Un prêtre catholique déclare avoir refusé la communion à Joe Biden pour sa position sur l’avortement

Par Zachary Stieber
30 octobre 2019 Mis à jour: 30 octobre 2019

Un prêtre catholique a déclaré qu’il avait refusé la Sainte Communion à l’ancien vice-président Joe Biden à cause de sa position sur l’avortement, le meurtre d’enfants à naître dans le ventre de leur mère.

Le père Robert Morey, de l’église catholique Saint Antoine de Florence, en Caroline du Sud, a confirmé le 28 octobre qu’il avait refusé la communion à M. Biden, qui a été catholique toute sa vie.

« Malheureusement, dimanche dernier, j’ai dû refuser la Sainte Communion à l’ancien vice-président Joe Biden », a déclaré Robert Morey par message au Florence Morning News.

« La Sainte Communion signifie que nous sommes un avec Dieu, les uns avec les autres et avec l’Église. Nos actions devraient refléter cela. Toute figure publique qui prône l’avortement se place en dehors de l’enseignement de l’Église. »

M. Morey a déclaré que c’est sa responsabilité en tant que prêtre de partager des vérités difficiles avec les gens qui viennent dans son église. « Je garderai M. Biden dans mes prières. »

M. Biden, sénateur de longue date avant de devenir vice-président en 2008, a appuyé pendant des décennies l’interdiction d’utiliser l’argent fédéral de la santé pour la plupart des avortements, mais il a inversé cette position en juin.

« Si je crois que les soins de santé sont un droit, comme je le crois, je ne peux plus appuyer un amendement qui rend ce droit dépendant du code postal d’une personne », a déclaré M. Biden.

Un activiste pro-vie tient le modèle d’un bébé à naître. (Mandel Ngan/AFP/Getty Images)

M. Biden a déclaré qu’en tant que catholique romain, il avait voté en 1976 en faveur de l’amendement Hyde en tant que sénateur parce qu’il croyait que ceux qui étaient pro-vie ne devraient pas être obligés de payer les avortements demandés par d’autres, et que les femmes auraient toujours accès à l’avortement même sans assurance Medicaid et autres subventions fédérales en soins médicaux. Maintenant, il y a des « tentatives draconiennes pour limiter l’accès à l’avortement », ce qui suggère la nécessité possible d’abroger l’amendement Hyde si ces tentatives réussissent, selon la campagne de M. Biden.

Le changement de position de M. Biden a incité un collecteur de fonds de premier plan à abandonner son soutien à M. Biden.

« L’aile d’extrême gauche du Parti démocrate a eu une influence sur un certain nombre de questions, en particulier sur la question de l’avortement, qui ne servira pas en bien les candidats une fois qu’ils seront aux élections générales », a déclaré Steven Krueger, président des démocrates catholiques sans but lucratif, à Fortune.

« Et le problème, c’est qu’il est très difficile de revenir en arrière quand on prend position sur quelque chose d’aussi noir ou blanc que de vouloir ou non abroger l’amendement Hyde. »

Par le passé, M. Biden a déclaré qu’il ne soutenait pas personnellement l’avortement, mais qu’il ne voulait pas imposer son point de vue aux autres.

« Je l’accepte dans ma vie personnelle, mais je refuse de l’imposer à des chrétiens aussi dévoués que des musulmans et des juifs », a-t-il déclaré lors d’un débat de la vice-présidence pour 2012 sur l’enseignement de l’Église catholique selon lequel la vie commence dès la conception.

En 1974, un an après la décision rendue par la Cour suprême dans l’affaire Roe c. Wade (visant à arrêter les lois restreignant l’avortement), Joe Biden a déclaré aux citoyens de Washington : « Je n’aime pas la décision de la Cour suprême sur l’avortement. »

« Je pense que c’est allé trop loin. Je ne pense pas qu’une femme ait le droit exclusif de dire ce qui devrait arriver à son corps », a-t-il ajouté, faisant référence au droit de vie et de mort des foetus.

Cependant, en 2007, Joe Biden a changé d’avis en déclarant : « Je soutiens l’arrêt Roe c. Wade. »

RECOMMANDÉ