Pourquoi les personnalités publiques sont dépistées au virus de Wuhan alors que les tests sont limités ?

Par Emmanuelle Bourdy
22 mars 2020
Mis à jour: 22 mars 2020

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités annoncent avoir été testées positives au virus du PCC* (Parti communiste chinois), ainsi que le relate Cnews. Cela est d’autant plus surprenant que les tests sont limités en France. De nombreuses voix dénoncent une inégalité dans l’attribution de ces tests.

En effet, la politique de dépistage n’est pas systématique, malgré le nombre croissant de personnes présentant les symptômes de ce virus.

Le site du ministère de la santé stipule que les personnes qui feront l’objet de tests sont les personnes «présentant des signes de gravité et des symptômes évocateurs du COVID-19» d’une part.

D’autre part, toutes les personnes «présentant des symptômes évocateurs de COVID-19» mais qui appartiennent uniquement aux catégories ci-dessous pourront être testées : les professionnels de santé, les personnes fragiles ou à risque, les personnes dans les structures collectives hébergeant des personnes fragiles, pour lesquelles il faut «prendre des mesures immédiates afin d’éviter une transmission entre les résidents», les personnes hospitalisées, les femmes enceintes symptomatiques et les donneurs d’organe.

Les personnes présentant des symptômes bénins – et qui n’appartiennent pas à celles citées plus haut – sont quant à elles renvoyées à leur domicile, sans avoir été dépistées, avec pour consigne de respecter les règles d’hygiène et de confinement.

De ce fait, l’augmentation des annonces de célébrités positives au coronavirus (et qui se disent en forme), a provoqué des réactions d’incompréhension et de colère de la part de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

Le médecin généraliste Bernard Jomier s’est insurgé contre ces «passe-droits insupportables», alors même que certains de ses confrères ne peuvent pas réaliser de tests sur eux.

Le 16 mars, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait pourtant conseillé aux États victimes du virus chinois de réaliser «un test pour chaque cas suspect».

Les ministres français Brune Poirson et Franck Riester ainsi qu’une petite vingtaine de députés, entre autre, ont tous été testés positivement.

L’homme politique Christian Estrosi et sa conjointe Laura Tenoudji, ont tout deux manifestés des signes bénin mais néanmoins évocateurs du virus du PCC, peu de temps après les élections municipales du 15 mars, ainsi que le précise Le Parisien. Ils se sont rendus au CHU de Nice et n’ont pas été renvoyés chez eux sans dépistage, au contraire. Est-ce parce qu’ils n’étaient pas des patients comme les autres ? En tout état de cause, les résultats, obtenus en quelques heures, ont confirmé qu’ils étaient bel et bien positifs au coronavirus.

* Epoch Times évite de parler de «COVID-19» et utilise plutôt l’expression «virus du régime communiste chinois», du fait de la dissimulation et de la gestion déplorable du Parti communiste chinois qui ont permis au virus de se propager dans toute la Chine, générant ainsi une pandémie à l’échelle mondiale.

RECOMMANDÉ