Préfecture de Paris: Tariq Ramadan défend le terroriste et le fait qu’il était musulman

Par Laurent Gey - Epoch Times
9 octobre 2019 Mis à jour: 9 octobre 2019

2 jours après l’attaque de la préfecture de police de Paris, l’islamologue suisse Tariq Ramadan a publié un message sur Facebook défendant l’assaillant islamiste et apportant sa sympathie à la famille. Il explique en substance que l’auteur de cette croisade meurtrière, Mickaël Harpon, n’est pas le terroriste islamiste que l’on croit et relativise la douleur des familles en mélangeant le bourreau et ses victimes.

Après l’attentat islamiste du 3 octobre, le militant anti-flic Hadama Traoré avait déjà appelé à manifester devant la mairie de Gonesse pour soutenir Mickael Harpon, manifestation interdite à la dernière minute. C’est maintenant au tour de l’islamologue Tariq Ramadan de se faire remarquer en argumentant une ligne de défense sur les motivations islamistes du meurtrier, malgré les éléments de preuves apportés par les services de l’État.

« Après les radicalisés en une heure, voici venir le temps des radicalisés psychotiques » raille Tariq Ramadan, petit fils du fondateur des Frères musulmans – idéologie dont il se défend. « Même en ayant perdu le contrôle d’eux-mêmes, même instables ou sous l’emprise d’un coup de folie, ils sont d’abord, toujours et avant tout musulmans, radicalisés et terroristes… », déplore-t-il en tordant la réalité des faits pour coller à sa vision de la tuerie et de l’islamisme.

Capture d’écran du compte Facebook du compte Facebook de Tariq Ramadan

Selon Tariq Ramadan, le relativisme moral permet de considérer l’assassin est avant tout comme une victime, oppressée par la société. Aussi, demande-t-il aux Français de témoigner leur sympathie «aux familles de toutes les victimes […] Même la famille de cet homme [Mickaël Harpon, NDLR] qui a perdu la raison et dont on a commencé à salir la mémoire aujourd’hui. »

Le 8 octobre, lors de l’hommage aux quatre fonctionnaires de police tués dans la tuerie, Emmanuel Macron a appelé la « nation entière » à « un combat sans relâche » contre « l’hydre islamiste ». « Contre l’islamisme, ces idéologies mortifères qui ne reconnaissent ni nos lois ni notre droit, ni notre façon de vivre, les moyens techniques et juridiques continueront d’être renforcés », a promis Emmanuel Macron. « Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer », a lancé le chef de l’État en s’adressant aux forces de police présentes.

RECOMMANDÉ