Pourquoi Pékin réprime-t-il le journal Apple Daily de Hong Kong ?

Par Alexander Liao
27 juin 2021
Mis à jour: 27 juin 2021

Le tabloïd prodémocratie hongkongais Apple Daily a imprimé sa dernière édition le 24 juin avant de fermer ses portes. Apple Daily n’est plus un journal, mais demeure un symbole.

Le 17 juin, la police de Hong Kong a arrêté cinq hauts dirigeants de l’entreprise. Cinq cents policiers ont fouillé la salle de rédaction pour trouver des preuves que l’entreprise violait la loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin en 2020.

Dans un point de presse, la police de Hong Kong a affirmé que depuis 2019, Apple Daily avait publié plus de 30 articles appelant les pays à imposer des sanctions à Hong Kong et à la Chine continentale – une infraction qui violait la loi draconienne sur la sécurité nationale.

Le directeur général, le directeur des opérations, le rédacteur en chef adjoint, le rédacteur en chef et le rédacteur en chef exécutif ont tous été arrêtés. Il s’agit de la deuxième descente de police à Apple Daily en moins d’un an.

Des policiers effectuent un raid dans les bureaux d’Apple Daily à Hong Kong, le 17 juin 2021. (Apple Daily via Getty Images)

En août dernier, la police de Hong Kong a effectué un raid sur Apple Daily et arrêté son fondateur, Li Zhiying, plus connu sous le nom de Jimmy Lai, ainsi que ses deux fils. Selon les autorités de Hong Kong, Apple Daily et sa société mère, Next Media, étaient soupçonnés d’avoir violé l’article 29 de la loi sur la sécurité nationale : « conspiration de collusion avec des pays étrangers ou des forces étrangères pour mettre en danger la sécurité nationale ». L’accusation de collusion est passible d’une peine maximale de prison à vie.

Jimmy Lai est en prison depuis décembre, accusé d’avoir participé à des rassemblements non autorisés lors des manifestations prodémocratiques de Hong Kong en 2019 et d’avoir prétendument mis en danger la sécurité nationale.

Lors du dernier raid, plus d’une centaine de policiers ont patrouillé au siège d’Apple Daily. Tous les membres du personnel et les personnes entrant dans le bâtiment ont dû s’enregistrer avec leur identification légale et celle de l’entreprise. Ils ont également dû fournir des informations personnelles, notamment leurs numéros de téléphone et leurs adresses. Les ordinateurs de tous les rédacteurs et reporters ont été temporairement saisis. Apple Daily affirme que les journalistes ont été priés de quitter le Département de la rédaction.

Les domiciles des dirigeants arrêtés ont été fouillés par la police de Hong Kong, à la recherche de preuves dans le cadre d’une violation présumée de la loi sur la sécurité nationale. En outre, la police de Hong Kong a également gelé 18 millions de dollars HKD (environ 1,9 million d’euros) d’actifs de Next Media.

Il s’agit de la plus grande action contre les médias depuis la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale par le régime chinois à Hong Kong l’année dernière, et du premier incident d’arrestation publique de journalistes par la police.

Jimmy Lai, magnat des médias prodémocratie de Hong Kong, est conduit dans un fourgon de police alors qu’il se rend au tribunal pour être inculpé en vertu de la nouvelle loi controversée sur la sécurité nationale imposée par Pékin, le 12 décembre 2020. (Peter Parks/AFP via Getty Images)

Le 14 juin, M. Lai a reçu le prix Truman-Reagan pour la liberté, décerné par la Fondation du mémorial des victimes du communisme. Le président de la Fondation, Andrew Bremberg, a appelé le monde libre à soutenir Hong Kong en tant que phare de la liberté et à empêcher les personnes comme Jimmy Lai de devenir des victimes des régimes communistes.

La position anticommuniste de Jimmy Lai

À l’âge de 12 ans, Jimmy s’est enfui à Hong Kong depuis Guangzhou sur un bateau. Une fois adulte, il a construit un empire de l’habillement, Giordano. Au cours des premières années, il a entretenu de bonnes relations avec les fonctionnaires de la Chine continentale. Giordano a d’abord été créé en tant que coentreprise avec China Resources, et son usine était située en Chine.

Toutefois, après le massacre de la place Tiananmen le 4 juin 1989, Jimmy a mis fin à ses relations avec le Parti communiste chinois (PCC). Il a ensuite créé Next Media et Apple Daily, deux publications résolument anticommunistes. Jimmy Lai ne s’est pas contenté de diriger ces entreprises, il a également écrit des articles critiquant les dirigeants du PCC.

L’Apple Daily a suscité des critiques et des controverses pour ses chroniques mondaines en tant que tabloid, mais il est devenu le journal le plus vendu à Hong Kong.

Un homme achète plusieurs exemplaires du dernier journal Apple Daily à Hong Kong, le 18 juin 2021. (Anthony Kwan/Getty Images)

Ce qui distingue Apple Daily des autres journaux de Hong Kong, c’est sa position anticommuniste, qui est restée inchangée au milieu du drame politique de la ville. Apple Daily a joué un rôle très important dans la couverture du mouvement des parapluies en 2014 et du mouvement contre le projet de loi sur l’extradition qui a commencé en 2019 et s’est terminé en 2020.

En plus de son entreprise de médias, Jimmy reste très impliqué dans la politique de Hong Kong et a donné de l’argent au Parti démocratique de la ville.

L’argent et le pouvoir médiatique sont ce que le système autoritaire du PCC craint le plus. C’est pourquoi le Parti communiste de Hong Kong considère M. Lai comme l’un des piliers du chaos à Hong Kong. Jimmy Lai, Next Media et Apple Daily sont devenus l’ennemi numéro un du système de domination de Hong Kong par le Parti communiste chinois.

Au cours des huit dernières années, les autorités chinoises ont fait pression sur les entreprises pour qu’elles retirent leurs publicités du journal et ont menacé les partenaires commerciaux de Jimmy Lai.

À l’été 2019, M. Lai s’est rendu à Washington et a rencontré de hauts responsables américains pour discuter du projet de loi controversé sur l’extradition et de l’autonomie de Hong Kong. À cette époque, je l’avais interviewé dans le cadre d’un événement pour un groupe de réflexion à Washington.

Jimmy Lai a exprimé très clairement qu’il ne soutenait pas l’indépendance de Hong Kong, mais qu’il compatissait aux rêves d’indépendance de la jeunesse de Hong Kong. Il a également demandé au gouvernement américain de ne pas imposer de sanctions économiques et commerciales à Hong Kong à l’époque, afin que la ville ne devienne pas uniquement dépendante de la Chine pour son commerce. Malgré cela, j’ai été surpris lorsque Apple Daily a été inculpé en vertu de la loi sur la sécurité nationale.

Les autorités de Hong Kong ont accusé Apple Daily d’avoir publié un article appelant à des sanctions économiques contre la Chine et Hong Kong, ce qui constituerait une collusion avec des forces étrangères pour mettre la Chine en danger.

M. Lai n’approuve pas les sanctions économiques contre Hong Kong, mais je ne sais pas s’il approuve les sanctions contre le PCC. Je n’ai jamais trouvé de déclaration publique de sa part à ce sujet.

Depuis l’adoption de la loi sur la sécurité nationale, certaines personnes craignent qu’elle ne soit appliquée rétroactivement et qu’elle cible certains individus pour des actions commises dans le passé. Les déclarations faites après le massacre de la place Tiananmen en 1989 seront-elles retracées ?

Remontera-t-on aux années 1950, lorsque les propriétaires terriens et les capitalistes de droite ont fui le continent en défiant le pouvoir du PCC ?

C’est la pratique dangereuse des groupes communistes. Pendant la Révolution culturelle, des citoyens chinois ont été accusés de crimes qui remontaient à la dix-huitième génération de leurs ancêtres. Même Confucius, qui a vécu il y a 2 500 ans, a été accusé d’être un anti-Chinois et un ennemi du PCC.

Luo Huining, directeur du bureau de liaison du gouvernement populaire central à Hong Kong, a déclaré lors d’un forum le 12 juin que, du point de vue de Pékin, le PCC gouverne dans le cadre d’ « un pays, deux systèmes » et que quiconque s’oppose à la règle du parti unique du PCC est « un ennemi de Hong Kong qui cherche à saper la stabilité et la prospérité de Hong Kong ».

M. Luo a déclaré qu’en vertu de la loi sur la sécurité nationale, Hong Kong n’a pas subi de dommages économiques et que les capitaux étrangers sont restés stables. Ce n’est qu’une illusion à court terme. Les récents sommets internationaux en Europe ont permis de dégager un consensus sur le PCC, et les stratégies de lutte contre le PCC seront publiées une à une dans les années à venir. L’effet des alliés mondiaux contre le PCC peut être difficile à imaginer.

Alexander Liao est chroniqueur et journaliste spécialisé dans la recherche sur les affaires internationales aux États-Unis, en Chine et en Asie du Sud-Est. Il a publié un grand nombre d’articles, de commentaires et d’émissions vidéo dans des journaux et des magazines financiers chinois aux États-Unis et à Hong Kong.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ