Près de 26.000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie polluent l’océan

Par Isabel van Brugen
12 novembre 2021
Mis à jour: 13 novembre 2021

Selon une étude, quelque 25 900 tonnes de plastique lié aux pandémies polluent désormais l’océan, la majorité sont des déchets hospitaliers et médicaux.

L’étude, publiée lundi dans la revue en ligne PNAS, révèle que depuis le début de la pandémie de Covid-19 jusqu’au 23 août de cette année, environ 8,4 millions de tonnes de déchets plastiques ont été générés par 193 pays, dont environ 25 900 tonnes ont été rejetées dans l’océan mondial.

La quantité de déchets plastiques dépasse de loin la capacité des pays à les traiter, ont indiqué les chercheurs, notant que la pandémie a entraîné une augmentation de la demande de plastiques à usage unique qui intensifie le « problème mondial de déchets plastiques déjà hors de contrôle ».

« Les plastiques libérés peuvent être transportés sur de longues distances dans l’océan, rencontrer la faune marine et potentiellement entraîner des blessures, voire la mort », ont indiqué les chercheurs.

L’étude note que les déchets hospitaliers représentent la majeure partie des rejets mondiaux, soit 73 %, et que la plupart des rejets mondiaux proviennent d’Asie, soit 72 %.

Ce qui doit nous « pousser à une meilleure gestion des déchets médicaux dans les pays en développement », indique l’étude.

« La plupart du plastique provient des déchets médicaux générés par les hôpitaux, ce qui éclipse la contribution des équipements de protection individuelle et des emballages d’achat en ligne », écrivent-ils. « Cela pose un problème durable pour l’environnement océanique et s’accumule principalement sur les plages et les sédiments côtiers. »

Selon l’étude, les trois rivières les plus importantes pour le rejet de déchets plastiques associés à la pandémie sont le Shatt al Arab dans le sud-est de l’Irak, avec 5 200 tonnes, l’Indus, qui prend sa source dans l’ouest du Tibet, avec 4 000 tonnes, et le Yangtze, avec 3 700 tonnes.

« Ces résultats mettent en évidence les rivières et les bassins versants qui requièrent une attention particulière dans la gestion des déchets plastiques », écrivent les chercheurs, qui notent que, dans l’ensemble, les dix premières rivières représentent 79 % des rejets de plastique pandémiques.

Les chercheurs ont conclu leur étude en notant qu’à l’échelle mondiale, la sensibilisation du public à l’impact environnemental des EPI et autres produits en plastique doit être accrue.

« Il faut promouvoir des technologies innovantes pour améliorer la collecte, le tri, le traitement et le recyclage des déchets plastiques, ainsi que le développement de matériaux plus respectueux de l’environnement », ont-ils ajouté. « Une meilleure gestion des déchets médicaux dans les épicentres, notamment dans les pays en développement, est nécessaire. »

Selon une évaluation publiée le mois dernier par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), la pollution plastique dans les océans et autres plans d’eau pourrait doubler d’ici 2030.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ