Des prêtres contraints de briser le sceau de la confession sur les abus sexuels d’enfants

Par Caden Pearson
9 septembre 2020
Mis à jour: 10 septembre 2020

Le Queensland a adopté une nouvelle loi qui obligera les prêtres à briser le sceau de la confession pour signaler les cas d’abus sexuels sur des enfants, sous peine de poursuites pénales.

La députée travailliste Melissa McMaehon a déclaré au parlement du Queensland le 8 septembre que la réforme de la confession religieuse était l’un des amendements les plus controversés du projet de loi.

« Cette réforme provient d’un rapport de la Justice pénale, des recommandations 33, 34 et 35 », a déclaré Mme McMahon. « On y recommande que chaque gouvernement d’État et de territoire introduise une législation pour créer un délit pénal de non signalement d’abus sexuels sur des enfants dans un contexte institutionnel qui traite spécifiquement de la confession religieuse. »

Mme McMahon a rejeté les contestations faites dans les soumissions au parlement.

« Dans sa soumission, l’archevêque Coleridge a utilisé une citation suivante qui se réfère à cet amendement particulier : ‘des profanes essayant de résoudre un problème religieux par la force laïque brute.’ Si nous devons parler dans cette Assemblée de la force brute, peut-être devrions-nous raconter les histoires d’horreur de la force brute réelle utilisée contre les enfants – la force brute réelle, pas une hyperbole ou une rhétorique […] », a déclaré Mme McMahon.

L’archevêque catholique de Brisbane, Mark Coleridge, avait protesté contre le fait que les lois ne réussiraient pas à sécuriser les enfants.

« Le clergé est mort parce qu’il a refusé de se soumettre aux exigences de l’État et a préféré défendre les droits du pénitent devant Dieu et les droits de Dieu devant le pénitent », a-t-il écrit dans une soumission au parlement.

« Cette législation est vouée à l’échec à cet égard », a-t-il écrit.

D’autres États continuent de débattre de propositions similaires, et dans plusieurs juridictions, le clergé reste exempt de poursuites pour avoir omis de signaler des abus sexuels sur des enfants.

« [Les lois du Queensland] créent un nouveau délit de défaut de signalement et de défaut de protection d’un enfant contre les abus sexuels institutionnels d’enfants », a déclaré la ministre de la Justice du Queensland, Yvette D’Ath.

« Les nouvelles lois précisent également que les prêtres ne pourront pas compter sur le sceau de la confession pour éviter le signalement d’abus. »

Steve Andrews, député de Queensland One Nation, a déclaré que le projet de loi n’empièterait pas seulement sur les libertés religieuses mais créerait un dangereux précédent pour les professions laïques actuellement exemptées de la loi.

« Si les prêtres doivent briser le sceau de la confession, les avocats doivent sûrement rapporter des preuves indiquant fortement que leur client a abusé d’un enfant », a déclaré Steve Andrews au parlement. « C’est une menace directe au principe fondamental du privilège juridique, indépendamment de toute objection du gouvernement au contraire. »

M. Andrews a déclaré que la disposition du projet de loi aurait un impact sur un principe essentiel de l’héritage démocratique du droit commun australien.

« Je souhaite parler de ce projet de loi non pas pour soutenir les abuseurs d’enfants, non pas pour soutenir une église ou même en tant que personne religieuse, mais simplement pour donner une voix à certaines des préoccupations que j’ai entendues de la part des habitants ordinaires du Queensland qui, je crois, ont le droit d’être entendus aujourd’hui », a déclaré M. Andrews.

Le ministre de la Police du Queensland, Mark Ryan, a déclaré au parlement que cette loi n’isolait pas le clergé, mais que la protection de l’enfance était la responsabilité de chacun.

« Le Queensland a les lois les plus strictes du pays en matière de crimes sexuels contre les enfants », a déclaré M. Ryan.

« […] Soyons clairs sur une chose : l’obligation et, très franchement, l’obligation morale de signaler les comportements à l’égard des enfants s’applique à tous les membres de cette communauté », a déclaré M. Ryan. « Elle s’applique à tout le monde. »

Le député du Parti national libéral Stephen Bennett a déclaré que la bonne décision avait été prise en obligeant les prêtres à révéler les abus sexuels sur les enfants et a appelé à des sanctions plus strictes pour les personnes reconnues coupables.

« La commission royale a trouvé des preuves que les révélations d’abus sexuels sur des enfants ont été faites dans les confessions religieuses des auteurs et des victimes », a-t-il déclaré au parlement.

Le projet de loi 2019 portant modification du Code pénal (réforme des infractions sexuelles contre les enfants) et d’autres lois a été présenté au Parlement du Queensland après une recommandation de la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels sur les enfants et a été adopté le 8 septembre.

FOCUS SUR LA CHINE – Hommage aux morts inhabituel à Wuhan

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ