans le corps de souris enceintes, en bonne santé, à intervalles de trois jours. Ils voulaient examiner quels dommages, le cas échéant, les anticorps pouvaient causer aux souris et à leurs petits.

Comme prévu, les deux mêmes anticorps qui s’étaient bien liés aux cellules pulmonaires humaines ont infligé des dommages considérables aux tissus des souriceaux.

En fait, l’anticorps qui pouvait se lier aux cellules pulmonaires humaines saines, REGN10987, a tué près de la moitié des petits.

« C’est une découverte très troublante », explique Zoey O’Toole, un défenseur de la sécurité des vaccins, formé en physique et en ingénierie et qui a examiné l’étude attentivement. « Cela devrait faire réfléchir tout le monde, en particulier les femmes enceintes. »

Comment le SRAS-CoV-2 tue-t-il ?

L’une des questions majeures concernant le SRAS-CoV-2, également connu sous le nom de Covid-19, est de savoir comment il provoque une maladie grave chez les personnes qui décèdent ainsi que chez d’autres qui développent des symptômes à long terme.
La plupart des virus provoquent des maladies de courte durée qui disparaissent une fois que l’organisme a eu le temps de développer des anticorps, ce qui semble être le cas pour la majorité des personnes qui contractent le Covid-19.

Comment se fait-il, alors, que certaines personnes meurent après deux ou trois semaines de maladie, alors que leur système immunitaire a déjà éliminé le virus de leur organisme ?

Et pourquoi certaines personnes, dites « malades de longue date », présentent-elles des lésions multi-organiques à long terme qui semblent n’avoir rien à voir avec le virus lui-même ?

Nous savons qu’il n’existe pas deux personnes aux réponses immunitaires identiques. Avec le Covid-19, nous avons également constaté que les personnes qui tombent gravement malades ont des taux plus élevés de cytokines inflammatoires dans le sang. C’est la « tempête de cytokines » que les médias ont retenue pour expliquer les maladies infectieuses graves.

Comment les anticorps engendrent une maladie grave

Mais l’augmentation des cytokines n’est qu’une partie du problème. Les chercheurs soupçonnent depuis longtemps un aspect auto-immun dans la forme grave du Covid-19.

Dans un article paru dans Nature en janvier, on a constaté que des pourcentages étonnamment élevés de personnes atteintes de la forme grave du Covid-19 présentaient des anticorps auto-immuns. Ces anticorps ciblaient le système immunitaire lui-même, ainsi que les vaisseaux sanguins, le cœur et le cerveau.

Depuis l’identification du Covid-19, nous avons constaté que les réponses auto-immunes accentuaient les effets de la maladie, augmentaient l’inflammation et la dérégulation immunitaire, et parfois l’activité du virus lui-même.

Les chercheurs chinois ne savent pas comment les anticorps endommagent les tissus, mais les chercheurs en auto-immunité ont compris depuis longtemps que les protéines particulières sur lesquelles nos anticorps se fixent lorsqu’ils ciblent un virus se trouvent parfois dans nos propres cellules.

Ce « mimétisme moléculaire » peut n’être qu’une correspondance partielle, mais même cela peut suffire pour que des anticorps normalement utiles attaquent nos propres cellules saines.

Conception du vaccin contre Covid-19

Les conclusions de cet article en cours de publication ont de profondes implications pour la conception des vaccins. Pour qu’un vaccin soit aussi sûr et efficace que possible, il doit stimuler les anticorps qui neutralisent l’agent pathogène sans se lier à aucun tissu de l’organisme, afin que les personnes qui le reçoivent soient à l’abri des effets auto-immuns.

Malheureusement, il semble que les scientifiques de l’industrie n’aient pas tenu compte du mimétisme moléculaire lors de la conception des vaccins contre le Covid-19.

La protéine spike, qui rend le SRAS-CoV-2 si infectieux pour l’homme, est la cible sur laquelle les fabricants se sont concentrés lors de la conception de leurs vaccins. Ils pensaient que la protéine spike elle-même, séparée du reste du virus, était inoffensive. Si la protéine isolée n’était pas l’agent pathogène, le fait d’amener l’organisme à fabriquer la protéine pendant une brève période ne présentait aucun danger.

Mais, comme le soulignent les recherches récentes menées en Chine, une telle approche semble être à l’origine de trois problèmes au moins.

Problèmes potentiels des vaccins contre la protéine spike du Covid-19

Tout d’abord, la protéine de pointe elle-même n’est pas inoffensive, comme on l’a découvert depuis. En fait, selon les travaux scientifiques publiés par une équipe internationale de chercheurs en mars dans la revue Circulation Research, la protéine spike peut endommager les cellules endothéliales des poumons, comme celles qui se sont liées aux anticorps dans l’étude chinoise, ainsi que les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins dans tout le corps.

« Si vous retirez les capacités de réplication du virus, il a encore un effet dommageable majeur sur les cellules vasculaires », explique le Dr Uri Manor, co-auteur de l’étude et chercheur au Salk Institute for Biological Studies (institut Salk de recherche scientifique indépendant et à but non lucratif) à La Jolla, en Californie, dans une interview pour le site Salk.edu.

Dans le premier paragraphe du communiqué de presse, Salk.edu affirme entre parenthèses que les protéines de pointe « se comportent très différemment de celles codées en toute sécurité dans les vaccins ». Cependant, ni l’étude elle-même ni le communiqué de presse ne fournissent de preuves pour justifier cette affirmation. Dans le même temps, nous avons vu que de nombreux effets indésirables signalés après la vaccination, notamment les caillots sanguins et les accidents vasculaires cérébraux, sont des événements vasculaires similaires à ceux associés à la maladie elle-même.

Deuxièmement, comme le montre cette nouvelle recherche, les anticorps générés pour neutraliser la protéine spike peuvent être particulièrement toxiques pour les cellules humaines, surtout si celles-ci ont déjà été endommagées.

Enfin, les données des chercheurs de Hangzhou suggèrent que la seule chose qui pourrait contenir les effets néfastes des anticorps pathogènes est la présence, à leurs côtés, d’anticorps non pathogènes qui font leur travail normalement. Mais la question de savoir si les vaccins, tels qu’ils ont été formulés, peuvent réellement déclencher la production d’anticorps sains et non pathogènes reste ouverte.

« Cette étude suggère que les anticorps dirigés contre d’autres parties du virus peuvent contrecarrer les effets néfastes potentiels des anticorps anti-spike », explique O’Toole. « C’est une découverte capitale. Mais il n’y a pas de virus dans les vaccins à ARNm. Il est donc très peu probable que ces vaccins puissent produire suffisamment d’anticorps bénéfiques pour aider. »

Le point positif

Alors que nous en apprenons davantage sur la capacité du SRAS-CoV-2 à nuire aux êtres humains, de plus en plus de preuves suggèrent que les vaccins peuvent également infliger des dommages.

Dans notre empressement à trouver un moyen de prévenir les Covid-19 graves, nous pourrions involontairement faire plus de mal que de bien. Il faudra peut-être des années avant de connaître l’étendue des dégâts.

Qu’est-ce qui était le pire, la maladie ou sa prévention ? Seul le temps nous le dira.

Jennifer Margulis, Ph.D., est journaliste primée et l’auteur de Your Baby, Your Way : Taking Charge of Your Pregnancy, Childbirth, and Parenting Decisions for a Happier, Healthier Family (Votre bébé à votre façon : Prendre en charge votre grossesse, l’accouchement et les décisions parentales pour une famille harmonieuse et en meilleure santé). Boursière Fulbright et mère de quatre enfants, elle a travaillé sur une campagne pour la survie des enfants en Afrique de l’Ouest, a plaidé pour la fin de l’esclavage des enfants au Pakistan à une heure de grande écoute en France, et a enseigné la littérature postcoloniale à des étudiants non traditionnels dans le centre d’Atlanta. Pour en savoir plus, consultez le site JenniferMargulis.net.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ