Les présidents Trump et Erdogan (Turquie) se rencontreront bientôt à la Maison-Blanche

Par Isabel van Brugen
8 novembre 2019 Mis à jour: 8 novembre 2019

Le président Donald Trump a annoncé cette semaine qu’il rencontrera son homologue turc, le président Recep Tayyip Erdogan, à Washington le 13 novembre.

Trump a déclaré sur Twitter que les deux hommes avaient eu un « très bon » appel téléphonique au cours duquel ils ont discuté de questions bilatérales telles que « la frontière turque avec la Syrie, l’éradication du terrorisme, la fin des hostilités avec les Kurdes et plusieurs autres sujets. »

« Il [Erdogan] m’a informé qu’ils ont capturé de nombreux combattants de Daech qui se seraient échappés pendant le conflit – y compris une femme et une sœur du tueur terroriste al Baghdadi… », écrit M. Trump le 6 novembre.

« C’est avec intérêt que nous attendons la rencontre avec le président Erdogan mercredi prochain, le 13 novembre à @WhiteHouse ! »

Selon une déclaration du bureau de M. Erdogan, les dirigeants ont « reconfirmé qu’ils se rencontreront à Washington le mercredi 13 novembre, sur l’invitation du président Trump », a rapporté le service international de la diffusion de l’Allemagne, Deutsche Welle.

La visite du dirigeant turc aux États-Unis fait suite à une nouvelle phase dans les relations entre les deux pays au sujet du conflit syrien. Le mois dernier, la sénatrice Lindsey Graham (R-S.C.) a introduit une mesure bipartisane pour imposer de « sévères sanctions » à la Turquie à la suite de son invasion du nord de la Syrie, lorsque M. Trump a appelé les troupes américaines à se retirer de la région.

Les sanctions annoncées ont depuis été annulées.

Le 9 octobre, la Turquie a lancé une offensive transfrontalière avec les rebelles syriens contre les combattants kurdes du YPG et, après avoir pris le contrôle d’une bande de territoire de 121 km², a conclu un accord avec les États-Unis pour les tenir hors de cette zone.

Lors d’une conférence de presse tenue le 7 novembre, le président Erdogan a déclaré que les États-Unis n’avaient jusqu’à présent pas tenu leur promesse de retirer les milices kurdes de la région frontalière syrienne et que leur accord ferait l’objet de discussions lors de leur rencontre le 13 novembre.

« Pendant que nous tenons ces pourparlers, ceux qui nous ont promis que le YGP se retirerait d’ici dans les 120 heures n’y sont pas parvenus », a déclaré M. Erdogan, faisant référence à une échéance fixée dans l’accord du mois dernier.

Des sources turques, cependant, disent que MM. Trump et Erdogan ont un lien fort.

Bien que la Turquie ait déjà été suspendue du programme d’avions de combat F-35, dont elle était à la fois producteur et client.

RECOMMANDÉ