Poutine défie Biden de participer à un débat après avoir été traité de “tueur”

Par Jack Phillips
19 mars 2021
Mis à jour: 20 mars 2021

Le président russe Vladimir Poutine a défié le président américain Joe Biden de participer à un débat à la suite des commentaires de ce dernier où il avait convenu que le dirigeant russe était un « tueur ».

« Je viens juste d’y penser », a déclaré Poutine à la télévision d’État russe. « Je voudrais proposer au président Biden de poursuivre notre discussion, mais à condition que nous le fassions en direct, en ligne comme on dit. Sans aucun délai et directement sous forme d’une discussion ouverte et directe », a-t-il lancé, estimant que « cela serait intéressant pour le peuple russe, le peuple américain et pour beaucoup d’autres pays ».

Ses commentaires interviennent après que Biden a répondu, mercredi dernier, à un journaliste de la chaîne américaine ABC qu’il était d’accord avec l’affirmation que Poutine est un « tueur ». « Oui, je suis d’accord », a-t-il dit.

Le lendemain, le porte-parole de l’ambassade russe a annoncé que Moscou allait rappeler son ambassadeur aux États-Unis, bien que la raison de ce rappel n’ait pas été divulguée.

Après avoir lancé le défi, Poutine a précisé qu’il débattrait avec Biden dès vendredi.

« Je ne veux pas remettre cela à plus tard. Je veux aller dans la taïga ce week-end pour me détendre un peu », a expliqué Poutine aux journalistes jeudi. « Donc ça pourrait être soit demain, soit lundi. Nous sommes prêts à tout moment qui convient à la partie américaine. »

Le même jour, Poutine a directement répondu à la remarque de Biden en disant : « Je me souviens que dans mon enfance, lorsque nous nous disputions dans la cour, nous avions l’habitude de dire : c’est celui qui le dit qui l’est. » Et il a ajouté : « Je vous souhaite la santé. Je dis cela sans aucune ironie ni plaisanterie. »

Le président américain Joe Biden sur la pelouse sud de la Maison-Blanche à Washington, le 17 mars 2021 (Drew Angerer/Getty Images)

Jen Psaki, la secrétaire de presse de la Maison-Blanche, a commenté qu’un tel débat était peu probable, expliquant que Biden devait se rendre en Géorgie vendredi. Mme Psaki a également dit que Biden ne regrettait pas d’avoir répondu par l’affirmative à la question « si son homologue russe était un ‘tueur’ ».

« Je reviendrai vers vous si c’est quelque chose que nous envisageons. Je dirais que le président a déjà eu une conversation avec le président Poutine », a-t-elle annoncé aux journalistes. « Le président, bien sûr, sera en Géorgie demain et il est très occupé », a-t-elle ajouté.

L’ambassade de Russie à Washington a dit aux médias que son ambassadeur aux États-Unis, Anatoly Antonov, quitterait son poste samedi et qu’il « discuterait des moyens de rectifier les relations entre la Russie et les États-Unis qui sont en crise ».

Les commentaires au coup pour coup entre les deux dirigeants se sont produits sur le fond d’un rapport des services de renseignement américains. Selon ce rapport, Moscou se serait engagé dans la diffusion de désinformation pour influencer les élections américaines de 2020 et miner la campagne de Biden. Le Kremlin a démenti ce rapport.

La Maison-Blanche a ordonné cette semaine l’imposition de sanctions contre de hauts responsables russes pour l’empoisonnement présumé et l’emprisonnement du chef de l’opposition russe Alexey Navalny. Ce dernier se trouve actuellement dans une colonie pénitentiaire russe.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ