Le président des chasseurs évoque à nouveau la nécessité de « piéger les chats » qui menacent la biodiversité

Par Léonard Plantain
8 août 2020
Mis à jour: 8 août 2020

Le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, a déclaré qu’il faudrait piéger les chats pour sauvegarder la biodiversité. Des propos qui ont suscité la polémique sur les réseaux sociaux.

Ce vendredi 7 août, après avoir provoqué une levée de boucliers il y a quelques mois, Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, a de nouveau évoqué la nécessité de « piéger les chats », car ces derniers, à l’état sauvage, tueraient bien plus d’animaux que les chasseurs, ce qui menaceraient la faune et la flore de nombreux lieux.

« Les chats sont un vrai problème de biodiversité », a-t-il précisé sur RTL.

« Il y a beaucoup de chats qui sont retournés à l’état sauvage », défend Willy Schraen, qui a également déclaré faire face à un retour de haine après ses propos. « J’ai reçu 10 000 menaces de mort. Je n’ai pas dit : tuer les chats. J’ai dit : piéger les chats », précise-t-il.

Il poursuit : « Aux États-Unis, une étude compte en milliards d’oiseaux par an l’impact des chats retournés à l’état sauvage. Les chats qui vivent dans la nature et se reproduisent là, il faut faire quelque chose. Un maire sur deux en France prend un arrêté tous les ans pour piéger les chats. »

« La Ligue de protection des oiseaux (LPO) et la Fondation Brigitte Bardot financent des campagnes de piégeage chats. J’ai juste dit ce qu’il se passe tous les jours dans notre pays. Mais c’était le président des chasseurs, donc c’était inacceptable », conclut-il.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ