Le procès de Me Sidney Powell porte sur 30 allégations dans le cadre d’une tentative d’invalidation des résultats des élections en Géorgie

Par Petr Svab
27 novembre 2020
Mis à jour: 22 décembre 2020

Une action en justice rendue publique par des avocats dirigés par l’ancien procureur fédéral Sidney Powell fait état de 30 allégations de fraude électorale et d’autres activités et dispositifs illégaux et irréguliers concernant les élections présidentielles américaines de 2020 en Géorgie (pdf).

Les allégations, dont la plupart sont basées sur des déclarations de témoins et d’experts, portent sur la fraude et l’insécurité des bulletins de vote par correspondance, les irrégularités et les lacunes du recomptage, ainsi que les failles de sécurité des machines de Dominion Voting Systems utilisées par l’État.

La poursuite allègue ce qui suit :

1- Des agents d’acteurs malveillants tels que la Chine et l’Iran ont eu accès au logiciel utilisé par les machines de Dominion « afin de surveiller et de manipuler les élections », y compris les élections de 2020. L’allégation est basée sur une déclaration rédigée par un ancien analyste du renseignement électronique du 305e service de renseignement militaire.
« En utilisant des serveurs et des employés en relation avec des protagonistes malhonnêtes et des influences étrangères hostiles, combinés à de nombreuses fuites de références facilement identifiables, Dominion a négligemment permis à des adversaires étrangers d’accéder à des données et a intentionnellement fourni un accès à leur infrastructure pour surveiller et manipuler le déroulement des élections, y compris la plus récente qui a eu lieu cette année, en 2020 », peut-on lire dans le dossier.

2- Un déposant, dont le nom a été supprimé pour des raisons de sécurité, a allégué que le logiciel utilisé par Dominion avait été conçu pour le gouvernement vénézuélien dans le but précis de truquer les élections sans risque de se faire prendre. Il a déclaré qu’il faisait partie d’un détachement de sécurité nationale de l’ancien dictateur socialiste vénézuélien Hugo Chavez.
« Le but de cette conspiration était de créer et de faire fonctionner un système de vote qui pourrait, lors des élections, permuter les votes contre les personnes dirigeant le gouvernement vénézuélien en votes en leur faveur, afin de maintenir le contrôle du gouvernement », a-t-il déclaré.
L’allégation a été corroborée par un autre témoin qui « occupait une position officielle en rapport avec les élections et a été témoin de manipulations de requêtes visant à empêcher la destitution du président Chavez ».

3- Un autre déposant a déclaré qu’il est le cousin de l’ancien directeur général de Smartmatic, la société qui a développé le logiciel adopté par Dominion. Il a déclaré qu’il savait personnellement que le PDG avait manipulé la société « pour assurer l’élection de Chavez lors du référendum de 2004 au Venezuela », selon le procès. Il a également témoigné que le fondateur et PDG de Smartmatic, Anthony Mugica, « a reçu des dizaines de millions de dollars du gouvernement vénézuélien entre 2003 et 2015 pour garantir que la technologie de Smartmatic serait mise en œuvre dans le monde entier, y compris aux États-Unis », indique le procès.

4- Le décompte des votes produit par les machines de Dominion peut être manipulé en imputant un code malveillant en seulement « 7 minutes avec [la machine de vote] et un tournevis », selon Andrew Appel, professeur d’informatique et expert en sécurité électorale à Princeton.

5- Un bulletin de vote peut être ruiné ou altéré par la machine Dominion parce que « l’imprimante de marquage des bulletins de vote se trouve sur le même trajet de papier que le mécanisme qui dépose les bulletins marqués dans une urne attenante », selon une étude de l’Université de Californie à Berkeley. Elle indique qu’une fois qu’un électeur a soumis un bulletin à la machine, celle-ci peut y ajouter des marques supplémentaires.

6- Les machines de vote sont susceptibles d’être piratées ou trafiquées à distance, car elles sont connectées à Internet, même si elles ne sont pas censées l’être.
« Les machines de vote ont pu être connectées à l’internet par le biais d’ordinateurs portables qui étaient manifestement accessibles à l’internet », indique le procès. « Si un ordinateur portable était connecté à Internet, toute la salle était compromise. »
Le déposant Hari Hursti, un programmeur informatique finlandais et expert en sécurité électorale, a déclaré : « Il y a des preuves d’accès et de dépannage à distance, ce qui présente une grave implication en matière de sécurité. »

7- Les machines de vote ont des historiques d’activités qui peuvent être écrasés, selon M. Hursti. Cela signifie que des pirates informatiques ou des opérateurs malveillants peuvent fausser les résultats et ensuite effacer les étapes pour cacher leur intervention.

8- Ronald Watkins, un expert en logiciels et en cybersécurité qui a examiné le manuel du logiciel Dominion, a déclaré que les opérateurs des machines peuvent modifier le paramètre qui sert à exclure certains bulletins du comptage (en fonction de la taille de la partie de la « case » qui a été remplie pour indiquer un vote pour un candidat). Les images scannées des bulletins exclus sont placées dans un dossier séparé et l’opérateur peut les supprimer simplement en utilisant le gestionnaire de fichiers de Windows.

9- M. Watkins a déclaré que pour signaler le décompte final des votes, l’opérateur de la machine devait copier et coller le dossier « Résultats » de la machine sur une clé USB.
« Bien qu’il s’agisse d’une procédure simple, ce processus peut être sujet à des erreurs et est très vulnérable à des administrateurs malveillants », a-t-il déclaré.

10- Il n’existe aucune procédure qui garantirait la sécurité des clés USB utilisées pour communiquer les décomptes de votes des circonscriptions. Dans un comté de Géorgie, on a trouvé 3 300 votes sur des clés USB qui n’étaient pas chargées dans le système central de comptage des votes, indique le procès.

11- Le rapport de test et le certificat du secrétaire d’État pour les machines de vote ne sont pas datés.

12- Smartmatic fait face à un litige concernant des « failles » qui ont apparemment affecté les élections de mi-mandat de 2010 et 2013 aux Philippines, « soulevant des questions de tricherie et de fraude », selon le procès.

13- Entre 31 559 et 38 886 bulletins de vote par procuration ont été retournés par les électeurs républicains, mais n’ont pas été comptés, selon une analyse du témoin expert Williams Briggs, statisticien et ancien professeur de la Cornell Medical School, basée sur une enquête téléphonique menée par l’équipe de Matt Braynard, ancien membre de la campagne Trump, auprès des électeurs du GOP (Parti républicain, ou Grand Old Party) potentiellement concernés.

14- Entre 16 938 et 22 771 électeurs républicains ont reçu des bulletins de vote par procuration qu’ils n’avaient pas demandés, selon la même analyse. Cela indique la présence de votes par procuration illégaux, selon le procès.

15- Selon l’analyse de Matt Braynard sur les inscriptions des électeurs et les demandes de changement d’adresse, 20 311 électeurs votant par procuration ou par anticipation en Géorgie ont voté même s’ils avaient déménagé hors de l’État, ce que l’État interdit.

16- La Géorgie a conclu un accord de consentement illégal avec les agences du Parti démocratique qui a réduit à néant l’efficacité de la mise en correspondance entre les signatures apposées sur les enveloppes de procuration et les signatures enregistrées par les autorités. La mise en correspondance a été réduite « à un vaste processus discrétionnaire, plutôt qu’à l’application de l’exigence de signature comme le prévoit la loi », indique le procès.
La procédure de validation des signatures a été influencée par les « documents d’orientation et de formation » produits par le Parti démocratique.

16- Le gouvernement Brian Kemp a illégalement autorisé les fonctionnaires électoraux à ouvrir les enveloppes extérieures des bulletins de vote par procuration trois semaines avant l’élection. La loi géorgienne « interdit clairement l’ouverture des bulletins de vote par procuration avant le jour des élections », selon le procès.

17- Le recomptage manuel de la course à la présidence par la Géorgie était illégitime, faute d’observation significative.
« Les comtés à majorité démocrate n’ont fourni aux partis politiques et aux candidats, y compris à l’équipe de la campagne Trump, aucun accès significatif ou possibilité réelle d’examiner et d’évaluer la validité des bulletins de vote par correspondance lors des réunions de pré-campagne », indique le procès.
L’allégation est basée sur de multiples témoignages d’observateurs du recomptage.

18- Pendant le recomptage, les votes pour le président Donald Trump ont été placés dans des piles de votes pour son adversaire, l’ancien vice-président Joe Biden. L’allégation est basée sur de multiples témoignages d’observateurs, ainsi que sur une vidéo d’infiltration produite par Project Veritas, une association de journalisme d’infiltration à but non lucratif.

19- Certains bulletins des plateaux « No Vote » et « Jorgensen » ont été déplacés sur le plateau « Biden ». Un témoin a fait l’allégation.

20- De nombreux électeurs n’ont pas été autorisés à annuler leur bulletin de vote postal le jour du scrutin et à voter en personne. Un témoin a fait cette allégation.

21- Le même témoin a allégué que de nombreux électeurs se sont vu refuser la possibilité de déposer un bulletin de vote provisoire le jour du scrutin « lorsqu’un bulletin de vote postal avait déjà été reçu pour eux, alors qu’ils n’avaient pas déposé ces bulletins de vote postaux », selon le procès.

22- Selon un témoin, les signatures sur les enveloppes de vote par correspondance n’ont pas été vérifiées lors du recomptage. « À aucun moment, je n’ai vu un recompteur ou ni aucun participant du recomptage vérifier les signatures [sur les bulletins de vote par correspondance] », a témoigné le déposant.

23- Certains comtés n’ont pas réellement recompté les bulletins de vote à la main, mais ont utilisé des machines.

24- Un lot de bulletins de vote était étrangement « intact ». Presque tous étaient pour Biden. L’allégation est basée sur le témoignage d’une observatrice, qui a déclaré avoir « 20 ans d’expérience dans le traitement des bulletins de vote ».
Un lot de bulletins « était intact » et « il y avait une différence dans la texture du papier », selon le témoin.
« J’ai observé que ces bulletins avaient été cochés de manière inhabituellement uniforme pour indiquer le choix, cela pouvait peut-être même être fait au moyen d’un dispositif pour cocher des bulletins », a-t-elle déclaré.
Des bulletins de vote « comportaient également un pré-pliage légèrement enfoncé afin de pouvoir être facilement pliés et dépliés pour être utilisés dans les machines de numérisation ».

25- Le même témoin a également affirmé que dans un commissariat de Milton, en Géorgie, les employés électoraux ont été « invités à signer la lettre de la chaîne de contrôle le dimanche, même si les machines n’ont été livrées qu’à 2 heures le mardi matin, jour du scrutin ».

26- En outre, les machines « n’étaient ni scellées ni verrouillées, les numéros de série n’étaient pas ceux qui figuraient sur les documents correspondants », a-t-elle affirmé.

27- De nombreux lots de bulletins de vote étaient à « 100 % pour Biden », selon un témoin.

28- Le même témoin a également affirmé : « Le filigrane sur au moins 3 bulletins était gris uniforme au lieu d’être transparent, ce qui me porte à croire que ces bulletins étaient contrefaits ». Le directeur des élections locales a expliqué que les bulletins en question provenaient d’un autre imprimeur.

29- Les autorités ont menti en affirmant que le décompte des votes avait été interrompu dans le comté de Fulton en raison d’une « fuite d’eau affectant la salle où les bulletins de vote par procuration étaient dépouillés ».

« La seule fuite d’eau qui a dû être réparée à la State Farm Arena du 3 au 5 novembre était un débordement de toilettes qui s’était produit plus tôt le 3 novembre. Cela n’avait rien à voir avec une salle de comptage des bulletins de vote », indique le procès.

30- Après que tout le monde a été « renvoyé à la maison », un témoin « a vu des employés électoraux rester sur place après avoir reçu l’ordre de partir », selon la plainte, affirmant que plusieurs personnes sont restées sur place pour continuer à compter les bulletins de vote en l’absence d’observateurs.

Exigences
Le procès demande au tribunal d’ordonner à la Géorgie de faire ce qui suit :

– annuler la certification des résultats des élections
– ne pas transmettre les résultats des élections actuellement certifiés au collège électoral
– transmettre à la place les résultats certifiés des élections qui indiquent que Donald Trump est le vainqueur de l’élection
– confisquer toutes les machines à voter et les logiciels en Géorgie pour que les plaignants puissent les expertiser
– ne pas compter les votes reçus ou dépouillés par des machines qui n’ont pas été certifiées comme l’exigent les lois fédérales et celles des États
– produire 36 heures d’images de caméras de sécurité de toutes les salles utilisées lors du processus de vote au State Farm Arena dans le comté de Fulton.

NOUVEL HORIZON – Élections américaines : Giuliani évoque une conspiration nationale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ