Le président Donald Trump déclare qu’il ne veut pas de guerre avec l’Iran

Par Isabel van Brugen
2 janvier 2020 Mis à jour: 2 janvier 2020

Le président Donald Trump a déclaré le 31 décembre qu’il ne voulait pas de guerre avec l’Iran, quelques heures après avoir déclaré que l’Iran « sera tenu pleinement responsable » d’une attaque menée par des milices soutenues par l’Iran contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad.

S’adressant aux journalistes de son club Mar-a-Lago en Floride, M. Trump a écarté les inquiétudes selon lesquelles les tensions entre les deux pays pourraient dégénérer en guerre.

« Est-ce que je le veux ? Non. Je veux avoir la paix. J’aime la paix », a-t-il dit. « Et l’Iran devrait vouloir la paix plus que quiconque. Donc je ne vois pas cela arriver. »

Plus tôt le 31 décembre, Donald Trump a souligné qu’il ne se contentait pas d’avertir l’Iran lorsqu’il a menacé que le régime des Ayatollah serait « tenu pleinement responsable des vies perdues ou des dommages subis dans l’une de nos installations ».

Il a écrit sur Twitter : « Ils vont payer un très grand prix ! Ce n’est pas un avertissement, c’est une menace. Bonne année ! »

La menace de M. Trump est venue après que des miliciens et un groupe de manifestants, dont des partisans du groupe terroriste soutenu par l’Iran, le Kataeb Hezbollah, ont franchi les murs extérieurs de l’ambassade des États-Unis à Bagdad mardi, menaçant la vie des Américains à l’intérieur.

L’attaque a provoqué le déploiement des 100 marines, qui font partie de la Force opérationnelle maritime air-sol à vocation spéciale, pouvant intervenir en cas de crise et faisant partie du Commandement central du Koweït.

Aucun des membres de la milice ou des manifestants n’est entré dans l’ambassade elle-même, a indiqué le département d’État.

Certaines forces de sécurité irakiennes ont tenu les groupes à distance pendant que la foule griffonnait des slogans sur les murs, lançait des pierres sur les bâtiments et scandait « Mort à l’Amérique ».

Un contingent de marines était à l’intérieur de l’ambassade en attendant des renforts et deux hélicoptères Apache ont survolé la zone en signe de force.

Selon les premiers rapports, l’ambassade des États-Unis était en train d’être évacuée, mais le département d’État a déclaré plus tard que tout le personnel américain à l’ambassade était en sécurité et qu’il n’était pas prévu d’évacuer.

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a par la suite déclaré qu’environ 750 soldats de la brigade d’alerte de la 82e division aéroportée de l’armée américaine étaient en train d’être déployés rapidement au Koweït dans le cadre des troubles.

« Ce déploiement est une mesure appropriée et préventive prise en réponse à l’augmentation des niveaux de menace contre le personnel et les installations des États-Unis, comme nous l’avons vu à Bagdad aujourd’hui », a déclaré M. Esper.

Le Pentagone a indiqué que des préparatifs étaient en cours pour déployer des troupes supplémentaires au cours des prochains jours. Les responsables américains, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, ont déclaré que jusqu’à 4 000 soldats pourraient être envoyés dans la région dans les jours à venir si nécessaire, a rapporté Fox News.

La brigade d’alerte, qui a été chargée de préparer le déploiement, est connue sous le nom de DRB « Deployment Ready Brigade » (Brigade de préparation au déploiement) et est composée d’environ 4 000 parachutistes. Les responsables américains ont indiqué que la brigade disposait d’une fenêtre d’alerte de 96 heures pour être envoyée dans la région.

Plus de 5 000 soldats américains sont stationnés en Irak pour soutenir les forces locales. Depuis le mois de mai, environ 14 000 soldats américains supplémentaires ont été déployés dans la région alors que les tensions avec l’Iran s’intensifiaient dans la région, selon le Pentagone.

M. Esper a déclaré qu’il avait autorisé le déploiement de troupes sous la direction de M. Trump et « en réaction aux récents événements en Irak ».

Les groupes qui ont franchi les murs de l’ambassade étaient apparemment en colère après que les États-Unis ont mené des « frappes défensives » sur des cibles du Kataeb Hezbollah en Irak et en Syrie. Les frappes du 29 décembre ont été approuvées après la mort d’un entrepreneur civil de la défense américaine qui a été tué lors d’une attaque à la roquette sur une base militaire du nord de l’Irak.

Au moins 25 combattants du Kataeb Hezbollah ont été tués et au moins 55 autres ont été blessés lors de trois frappes aériennes américaines en Irak. Au moins quatre commandants locaux du Kataeb Hezbollah figuraient parmi les morts, selon des sources irakiennes de la sécurité et de la milice. Le quartier général du groupe près du district de Qaim ouest, à la frontière avec la Syrie, était l’un des sites visés. Il a été détruit.

« L’Iran a tué un civil américain et blessé beaucoup d’autres personnes. Nous avons répondu avec force, et nous le referons si nécessaire. Maintenant, l’Iran orchestre une attaque contre l’ambassade américaine en Irak. Ils en seront tenus pleinement responsables. De plus, nous attendons de l’Irak qu’il utilise ses forces pour protéger l’ambassade, nous en serons informés ! » a déclaré le président Donald Trump mardi.

« Pour ces millions de personnes en Irak qui veulent la liberté et qui ne veulent pas être dominées et contrôlées par l’Iran, c’est votre heure ! » a écrit Donald Trump.

RECOMMANDÉ